CRITIQUE: FANTASMES (1967)

En 1967, Stanley Donen le réalisateur reconnu de « Chantons sous la pluie » et « Charade » réalise cette comédie follement british sur le mythe de Faust. Accompagné par le mythique duo de la BBC, Pete n’Dud (Peter Cook et Dudley Moore), qui signe le scénario et interprète les rôles principaux, il signe une comédie qui atteint des sommets dans le non sens et la parodie.

C’est l’histoire d’un cuisinier introverti (Dudley Moore) amoureux en secret de la serveuse (Eleanore Bron) du restaurant où il travaille. Un jour, il rencontre le diable en personne (le delicious Peter Cook!) qui lui propose, en échange de son âme, de lui exaucer 7 voeux. Il compte s’en servir pour conquérir le coeur de sa bien-aimée. Tout ne se passera pas comme prévu bien évidemment. On retrouve dans cette comédie tout ce qui fera l’humour des Monthy Python, à juste titre puisque ce duo phare de la chaîne anglaise est la source principale d’inspiration du groupe de comiques.

On assiste à des sketches tous plus hilarants les uns que les autres avec une mention spéciale à ces bonnes soeurs qui rivalisent en saut à trampoline.

L’interprétation du duo est fabuleuse et on se demande pourquoi Dudley Moore n’a pas fait une plus grande carrière: il est dans la lignée des Rowan Atkinson (Bean) ou des John Cleese.

Bref une excellente comédie qui surprend dans la carrière de Stanley Donen.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s