CRITIQUE: INSIDE LLEWYN DAVIS

inside_llewyn_davis

Inside Llewyn Davis raconte une semaine de la vie d’un jeune chanteur de folk dans l’univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu’un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu’il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n’importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu’à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman, avant de retourner là d’où il vient.

Amoureux de musique, les frères Coen l’avaient déjà prouvé avec O’Brother et rien n’est moins étonnant de les voir s’intéresser à un musicien, Dave Van Ronk. Plutôt que de se livrer à un biopic comme Hollywood sait en faire, Joel et Ethan Coen s’inspirent de ce brillant mais anonyme musicien pour créer un pur personnage de fiction, Llewyn Davis. Extrêmement talentueux, Llewyn est malheureusement poursuivi par une poisse qui ne le quitte jamais: un ami lui confie son chat, il le perd; il a une relation sexuelle avec une amie, elle tombe enceinte et se met en couple avec son meilleur ennemi; il choisit de ne pas être payé avec un pourcentage sur les ventes d’un disque qu’il enregistre et cela devient un tube; la liste de ses déboires est interminable.

Traité sur un ton assez mélancolique, cet Inside Llewyn Davis pourrait s’appeler Inside Coen Brothers tant les choix du musicien s’apparentent à ceux des cinéastes: toujours refuser les compromis et revendiquer son art sans céder aux sirènes du show-business. Le film offre ainsi une pertinente réflexion sur l’art et la création en plus du portrait attachant d’un artiste magnifié par la performance brillante d’Oscar Isaac. S’il n’est pas le plus accessible des films des Coen, Inside Llewyn Davis est peut-être leur plus personnel, mélange original quelque part entre Barton Fink et A Serious Man et évoquant parfois les films de Woody Allen. Magnifique!

NOTE: 9/10

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s