Critique Bluray: Rosalie Blum

61A7l50KSuL._SL1000_.jpg

Réalisation Julien Rappeneau
Scénario Julien Rappeneau
Acteurs principaux
Sociétés de production The Film
CG Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 95 minutes
Sortie 23 mars 2016

LE FILM:

4

Vincent Machot connaît sa vie par coeur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents… Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu’il est convaincu d’avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l’espoir d’en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…

Scénariste reconnu, Julien Rappeneau, fils de Jean-Paul, s’est fait remarquer avec les scripts de « Bon Voyage » ou encore « Cloclo ». Il passe pour la première fois derrière la caméra avec cette adaptation d’un roman graphique, « Rosalie Blum ». On y suit une floppée de personnages qui tentent de vivre enfin leur vie et qui pourraient peut-être y parvenir lorsqu’ils se rencontreront. Vincent est un trentenaire, coiffeur, sans vie privée, à part la relation qu’il entretient avec sa mère, un peu folle. Rosalie Blum, elle aussi, se complaît dans la solitude, comme si sa vie s’était arrêtée pour une condamnation à la prison qui lui fit perdre la garde de son enfant. Sa nièce, Aude, n’arrive pas à entrer dans la vie professionnelle, préférant traîner au lit que d’aller travailler. Le destin va faire se rencontrer ces personnages à travers une enquête et des filatures. D’une simplicité enfantine, le scénario se déroule avec une certaine douceur et presque une poésie. Le casting avec en tête Kyan Khojandi et Alice Isaaz est au diapason et apporte une vraie sensibilité à l’une des bonnes surprises françaises de l’année!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie impeccable!

BONUS:

3.5

On trouve ici une interview de l’équipe du film ainsi qu’un entretien avec le réalisateur et l’auteure du livre.

VERDICT:

4

Une comédie douce et poétique surprenante!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez M6 VIDEO dès le 3 août

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=c0cf-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=B01E087LZY&asins=B01E087LZY&linkId=ce8ae443f85d4e5b354987772c0a388e&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

Critique: Tiens-Toi Droite

570099.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    26 novembre 2014
  • Réalisé par :
    Katia Lewkowicz
  • Avec :
    Marina Foïs, Noémie Lvovsky, Laura Smet…
  • Durée :
    1h34min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Wild Bunch

Louise, Sam, Lili. Trois femmes qui ne se connaissent pas mais dont la volonté farouche d’évolution va les faire se rencontrer, se rejoindre, se juxtaposer.
C’est l’histoire de Louise qui quitte le pressing de famille pour travailler dans une grande entreprise de fabrication de poupée où l’a pistonnée son amant.
De Lili, Miss Nouvelle-Calédonie, qui fait la rencontre d’un riche industriel.
De Sam, mère de famille nombreuse, qui décide de prendre son indépendance.
Il y a la pression de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs amies.
Il y a leurs hommes qui disparaissent. Il y a leurs filles qui les regardent, les imitent.
Et il y a la conception de ce nouveau modèle de poupée, enfin à l’image de la femme.
Mais est-ce le modèle qui doit s’adapter à la femme ou l’inverse ?

Trois ans après « Pourquoi tu pleures », voici le second long métrage de Katia Lewkowicz, « tiens-toi droite ». Film gigogne, « Tiens-toi droite » propose de suivre trois portraits de femmes dont le chemin finira par se croiser. Sur la forme, la structure est donc un peu éclatée, la réalisatrice nous faisant passer de l’une à l’autre avec une issue assez rapidement prévisible. Si l’ambition du projet, alerter sur la place de la femme dans la société et les obstacles extérieurs ou psychologiques à leur évolution, est plus que louable, le film peine à enthousiasmer. En cause des personnages peu sympathiques et pas très bien écrits: Louise ne vit que pour le travail et pour s’imposer dans un monde d’hommes; Sam essaie de se sortir de son rôle déprimant de mère de famille; quant à Lili, un peu nympho, elle n’existe que par son physique.

Si quelques situations font mouche et si les actrices s’en tirent plutôt bien, c’est l’ennui qui domine malgré l’audace du propos! Dommage…

2