CRITIQUE: MASTER AND COMMANDER (2003)

United International Pictures (UIP)

En 1805, le capitaine Jack Aubrey est l’un des plus grands marins britanniques. A bord de son vaisseau le « Surprise », il sillonne les mers du globe, accompagné de son fidèle ami, le docteur Maturin avec qui il partage l’amour de la musique. Attaqué par le navire français « Achéron », le « Surprise » subit de gros dégâts et de lourdes pertes humaines. Lucky Jack n’aura qu’une obsession, traquer le navire français et le détruire à n’importe quel prix.

Peter weir réalise un film d’aventures époustouflant qui pourrait n’être qu’un blockbuster efficace mais qui par certains aspects évoque aussi les films de Terrence Mallick comme « le Nouveau Monde » ou « la ligne rouge ». Prenant, palpitant, spectaculaire, un grand film!

Publicités