Critique:Voyage à travers le Cinéma Français

008154.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.

Durant 3h15, le cinéaste Bertrand Tavernier se raconte à travers sa cinéphilie et son rapport au Cinéma français des années 30 jusqu’au début des années 70. A travers des extraits de films, il nous offre une leçon de Cinéma parsemée d’anecdotes croustillantes et d’analyses techniques. Il évoque ses cinéastes favoris, Becker ou Renoir, la musique de films mais aussi les comédiens comme Gabin ou Arletty. La conséquence première à la vue du film, c’est une envie irrépressible de revoir les films déjà vus et de découvrir tous les autres! Une histoire d’Amour contagieuse en sorte!

4.5

 

Critique Bluray: La Belle Equipe

81ICfX5BjTL._SL1500_.jpg

Réalisation Julien Duvivier
Scénario Julien Duvivier

Charles Spaak

Acteurs principaux
Sociétés de production Ciné-Arys
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 101 minutes
Sortie septembre 1936

LE FILM:

5

Cinq amis, ouvriers au chômage et révoltés, gagnent à la Loterie nationale grâce à un billet acheté en commun. Ils décident de construire ensemble une guinguette en bord de Marne.

Sorti seulement cinq mois après la victoire du Front Populaire, « la belle Equipe » de Julien Duvivier se trouve, après une projection test, massacré par une fin optimiste qui modifie complètement les intentions du réalisateur, faisant ainsi du film le symbole de ce Front Populaire. Monté avec la « vraie » fin, présentée ici, le film reflète complètement la vision de Duvivier qui ne croit pas en la fraternité de surface qui unit cette « bande de potes ». Ce groupe d’ouvriers exploités va ici, à la suite d’un évènement extraordinaire, prendre son destin en mains, monter sa propre entreprise, avant que les intérêts de chacun fassent exploser leurs idéaux, jusqu’au drame. Magnifiquement mis en scène, le film repose surtout sur un casting parfait, Gabin et Vanel en tête. L’un des chefs d’oeuvre du Cinéma Français de l’entre deux guerres.

TECHNIQUE:

4.5

La copie présentée ici est somptueuse par sa définition et son son remarquablement clair. Seul un grain assez présent est à noter, compréhensible pour l’âge du film.

BONUS:

3.5

On trouve ici un documentaire très instructif de Jérôme Wybon avec des entretiens avec Eric Bonnefille et Hubert Niogret, et montage d’archives avec Charles Spaak, Viviane Romance et Armand Panigel.

VERDICT:

5

Indispensable!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Pathé