JEUNE ET JOLIE, LE NOUVEAU OZON: LA BANDE-ANNONCE

Jeune-et-Jolie-affiche

 

Jeune et Jolie, le dernier film de François Ozon, présenté au dernier Festival de Cannes, avec Marine Vacth, Géraldine Pailhas, Frédéric  Pierrot et Charlotte Rampling, sortira le 21 août. Retrouvez toutes les infos sur le film sur la page facebook !

Voici la bande-annonce:

 

Publicités

CRITIQUE BLU-RAY: DANS LA MAISON

71wLvDfG4lL__AA1500_

LE FILM: 7.5/10

Un garçon de 16 ans s’immisce dans la maison d’un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l’enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d’événements incontrôlables.

Deux ans après « Potiche », François Ozon revient avec un treizième long métrage, à nouveau adapté d’une pièce de théâtre, « Dans la Maison ». Même si le François Ozon de 2012 s’est assagi par rapport à celui des débuts qui n’avait pas peur de provoquer son public avec des oeuvres telles que « Sitcom » ou « Gouttes d’eau sur pierres brûlantes », il continue de proposer tout de même des films qui appellent à la réflexion.

Avec ce nouvel opus, Ozon brasse de multiples influences que ce soit les séries US pour les pavillons à la Wisteria Lane (Desperate Housewives) ou le cinéma d’Hitchcock ou de Pasolini pour le thème du voyeurisme, central dans ce film. En effet, la relation et le jeu pervers entre le professeur et l’élève nous amène à réfléchir sur le pourvoir de l’auteur, littéraire ou autre, et son processus de création mais aussi sur la tendance générale au voyeurisme qui gangrène nos sociétés, asphyxiées par les magazines people et la télé réalité.

Sous une forme très ludique et intellectuellement très stimulante, le film d’Ozon est une belle réussite, malgré quelques longueurs dans la seconde partie, qui confirme que Fabrice Lucchini peut être aussi bon quand il n’en fait pas des tonnes!

TECHNIQUE: 9/10

Rien à dire sur la copie proposée! Du bon boulot!

BONUS: 10/10

C’est parfait en ce qui concerne l’interactivité! Outre la bande-annonce, on trouve un making-of passionnant (51 mins) qui met en exergue le travail du metteur en scène avec ses comédiens (que ce doit être compliqué de diriger Luchini dans un délire permanent!), des scènes coupées, un bêtisier, un module sur l’avant-première au Grand Rex, un module sur l’essayage des costumes et pour finir un petit montage sur les différents projets d’affiches (qui auraient toutes pu être retenues!).

VERDICT: 8/10

Un blu-ray parfait pour un Ozon divertissant!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez France Télévisions Distribution

 


CRITIQUE: Dans la Maison

Un garçon de 16 ans s’immisce dans la maison d’un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l’enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d’événements incontrôlables.

Deux ans après « Potiche », François Ozon revient avec un treizième long métrage, à nouveau adapté d’une pièce de théâtre, « Dans la Maison ». Même si le François Ozon de 2012 s’est assagi par rapport à celui des débuts qui n’avait pas peur de provoquer son public avec des oeuvres telles que « Sitcom » ou « Gouttes d’eau sur pierres brûlantes », il continue de proposer tout de même des films qui appellent à la réflexion.

Avec ce nouvel opus, Ozon brasse de multiples influences que ce soit les séries US pour les pavillons à la Wisteria Lane (Desperate Housewives) ou le cinéma d’Hitchcock ou de Pasolini pour le thème du voyeurisme, central dans ce film. En effet, la relation et le jeu pervers entre le professeur et l’élève nous amène à réfléchir sur le pourvoir de l’auteur, littéraire ou autre, et son processus de création mais aussi sur la tendance générale au voyeurisme qui gangrène nos sociétés, asphyxiées par les magazines people et la télé réalité.

Sous une forme très ludique et intellectuellement très stimulante, le film d’Ozon est une belle réussite, malgré quelques longueurs dans la seconde partie, qui confirme que Fabrice Lucchini peut être aussi bon quand il n’en fait pas des tonnes!

NOTE: 7.5/10
 

CRITIQUE: POTICHE (2010)

Hier soir, comme prévu, c’était l’avant-première du dernier film de François Ozon, Potiche, en présence de ce dernier  accompagné de Judith Godrèche et du monument Catherine Deneuve!

En 1977, dans une petite ville du Nord de la France, Suzanne Pujol est l’épouse soumise de Robert Pujol qui dirige l’entreprise familiale de fabrication de parapluies. Celui-ci est insupportable et despotique avec ses ouvriers comme avec sa femme Suzanne, réduite au rôle de potiche, dont l’opinion n’est que « perte de temps ». Alors que le climat social au sein de l’entreprise se déteriore avec grève à l’appui, Robert doit partir en cure de repos. C’est Suzanne qui assure l’intérim, demandant conseil au député maire communiste Babin (excellent Depardieu). Au retour de Pujol, les choses se compliquent…

Adaptation d’une pièce de Barillet et Grédy, « Potiche » se situe dans la carrière d’Ozon quelque part entre « 8 femmes » et le formidable « gouttes d’eau sur pierres brûlantes ». La bonne idée du film représente aussi à mes yeux son défaut principal: tout est ici surjoué comme dans une pièce de boulevard sauf qu’on est ici au cinéma. Il est donc d’autant plus dur d’entrer dans le film tant tout est « too much ». Cette caractéristique du film donne toutefois l’occasion au casting quatre étoiles (Deneuve, Lucchini, Godrèche, Depardieu, Rénier, Viard…) de se lâcher et de se faire plaisir et ça fonctionne assez bien. Les dialogues sont parfois très drôles (on y cite même notre Président Sarkozy) et la reconstitution des 70’s est parfaite (ah le téléphone recouvert de velours!). Une bonne comédie qui aurait mérité d’être un peu plus incisive mais c’est pas tous les jours qu’on voit Catherine Deneuve faire son footing en jogging Adidas