Critique: le Musée des Merveilles

1624360.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Wonderstruck
Réalisation Todd Haynes
Scénario Brian Selznick
Acteurs principaux
Sociétés de production Killer Films
Cinetic Media
FilmNation Entertainment
Picrow Features
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 120 minutes
Sortie 15 novembre 2017

Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

Deux ans après son chef d’oeuvre « Carol« , Todd Haynes signe son huitième film, présenté en compétition lors du dernier Festival de Cannes. Nous suivons ici la quête parallèle de deux enfants à un demi-siècle d’intervalle. Rose, enfant sourde et muette, part en 1927 à la recherche de sa mère, star du cinéma muet. En 1977, Ben qui a perdu sa mère et n’a jamais connu son père, part à la recherche de ce dernier alors qu’il vient de perdre l’ouïe lors d’un orage. Surprenant idée à priori de la part de Todd Haynes d’adapter un livre pour enfants mais à y regarder de plus près, on retrouve son intérêt pour des personnages exclus, isolés et les amours contrariées. Sur la forme, Haynes rend un vibrant hommage au cinéma muet, racontant l’histoire de Rose en noir et blanc et sans dialogues. La photo du film est somptueuse,  la musique de Carter Burwell est encore une fois fabuleuse et le film fait du bien par son absence totale de cynisme et sa bienveillance.

4.5

Publicités

Jeu Concours: 5×2 places pour « Where to invade next » à gagner (jeu terminé)

097151.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

A l’occasion de la sortie en salles de « Where to invade next »le 14 septembre, CINEDINGUE et CHRYSALIS FILMS sont heureux de vous offrir 5×2 places pour découvrir le film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 14 septembre; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

 

Critique: Where to invade next

097151.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Michael Moore
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre documentaire
Durée 120 minutes
Sortie 14 septembre 2016

Dans son nouveau documentaire, Michael Moore décide de s’amuser à envahir le monde pour déterminer ce que les États-Unis peuvent apprendre des autres pays.

Qu’il s’en prenne aux conséquences du capitalisme (« the Big One »), à la circulation des armes (« Bowling for Columbine ») ou encore aux dessous du 11/09 (« Fahrenheit 9/11 »), Michael Moore aime donner des coups de pieds dans la fourmilière et ouvrir les yeux de ses concitoyens. Avec son nouveau film « Where to invade next », Michael Moore entreprend de visiter quelques pays européens pour y piocher des idées à appliquer aux Etats-Unis. L’objectif étant de marquer les esprits américains avant tout, Moore use de ses méthodes habituelles, montrer des exemples chocs et des contrastes saisissants avec parfois une bonne dose de mauvaise foi! Sa visite va le mener en Italie pour constater que les travailleurs bénéficient d’une quantité de congés de toutes sortes ou en France pour s’apercevoir que les jeunes français ont la chance de déjeuner d’excellents repas parfaitement équilibrés dans leurs écoles, etc… Si le résultat n’est pas toujours objectif, le spectacle et l’humour sont au rendez-vous, donnant au genre documentaire une vraie légitimité en salles!

4

Critique Dvd: Free Love

61FfQui3DCL._SL1000_.jpg

Titre original Freeheld
Réalisation Peter Sollett
Scénario Ron Nyswaner
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 10 février 2016

LE FILM:

3

Années 2000. Laurel, est une brillante inspecteur du New Jersey. Sa vie bascule le jour où elle rencontre la jeune Stacie. Leur nouvelle vie s’effondre quand Laurel découvre qu’elle est atteinte d’un cancer en phase terminale. Laurel a un dernier souhait : elle veut que sa pension revienne à la femme qu’elle aime, mais la hiérarchie policière refuse catégoriquement. Laurel et Stacie vont se battre jusqu’au bout pour faire triompher leurs droits.

Free Love s’inspire de l’histoire du combat mené par Laurel Hester, officier de police condamnée par un cancer et sa compagne, Stacie Andree pour obtenir le versement de la pension due aux veufs. Aucune surprise à voir Ron Nyswaner, scénariste de « Philadelphia » derrière l’écriture de ce film tant les deux oeuvres ont la même portée militante. C’est d’ailleurs le principal intérêt du film qui, cinématographiquement parlant, ne brille pas d’une grande originalité, ni d’une grande finesse, cédant souvent aux facilités du genre. Mais l’importance du sujet, la lutte contre les discriminations et pour l’égalité, emporte tout de même l’adhésion. Quant à la magnifique interprétation du duo Julianne Moore/Ellen Page, joliment accompagnées de Michael Shannon en équipier modèle et Steve Carrell en avocat gay, elle finit de convaincre les petits coeurs sensibles comme le mien!

TECHNIQUE:

4

Aucun souci même si le film lui-même n’incite pas aux démonstrations techniques.

BONUS:

Aucun bonus, pas même une bande annonce!

VERDICT:

3

Un film important à défaut d’être un grand film…

Disponible en DVD (19.99 euros) dès le 14 juin chez ORANGE STUDIO


Critique Bluray: Loin du Paradis

71jELNWJ9xL._SL1000_.jpg

Titre original Far from Heaven
Réalisation Todd Haynes
Scénario Todd Haynes
Acteurs principaux
Sociétés de production Focus Features
Vulcan Productions
Killer Films
John Wells Productions
Section Eight
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Mélodrame
Film romantique
Durée 107 minutes
Sortie 5 mars 2003

LE FILM:

4.5

Cathy Whitaker est une épouse docile et fidèle. Quand elle découvre des zones d’ombre dans la vie de son mari, c’est vers son jardinier noir qu’elle se tourne. Mais dans l’Amérique des années 50, peut-on aimer un homme d’une autre couleur et d’un autre milieu ?

En 2002, treize ans avant le somptueux « Carol« , Todd Haynes réalisait « Loin du Paradis » dans lequel il rendait un vibrant hommage aux mélodrames de Douglas Sirk. Outre la thématique du désir contraint par le carcan social, la ressemblance est bien évidemment aussi esthétique. Mais ce qui est intéressant dans « Loin du Paradis », c’est l’aspect encore actuel des préjugés et des tendances racistes et homophobes de la Société. Le personnage de Cathy Whitaker se trouve littéralement mis au ban de la société plus par son amitié avec un homme de couleur que par les tendances homosexuelles de son mari. La mise en scène et la direction artistique toutes deux splendides ne seraient rien sans l’interprétation géniale de Julianne Moore en épouse corsetée. Un chef d’oeuvre!

TECHNIQUE:

1.5

Une vraie déception! Des contrastes trop faibles, des couleurs étranges et du bruit image très présent notamment sur les plans extérieurs! Inexplicable pour un film si récent et surtout pour lequel la photo est si importante!

BONUS:

1

Un court making of et c’est tout, dommage…

VERDICT:

4

Un chef d’oeuvre dans une édition vraiment décevante!

Disponible en bluray (14.99 euros) chez ARP SELECTION dès le 3 mai

Critique Dvd: Still Alice

71kk+cA8wYL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    18 mars 2015
  • Réalisé par :
    Richard Glatzer, Wash Westmoreland
  • Avec :
    Julianne Moore, Kristen Stewart, Kate Bosworth…
  • Durée :
    1h41min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Still Alice
  • Distributeur :
    Sony Pictures Releasing France

LE FILM:

3.5

Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration…

Des mélodrames hollywoodiens sur la maladie, on en a vu à la douzaine et ce « Still Alice » ne réserve donc pas franchement de surprises. Toutefois, si la mise en forme reste académique pour ne pas dire proche du téléfilm, ce « Still Alice » se distingue sur deux points. Le scénario est très bien écrit, d’une grande finesse et évite un excès de pathos souvent fatal à ce genre de projets. Par ailleurs, l’interprétation de Julianne Moore, lauréate de l’Oscar pour son rôle, est sidérante de justesse et d’émotion. Quant au reste du casting, il est à l’avenant avec une Kristen Stewart comme souvent impeccable en fille combative et Alec Baldwin en mari désemparé. Emouvant et poignant!

TECHNIQUE:

4

Pour le support, le résultat est plus que satisfaisant!

BONUS:

2

Outre des bandes annonces, on trouve un court making of qui met en valeur le travail de Julianne Moore et sa collaboration avec une malade.

VERDICT:

3.5

Un mélodrame poignant remarquablement interprété!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez SPE

Critique Bluray: Non-Stop

71AVeR2X5RL._SL1181_

  • Date de sortie :
     26 février 2014
  • Réalisé par :
    Jaume Collet-Serra
  • Avec :
    Liam Neeson, Julianne Moore, Scoot McNairy…
  • Durée :
    1h46min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Non-Stop
  • Distributeur :
    StudioCanal

LE FILM: 7/10

Alors qu’il est en plein vol, un agent de la police de l’air reçoit des SMS d’un inconnu qui dit être à bord et vouloir assassiner un passager toutes les 20 minutes s’il ne reçoit pas 150 millions de dollars.

Trois ans après Sans Identité, Liam Neeson rempile sous les ordres de l’Espagnol Jaume Collet Serra pour un thriller du même genre. Il faut reconnaître qu’on a déjà vu ce personnage de flic aux traumas familiaux bien costauds et qui, du coup, a un sérieux penchant pour la bibine. Certes, on n’échappe pas à un morceau de bravoure légèrement capillo-tracté. Malgré tout, l’intrigue est suffisamment bien ficelée, la mise en scène futée et le montage fort avisé, pour faire de ce vol un peu plus qu’un vol low-cost. Avec Julianne Moore comme hôtesse, on en demande pas plus!

TECHNIQUE: 9/10

Somptueux pour l’image et percutant pour le son (préférable bien entendu en VO)!

BONUS: 4/10

Outre la bande-annonce, on trouve deux modules de making of plutôt promo! Bof…

VERDICT: 7/10

Un thriller du samedi soir diablement efficace!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (21.99 euros) chez Studiocanal