Festival de Cinéma Européen des Arcs: Jour 5

219376

Cette cinquième journée sera l’occasion d’en finir avec les films en compétition. Après un réveil bien matinal et un bon petit déj, en route pour les Arcs 2000 pour un premier film à 9 h, « Home« , film sur la jeunesse, qui agresse un peu de bon matin! En suivant à 11 h, »The Young Lady » nous réconcilie avec la vie avec ce portrait de femme noir mais élégant. Après le déjeuner, l’heure est à l’écriture, puis à l’oisiveté. Je ferai un petit détour vers la résidence « le Manoir » pour assister à l’enregistrement d’une émission de France Bleu avec Bruno Coulais et Mélanie Doutey.

IMG_0289.JPG

Le dernier film prévu à 18h m’échappera, la Coupe de la Ligue de foot ayant eu ma préférence! Après ce match marqué par la qualification de mon équipe de coeur, mon coloc et moi partons nous faire une fondue savoyarde que, ayant peur de manquer, nous complétons d’une planche de charcuterie! Erreur, nous frôlons l’éventration!

IMG_0290.JPG

IMG_0291.JPG

Après cette intermède gastronomique, direction « les Belles Pintes » pour le traditionnel Quizz Ciné Voskaster pour lequel nous réunissons 12 personnes pour former une équipe de choc (journalistes, distributeurs et blogueurs!). Malheureusement, les épreuves ne nous permettront pas de mettre en valeur notre culture cinéphilique hors du commun! La soirée s’achèvera bien plus tard, émaillée de belles rencontres, comme avec Jérémie Elkaïm,  Niels Schneider ou les retrouvailles avec l’actrice de « Divines », Jisca Kalvanda!

IMG_0292.JPG

Critique: The Young Lady (Festival de Cinéma Européen des Arcs 2016)

lady-macbeth

2016 – Royaume-Uni de William OLDROYD Avec : Florence PUGH, Cosmo JARVIS, Paul HILTON, Naomi ACKIE, Christopher FAIRBANK.

1865, Angleterre rurale. Katherine mène une vie malheureuse d’un mariage sans amour avec un Lord qui a deux fois son âge. Un jour, elle tombe amoureuse d’un jeune palefrenier qui travaille sur les terres de son époux et découvre enfin la passion. Habitée par ce puissant sentiment, Katherine est prête aux plus hautes trahisons pour vivre son amour impossible.

Premier film du réalisateur anglais William Oldroy, « The Young Lady » s’inspire d’un roman russe de Nilolaï Leskov, « Lady Macbeth du district de Mtsensk » qui traite du rôle ingrat de la femme au XIXème siècle. Le personnage de Katherine, à l’instar de Lady Macbeth, est une femme qui refuse de se soumettre. Elle ira jusqu’à tuer pour vivre la vie qu’elle souhaite. Remarquablement mis en scène tout en plans fixes magnifiquement travaillés, « The Young Lady » est un premier film surprenant par sa maîtrise. On s’attache à ce personnage de femme maltraitée, humiliée, puis, petit à petit, Katherine va sombrer dans une folie insidieuse qui entrainera tout le monde dans son sillage, que ce soit, le palefrenier ou sa servante Anna. La somptueuse photo du film est un écrin pour la jeune Florence Pugh, d’une beauté et au jeu d’une intensité rares. Un grand film!

4.5