CRITIQUE BLU-RAY: MARGIN CALL

LE FILM: 8.5/10

Pour survivre à Wall Street, sois le premier, le meilleur ou triche. La dernière nuit d’une équipe de traders, avant le crash. Pour sauver leur peau, un seul moyen : ruiner les autres…

Pour son premier film, J.C.Chandler nous propose de suivre les 24 premières heures de la dernière crise financière au sein d’une banque. Du premier soupçon d’un jeune trader à la décision prise par le grand chef qui va entraîner une réaction en chaînes, nous est dépeint le quotidien d’une banque d’investissement et de ses employés! Une dizaine de personnages se croisent dans un décor quasi-unique et tout le film repose essentiellement sur les dialogues, remarquablement ciselés! Et la grande force du film est de nous parler de la crise sans nous noyer dans des explications incompréhensibles. On la vit de l’intérieur sans jamais perdre le fil et le plus drôle dans tout ça, c’est le moment où le patron de la banque demande au jeune trader de lui expliquer “in english”, comme s’il était un enfant! L’autre force du film réside dans son énorme casting:  Kevin Spacey, le chef du service “gestion des risques”, qui pleure la mort de son chien, Paul Bettany, le jeune trader accro à la nicorette, Jeremy Irons, le grand manitou prêt à répandre la crise pour sauver ses billes, Zachary Quinto, le trader à l’origine de la découverte, Simon Baker, Demi Moore et Stanley Tucci!

Une belle réussite, pendant idéal au documentaire “Inside Job”!

Copie parfaite pour ce blu-ray, rien à dire!

LES BONUS: 8/10

Outre les bandes-annonces, ce blu-ray nous propose un making-of (4 mins!) sans intérêt et une interview d’une heure et quart du réalisateur qui revient sur sa jeune carrière et sur le film, passionnant!

VERDICT: 8/10

L’un des meilleurs films de l’année à découvrir si ce n’est déjà fait!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez ARP SELECTION dès le 2 octobre

Publicités

Une réflexion sur “CRITIQUE BLU-RAY: MARGIN CALL

  1. Très très bon thriller économique en huis clos total! Effectivement la grande force du film est « d’expliquer pour les nuls » la faillite de Morgan Stanley. Seul ombre au tableau Ils font un peu trop tomber la faute sur une mauvaise équation, comme si les décisions humaines n’en étaient pas responsables.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s