Critique: Ready Player One

3437390.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Steven Spielberg
Scénario Zak Penn
Ernest Cline
Acteurs principaux
Sociétés de production Amblin Partners
Amblin Entertainment
De Line Pictures
Farah Films & Management
Reliance Entertainment
Village Roadshow Pictures
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 140 minutes
Sortie 28 mars 2018

 

2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’œuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…

Quelques semaines seulement après la sortie de « Pentagon Papers », Steven Spielberg sort son nouveau bébé, alternant encore « film sérieux » et blockbuster. Il retrouve ici l’ambiance futuriste de « Minority Report » alors que le monde en 2045 est au bord du chaos. Tout le monde fuit ce quotidien morose en plongeant dans le jeu « l’Oasis » et sa réalité virtuelle. Alors que le créateur de ce jeu, décédé, a caché des clés dans celui-ci, les joueurs qui les trouveront deviendront propriétaires de l’Oasis. Le jeune héros va alors se trouver à la lutte avec la firme n°2 des jeux vidéos… Un vrai buzz positif accompagne la sortie de ce « Ready Player One » qui semble faire l’unanimité et pourtant, il ne convainc pas totalement. Spielberg prouve évidemment qu’il est un metteur en scène hors pair avec quelques scènes impressionnantes et une maîtrise des effets spéciaux assez démente. Le côté ludique du film séduira ceux qui ont connu les années 80: on s’amuse à trouver les multiples clins d’oeil au Cinéma et aux jeux vidéos des années 80 et 90, d’Alien à Mortal Kombat, en passant par Freddy et même Kubrick. L’une des grandes scènes du film revisite en effet l’un des chefs d’oeuvre du cinéaste. Toutefois, RPO n’arrive jamais à enthousiasmer et à nous emporter. Le scénario y est sans doute pour quelque chose, on y suit finalement rien de plus qu’une partie de jeu vidéo sans grand enjeu. Par ailleurs, on aurait aimé que Spielberg alterne un peu plus entre le réel et le virtuel, la « vraie » vie glauque et moche n’étant que très peu montrée. Quant aux personnages, on ne se passionne pas non plus pour eux, même le héros incarné par le jeune Tye Sheridan manquant un peu de charisme.

Bref, ce RPO déçoit car c’est typiquement le film qu’on aurait aimé adorer et l’on sent que l’on passe à côté de quelque chose de très grand. Sans effets spéciaux et sans virtuel, Spielberg nous avait fait bien plus vibrer avec Pentagon Papers! Game Over…

2.5

 

Publicités

Critique Bluray 3D: Pixels

81IhxCrgpkL._SL1467_

Réalisation Chris Columbus
Scénario Timothy Dowling
Tim Herlihy
Adam Sandler
Patrick Jean
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Happy Madison Productions
1492 Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie
Durée 106 minutes
Sortie 22 juillet 2015

LE FILM:

2

 

 

À l’époque de leur jeunesse, dans les années 80, Sam Brenner, Will Cooper, Ludlow Lamonsoff et Eddie « Fire Blaster » Plant ont sauvé le monde des milliers de fois… en jouant à des jeux d’arcade à 25 cents la partie. Mais aujourd’hui, ils vont devoir le faire pour de vrai… Lorsque des aliens découvrent des vidéos d’anciens jeux et les prennent pour une déclaration de guerre, ils lancent l’assaut contre la Terre. Ces mêmes jeux d’arcade leur servent de modèles pour leurs attaques. Cooper, qui est désormais Président des États-Unis, fait alors appel à ses vieux potes pour empêcher la destruction de la planète par PAC-MAN, Donkey Kong, Galaga, Centipede et les Space Invaders… Les gamers pourront compter sur l’aide du lieutenant-colonel Violet Van Patten, une spécialiste qui va leur fournir des armes uniques…

A l’origine un court-métrage de Patrick Jean intitulé « Pixels » montrant l’intrusion de jeux vidéos 80’s dans la réalité faisait le buzz sur internet. C’est Chris Colombus qui se voit alors la tâche d’en tirer un long métrage! Celui-ci s’avère malheureusement long, mal rythmé et peu drôle malgré la présence d’Adam Sandler. Toutefois les gamers des années 80 se consoleront en retrouvant Pacman, Donkey Kong ou encore Tetris.

TECHNIQUE:

5

 

 

Un bluray de démo! Quant à la 3D, le film se range dans ce qui se fait de mieux dans le domaine: Profondeur de champ hallucinante et effets de jaillissements dantesques et tout ça sans aucun dédoublement!

BONUS:

3

 

 

On trouve ici un clip et de multiples petits modules making of sur chaque créature (Pac Man, Donkey kong, etc…).

VERDICT:

2

 

 

Les amateurs de jeux d’arcade 80’s y trouveront peut-être leur compte…

Disponible en DVD (19.99 euros) , bluray (24.99 euros) et bluray 3D(29.99 euros) chez SPE

2EME CEREMONIE DES GRANDS PRIX DE LA VIDEO ET DE LA VOD DU SEVN: LE PALMARES

Le 19 Mars , le Syndicat de l’Edition Video Numérique organisait sa deuxième cérémonie récompensant les plus grands succès 2011 en video et VOD.

13 prix ont été remis:

Prix de la meilleure vente film international

Harry Potter les reliques de la mort partie 2 740.000 unités

Warner Bros. / Warner Home Video

Prix de la meilleure vente film français

Rien à déclarer 540.000 unités

Pathé / Fox Pathé Europa

Prix de la meilleure vente série internationale

Borgia saison 1 46.000 unités

StudioCanal / Universal StudioCanal Vidéo

Prix de la meilleure vente série française

Braquo saison 2 56.000 unités

StudioCanal / Universal StudioCanal Vidéo

Prix de la meilleure vente humour

Jamel Debbouze – Tout sur Jamel 160.000 unités

Kissman / TF1 Vidéo

Prix de la meilleure performance en Blu-ray film international

Sucker Punch 54%

Warner Bros. / Warner Home Video

Prix de la meilleure performance en Blu-ray film français

Largo Winch II 30%

Pathé / Fox Pathé Europa

Prix du meilleur film international en VOD

Transformers 3 – La face cachée de la lune près de 150.000 transactions

Paramount Pictures

Prix du meilleur film français en VOD

Rien à déclarer 280.000 transactions

Pathé

Prix de l’édition Blu-ray

Apocalypse Now

Pathé / Fox Pathé Europa

Prix DVD du public NRJ 12

La Planète des Singes les Origines

20th Century Fox / Fox Pathé Europa

Grand prix VOD des lecteurs de Télécâble Sat Hebdo

Super 8

Paramount Pictures

Prix du Public de la Vidéo à la Demande sur la TV d’Orange

Les Petits Mouchoirs

EuropaCorp

 

 

CRITIQUE: PARANORMAL ACTIVITY (2007)

Wild Bunch Distribution

Un jeune couple suspecte sa maison d’être hantée. Ils s’équipent alors d’un équipement vidéo afin de filmer leurs nuits et essayer de comprendre les évènements qui perturbent leur vie.

Circulez, y a rien à voir! Le vrai coup de force du réalisateur est d’avoir avec réussi , avec une poignée de dollars et un vrai savoir-faire dans l’art d’utiliser internet, à décrocher le jackpot. Que voit-on finalement dans ce film? Deux comédiens, au demeurant assez convaincant, en caleçon et culotte la majeure partie du temps , en train de dormir et se réveiller en sursaut par la faute de portes qui claquent ou de pas dans l’escalier! Toutes les images sont celles qui proviennent de la caméra vidéo des protagonistes, pas de musique, pas d’effets spéciaux… L’idée pas mauvaise a priori a du mal à tenir la route sur 90 minutes. Que de nuits à observer pour un dénouement très moyen de 2-3 minutes! Bref, pas vraiment flippant, esthétiquement proche du niveau zéro, aucun intérêt artistique, on a quand même la facheuse impression d’avoir été victime d’une énorme arnaque!