Les Arcs Film Festival 2018: le Palmarès

IMG_0502

Les Arcs Film Festival 2018, c’est terminé! Les différents jurys ont délivré leur palmarès avec lesquels je suis plutôt en accord.

Le jury, présidé par le réalisateur suédois Ruben Ostlünd, accompagné de Charlotte Le Bon (comédienne, plasticienne), Łukasz Żal (chef opérateur polonais), Clémence Poésy
(comédienne), Jean-Benoît Dunckel (Air), Alex Lutz (comédien et réalisateur) et Jasmila
Zbanić (réalisatrice bosniaque) a décerné 6 prix :
La Flèche de Cristal, en partenariat avec France Télévisions qui offre une
campagne digitale d’une valeur de 20 000 euros, a été remise à « C’EST ÇA
L’AMOUR » de Claire Burger, qui sortira le 27 mars 2019, distribué par Mars Films.
Le Grand Prix du Jury a été attribué à « JOY » de Sudabeh Mortezai, vendu par
Films Boutique.
Le Prix d’interprétation féminine a été attribué à EMELIE JONSSON dans “Aniara
de Pella Kågerman & Hugo Lilja, distribué par Kinovista.
Le prix d’interprétation masculine a récompensé le comédien BOULI LANNERS
dans “C’est ça l’amour de Claire Burger.
Le prix de la meilleure musique originale, doté de 1000 euros par la SACEM, a
été attribué à BERNHARD FLEISCHMANN pour “L’Animale” de Katharina
Mückstein, distribué par e-cinéma.com.
Le prix de la meilleure photographie a été décerné à ARI WEGNER pour “In
Fabric” de Peter Strickland, vendu par Bankside Films.

Le prix du Public a récompensé « SMUGGLING HENDRIX » de Marios Piperides, vendu
par The Match Factory.

Le prix de la Presse, décerné par un jury présidé par Sabine Gorny (France 3),
accompagnée de Marjorie Adelson (Europe 1), Raphaël Clairefond (So Film), Christophe
Narbonne (Première), Théo Ribeton (Les Inrockuptibles), Perrine Sabbat (Grazia) et Frédéric Vandecasserie (Sud Presse) a été remis au film de Claire Burger, « C’EST ÇA L’AMOUR ».
Une mention spéciale a été décernée à « ANIARA » de Pella Kågerman & Hugo Lilja.

Le jury du prix 20 Minutes d’audace, composé de journalistes de la rédaction et d’une
lectrice cinéphile, a tenu à récompenser « IN FABRIC» de Peter Strickland.

Le prix Cineuropa, doté de 5000 euros de promotion sur le site au moment de la sortie du film, a été remis au film « ANIARA » de Pella Kågerman & Hugo Lilja.

Le prix du Meilleur court-métrage, décerné par un jury présidé par Ramzy Bédia
(réalisateur, comédien), accompagné de Tiphaine Daviot (comédienne), Antoneta
Kusijanovic (réalisatrice et scénariste croate), Félix Moati (réalisateur et comédien), Danny Lennon (programmateur) et Julia Piaton (comédienne) a été attribué à « THE GIRL WITH TWO HEADS » de Betzabé Garcia. Prix doté d’une pleine page de publicité (valeur 6 700 euros) ainsi qu’une bannière pendant deux semaines sur le site de Transfuge d’une valeur de 5 000 euros.
Une mention a été décernée à « BONOBO » de Zoel Aeschbacher.

Les lycéens de Bourg Saint Maurice, Albertville et Chambéry ont remis le prix du Jury
Jeune au film de Malgorzata Szumowska, « MUG » distribué par E-Cinéma.
Une mention a été décernée à « ANIARA ».

Pour ses 10 ans, le Festival aura une fois de plus offert un panorama de la création cinématographique porteur d’espoir de par sa qualité et sa diversité. Vivement l’année prochaine!

Publicités

Festival du Cinéma Européen des Arcs 2017: le Palmarès

Affiche2017-OK-min.jpg

La dernière édition du festival de Cinéma Européen des Arcs et les différents jurys ont rendu leur verdict!

– La Flèche de Cristal, en partenariat avec France Télévisions, qui offre une
campagne de promotion d’une valeur de 20 000 euros, a été remise au long-métrage
Lean on Pete de Andrew Haigh distribué par Ad Vitam. Sortie le 4 avril 2018.
– Le Grand Prix du Jury a été attribué à Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli, sortie
fin mars 2018, distribué par Kinovista.
– Le Prix d’interprétation féminine a été attribué à Maria-Victoria Dragus dans
Mademoiselle Paradis de Barbara Albert.
– Le prix d’interprétation masculine a récompensé le comédien Andrew Plummer
dans Lean on Pete de Andrew Haigh.
– Le prix de la meilleure musique originale, doté de 1 000 euros par la SACEM, a
été attribué à James Edward Baker pour Lean on Pete de Andrew Haigh.
– Le prix de la meilleure photographie a été décerné à Magnus Nordenhof Jonck
pour Lean on Pete de Andrew Haigh

De son côté, le public a choisi de récompenser « La mauvaise réputation » de Iram Haq et le jury presse a choisi l’excellent film russe « Arythmie » de Boris Khlebnikov.

Vivement l’année prochaine!

 

César 2017 : le Palmarès

7787413921_jean-paul-belmondo-bien-entoure-sur-la-scene-des-cesar-en-2017.jpg

On retiendra de cette soirée que Jérôme Commandeur s’en est plutôt bien sorti en maître de cérémonie, on se souviendra de sa version de Lalaland en duo avec Marthe Villalonga, de la présence de George Clooney, du très émouvant hommage à Jean-Paul Belmondo, du discours très politique de François Ruffin (réalisateur de « Merci Patron ») et de celui d’Isabelle Huppert, très peu modeste ou encore de l’émotion des espoirs Oulaya Amamra et Niels Schneider.

>> Meilleur film : Elle de Paul Verhoeven

Étaient aussi nommés : Divines de Houda Benyamina, Frantz de François Ozon, Les innocentes d’Anne Fontaine, Ma loute de Bruno Dumont, Mal de pierres de Nicole Garcia, Victoria de Justine Triet

Si à mon sens, la récompense aurait dû aller à Frantz, plus grand film français de l’année, le résultat sacre le favori.

>> Meilleur réalisateur : Xavier Dolan pour Juste la fin du monde

Étaient aussi nommés : Houda Benyamina pour Divines, Paul Verhoeven pour Elle, Anne Fontaine pour Les innocentes, Bruno Dumont pour Ma Loute, Nicole Garcia pour Mal de pierres, François Ozon pour Frantz

Si Xavier Dolan est récompensé ici, c’est certainement parce que le film « Elle » a été sacré meilleur film et que le nouveau règlement ne permettait pas le doublé. Mon choix se serait toutefois porté sur François Ozon, certainement le plus grand cinéaste français aujourd’hui, injustement snobé chaque fois!

>> Meilleure actrice : Isabelle Huppert dans Elle

Étaient aussi nommées : Judith Chemla dans Une vie, Marion Cotillard dans Mal de pierres, Virginie Efira dans Victoria, Marina Foïs dans Irréprochable, Sidse Babett Knudsen dans La fille de Brest, Soko dans La danseuse

Isabelle Huppert était la favorite même si la performance de Marion Cotillard dans « Mal de Pierres » est totalement sous-estimée. Le discours de la gagnante était loin d’être un exemple d’humilité.

>> Meilleur acteur : Gaspard Ulliel dans Juste la fin du monde

Étaient aussi nommés : François Cluzet dans Médecin de campagne, Pierre Deladonchamps dans Le fils de Jean, Nicolas Duvauchelle dans Je ne suis pas un salaud, Fabrice Luchini dans Ma loute, Pierre Niney dans Frantz, Omar Sy dans Chocolat

La compétition était assez serrée cette année; Nicolas Duvauchelle avait toutefois proposé une performance assez impressionnante dans « Je ne suis pas un salaud ».

>> Meilleure actrice dans un second rôle : Déborah Lukumuena dans Divines

Étaient aussi nommées : Nathalie Baye dans Juste la fin du monde, Valeria Bruni Tedeschi dans Ma loute, Anne Consigny dans Elle, Mélanie Thierry dans La danseuse

Superbe dans « Divines », Deborah Lukumuena est quand même la surprise de la soirée alors qu’elle avait une incroyable Nathalie Baye en face!

>> Meilleur acteur dans un second rôle : James Thierrée dans Chocolat

Étaient aussi nommés : Gabriel Arcand dans Le fils de Jean, Vincent Cassel dans Juste la fin du monde, Vincent Lacoste dans Victoria, Laurent Lafitte dans Elle, Melvil Poupaud dans Victoria

Compétition assez équitable dans cette catégorie et résultat somme toute assez juste.

>> Meilleur espoir féminin : Oulaya Amamra dans Divines

Étaient aussi nommées : Paula Beer dans Frantz, Lily-Rose Depp dans La danseuse, Noémie Merlant dans Le ciel attendra, Raph dans Ma loute

L’une des évidences de la soirée, Oulaya Amamra est magnifique dans « Divines ». Dommage que sa soirée soit gâchée par quelques extrêmistes qui s’amusent à exhumer des tweets de l’actrice lorsqu’elle avait 15 ans en la taxant d’homophobe et francophobe! On se souviendra de son discours rempli d’émotion!

>> Meilleur espoir masculin : Niels Schneider dans Diamant noir

Jonas Bloquet dans Elle, Damien Bonnard dans Rester vertical, Corentin Fila dans Quand on a 17 ans, Kacey Mottet Klein dans Quand on a 17 ans

Il était l’un des favoris et il l’a eu; Niels Schneider est récompensé pour son rôle dans « Diamant Noir ».

>> Meilleur scénario original : Sólveig Anspach et Jean-Luc Gaget pour L’Effet aquatique

Étaient aussi nommés : Romain Compingt, Houda Benyamina et Malik Rumeau pour Divines, Sabrina B. Karine, Alice Vial, Pascal Bonitzer et Anne Fontaine pour Les Innocentes, Bruno Dumont pour Ma Loute, Justine Triet pour Victoria

C’est l’une des surprises de la soirée et c’est mérité même si Solveig Anspach n’aura malheureusement pu venir chercher sa récompense (elle est décédée l’an dernier).

>> Meilleur premier film : Divines de Houda Benyamina

Étaient aussi nommés : Cigarettes et Chocolat chaud de Sophie Reine, La Danseuse de Stéphanie Di Giusto, Diamant noir de Arthur Harari, Rosalie Blum de Julien Rappeneau

C’était le favori et le vent de fraîcheur de « Divines » est récompensé!

>> Meilleur film étranger : Moi, Daniel Blake de Ken Loach

Étaient aussi nommés : Aquarius de Kleber Mendonça Filho, Baccalauréat de Cristian Mungiu, La fille inconnue de Luc et Jean-Pierre Dardenne, Manchester by the sea de Kenneth Lonergan, Juste la fin du monde de Xavier Dolan, Toni Erdmann de Maren Ade

Une récompense totalement politique! Le meilleur film était incontestablement « Aquarius », déjà reparti bredouille de Cannes!

>> Meilleur film documentaire : Merci Patron ! de François Ruffin

Étaient aussi nommés : Dernières nouvelles du cosmos de Julie Bertucelli, Fuocoammare, par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi, Swagger d’Olivier Babinet, Voyage à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

Belle compétition cette année; choix sans doute aussi politique avec un discours tout aussi engagé de François Ruffin!

>> Meilleure adaptation : Céline Sciamma pour Ma vie de Courgette, d’après le roman Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris

Étaient aussi nommés : David Birke pour Elle, d’après le roman Oh… de Philippe Djian, Séverine Bosschem et Emmanuelle Bercot pour La Fille de Brest, d’après le livre Mediator 150 mg : combien de morts ? de Irène Frachon, François Ozon pour Frantz, d’après la pièce de théâtre L’Homme que j’ai tué de Maurice Rostand, Nicole Garcia et Jacques Fieschi pour Mal de pierres, d’après le roman Mal de pierres de Milena Agus, Katell Quillévéré et Gilles Taurand pour Réparer les vivants, d’après le roman Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

L’une des surprises avec la récompense pour l’adaptation en film d’animation de « Ma vie de Courgette » par Céline Sciamma, l’un des plus beaux film de l’année!

>> Meilleur montage : Xavier Dolan pour Juste la fin du monde

Étaient aussi nommés : Loïc Lallemand et Vincent Tricon pour Divines, Job ter Burg pour Elle, Laure Gardette pour Frantz, Simon Jacquet pour Mal de pierres

Nouvelle récompense pour le Québecois qui assure lui-même le montage de son film!

>> Meilleur décor : Jérémie D. Lignol pour Chocolat

Étaient aussi nommés : Carlos Conti pour La Danseuse, Michel Barthélémy pour Frantz, Riton Dupire-Clément pour Ma Loute, Katia Wyszkop pour Planetarium

Compétition équilibrée ici, la récompense va à Chocolat.

>> Meilleur costume : Anaïs Romand pour La Danseuse

Étaient aussi nommés : Pascaline Chavanne pour Frantz, Catherine Leterrier pour Mal de pierres, Alexandra Charles pour Ma Loute, Madeline Fontaine pour Une vie

Formidables costumes que ceux de la Danseuse, justement récompensé.

>> Meilleur photographie : Pascal Marti pour Frantz

Étaient aussi nommés : Stéphane Fontaine pour Elle, Caroline Champetier pour Les Innocentes, Guillaume Deffontaines pour Ma Loute, Christophe Beaucarne pour Mal de pierres

Logique et c’est enfin un premier César dans la carrière de François Ozon!

>> Meilleur son : Marc Engels, Fred Demolder, Sylvain Réty et Jean-Paul Hurier pour L’Odyssée

Étaient aussi nommés : Brigitte Taillandier, Vincent Guillon et Stéphane Thiébaut pour Chocolat, Jean-Paul Mugel, Alexis Place, Cyril Holtz et Damien Lazzerini pour Elle, Martin Boissau, Benoît Gargonne et Jean-Paul Hurier pour Frantz, Jean-Pierre Duret, Syvlain Malbrant et Jean-Pierre Laforce pour Mal de pierres

Logique récompense pour le film français le plus impressionnant sur le plan technique!

>> Meilleure musique originale : Ibrahim Maalouf pour Dans les forêts de Sibérie

Étaient aussi nommés : Gabriel Yared pour Chocolat, Anne Dudley pour Elle, Philippe Rombi pour Frantz, Sophie Hunger pour Ma vie de Courgette

Logique également tant Ibrahim Maalouf a la côte actuellement!

>> Meilleur film d’animation : Ma vie de Courgette de Claude Barras

Étaient aussi nommés : La Jeune Fille sans mains de Sébastien Laudenbach, La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit

Grosse compet avec trois grands films mais le César va au favori!

>> Meilleur court métrage : Maman(s) de Maïmouna Doucouré et Vers la tendresse d’Alice Diop

Étaient aussi nommés : Après Suzanne de Félix Moati, Au bruit des clochettes de Chabname Zariab, Chasse royale de Lise Akoka et Romane Gueret

Ex-aequo pour deux très beaux courts, engagés!

>> Meilleur court métrage d’animation : Celui qui a deux âmes de Fabrice Luang-Vija

Étaient aussi nommés : Café froid de François Leroy et Stéphanie Lansaque, Journal animé de Donato Sansone, Peripheria de David Coquard-Dassault

Festival de Cinéma Européen des Arcs 2016: le Palmarès

2016-12-16_Manuel-246 (1).jpg

2016-12-16_Manuel-264.jpg

Ca y est! Les différents jurys ont rendu leur verdict, dont ressortent deux films, « Glory », sans conteste le meilleur film de la compétition et » Layla M », le film de Mijke de Jong sur la radicalisation d’une jeune Hollandaise.

Voici le palmarès complet:

La Flèche de Cristal, en partenariat avec Hiventy, a été remise au long-métrage de Kristina Groseva et Petar Valchanov, Glory, distribué par Urban Distribution !

Le Grand Prix du Jury a été attribué à Home de Fien Troch

Une mention a été remise à The Fixer d’Adrian Sitaru !

Le Prix d’interprétation féminine a été attribué à Nora El Koussour dans Layla M de Mijke de Jong !

Le prix d’interprétation masculine a récompensé le comédien Tudor Istodor dans The Fixer d’Adrian Sitaru, qui sortira le 1er mars 2017, distribué par Damned Distribution. !

Le prix de la meilleure musique originale, doté par la SACEM, a été attribué à Nicola Piovani pour L’Indomptée de Caroline Deruas, qui sortira le 1er février 2017 distribué par Les Films du Losange. !

Le prix de la meilleure photographie a été décerné à Gösta Reiland pour Pyromaniac d’Erik Skojblærg

Le prix du Public, remis en partenariat avec France 4, a récompensé Layla M de Mijke de Jong.

Le prix de la Presse, décerné par un jury de 4 journalistes des rédactions de Transfuge, Elle, La Repubblica et Le Journal des Femmes a été remis au film Glory de Kristina Groseva et Petar Valchanov Avec mention pour les deux comédiennes Funda Eryigit, Ecem Uzun et Yesim Ustaoglu la réalisatrice de Clair Obscur.

Le Prix 20Minutes d’Audace remis par un jury de six journalistes du quotidien « 20 Minutes » a été remis à Zoology, d’Ivan Ivanovitch Tverdovskiy, distribué par Arizona Distribution.

Le prix Cineuropa, attribué à un film produit ou co-produit par un pays participant au programme MEDIA ou membre du programme Eurimages, a été remis au film Lady Macbeth (The young lady) qui sortira le 12 avril 2017, distribué par KMBO.

Le prix du Meilleur court-métrage, doté par Transfuge et décerné par un jury composé du réalisateur Antonin Peretjatko, de la comédienne Alice de Lencquesaing, de la réalisatrice Audrey Estrougo, du chroniqueur François Theurel, alias Le Fossoyeur de film, de la comédienne et réalisatrice Lola Bessis et de Grégory Audermatte, programmateur pour Arte, a été attribué à Rhapsody de Constance Meyer.

Une mention a été décernée à Ambulance de Sebastian Torngren-Wartin.

Les lycéens de Bourg Saint Maurice, Albertville et Chambéry ont remis le prix du Jury Jeune au film L’Indomptée de Caroline Deruas et une mention spéciale à Zoology d’Ivan Ivanovitch Tverdovskiy.

Le palmarès est donc assez juste même si l’on peut discuter du choix de la photographie pour Pyromane au détriment de celle très belle de « The Young Lady ».

 

FIFIB 2016: Le Palmarès

14691453_986422914802685_2285690582107956818_o.jpg

Le palmarès du cinquième Festival International du Film Indépendant de Bordeaux est tombé; le jury présidé par Elli Medeiros a donc rendu son verdict.

Le Grand Prix du Jury récompense donc « Hedi » de Mohamed Ben Attia et une mention spéciale ira à « Animal Politico » de Tiao.

Le Prix du jury Contrebandes récompensant un film sans distributeur ira lui à « Heis » de Anaïs Volpé.

« Chasse Royale » de Lise Akoka et Romane Guéret a décroché le prix du Court métrage. Le jury de critiques, quant à lui, a choisi de récompenser « Fear itself », ce qui peut prêter à discussion tant le film est tout sauf un du Cinéma!

Enfin, le Jury Erasmus a également récompensé « Hedi ».

La bête à concours « Grave » de Julia Ducournau sera donc cette fois repartie bredouille.

Vivement l’année prochaine!

Cannes 2016: le Palmarès

ken-loach-a-remporte-la-palme-d-or-2016-au-festival-de_3817125_1000x500

Après 10 jours d’un festival cette année de très haute tenue selon l’avis général, le jury présidé par George Miller a rendu son verdict et livré un palmarès qui, comme souvent, fait débat. Tout d’abord quelques éléments d’importance ont marqué cette soirée:

  • Le Maître de cérémonie Laurent Lafitte a semblé prendre en compte les critiques qui ont suivi son intervention lors de l’ouverture en restant étonnamment sage.
  • Ibrahim Maalouf nous a gratifiés d’un intermède musical de haute volée en reprenant quelques musiques de Palmes d’Or accompagné d’autres musiciens comme le trio féminin LEJ.
  • Chaque prix a été remis cette année par l’un des membres du jury.
  • Une Palme d’honneur a été remise à Jean-Pierre Léaud.

Après la Palme du court-métrage, les récompenses pour les longs métrages ont été les suivantes:

  • Caméra d’Or pour « Divines » de Houda Benyamina. La réalisatrice est l’auteur d’un discours de remerciement qui n’en finissait pas et qui ne manquait pas de « clito »!
  • Prix d’Interprétation masculine pour Shahab Hosseini pour « le client » d’Asghar Farhadi. Le cinéaste iranien avait déjà décroché un prix d’interprétation pour Bérénice Bejo pour son précédent film, « le Passé ».
  • Prix du jury pour « American Honey » d’Andrea Arnold, road movie de trois heures qui n’enthousiasma pas la Croisette. C’est le troisième prix du jury récolté par la réalisatrice anglaise.
  • Prix d’Interprétation pour Jaclyn Jose dans « Ma Rosa » de Brillante Mendoza, film qui ne fit pas l’unanimité, loin de là. Le réalisateur philippin décrocha un Prix de la mise en scène en 2009 pour « Kinatay ».
  • Prix du meilleur Scénario pour « le Client » d’Asghar Farhadi. C’est une surprise, le festival n’attribuant, en principe, jamais deux prix pour le même film.
  • Prix de la mise en scène ex-aequo à Olivier Assayas pour « Personal Shopper » et Cristian Mungiu pouyr « Baccalauréat ». C’est la première fois que le réalisateur décroche une récompense à Cannes. Quant au cinéaste roumain dont le film fut très positivement accueilli, il a déjà raflé une Palme d’Or pour « 4 mois, 3 semaines, 2 jours » et un Prix du scénario pour « Au-delà des collines ».
  • Grand Prix pour « Juste la fin du monde » de Xavier Dolan, assez fraîchement accueilli par la critique. Le réalisateur, déjà récipiendaire d’un Prix du jury il y a deux ans pour « Mommy » fut l’auteur d’un discours ému et émouvant qu’il conclut par ces mots : « Je préfère la folie des passions à la sagesse de l’indifférence ».
  • Enfin, la Palme d’Or revient pour la deuxième fois à Ken Loach pour son film « I Daniel Blake » que beaucoup considèrent comme son plus mauvais film, véritable chantage émotionnel! Le discours du cinéaste fut très politiquement engagé, comme il en a l’habitude.

Evidemment aucun commentaire ne sera émis dans ces lignes sur ce palmarès tant que je n’aurai pas vu les films. Les observateurs regrettent l’absence au tableau des récompenses de films comme « Toni Erdmann », « Julieta », « Ma loute », « Aquarius » ou encore « Elle ». Quoi qu’il en soit, tout ceci donne très envie!

 

Oscars 2016: le Palmares

leonardo-dicaprio-pl.jpg

La question qui taraudait toute la planète depuis des semaines, « Leo va-t-il enfin décroché son Oscar » a enfin trouvé sa réponse la nuit dernière! Les Oscars 2016 ont en effet trouvé leurs acquéreurs  avec un palmarès finalement sans grande surprise. Les grosses surprises venaient surtout des nominations dont étaient absents Spielberg et Tarantino!

Meilleur filmSpotlight de Tom McCarthy.

Si Mad Max semblait supérieur à Spotlight, ce dernier avait tout pour plaire à l’Académie qui raffole des films à portée politique et à la forme classique!

Meilleur réalisateur : Alejandro Gonzalez Inarritu pour The Revenant.

Inarritu était favori après son Golden Globe et a donc récidivé cette année bien que George Miller l’ait largement mérité!

Meilleur acteur : Leonardo DiCaprio dans The Revenant.

La cinquième nomination en tant qu’acteur (une en tant que producteur pour le Loup de Wall Street) fut la bonne pour DiCaprio même si, objectivement, il l’aurait mérité davantage pour « Aviator » ou » le Loup de Wall Street ». Son principal concurrent était Michael Fassbender pour « Steve Jobs » qui voit pour la deuxième fois la récompense lui échapper.

Meilleure actrice : Brie Larson dans Room.

C’est l’une des surprises de la soirée pour cette jeune actrice encore peu connue qui ravit la récompense à Cate Blanchett pourtant magnifique dans « Carol ».

Meilleur acteur dans un second rôle : Mark Rylance pour Le Pont des espions.

Si voir Sylvester Stallone soulever le trophée pour « Creed » aurait été sympa, la phénoménale performance de Rylance dans le film de Spielberg est fort justement récompensée!

Meilleure actrice dans un second rôle : Alicia Vikander dans The Danish Girl.

C’est clairement l’outsider de la catégorie qui rafle la mise sous le nez de Jennifer Jason Leigh, Rooney Mara et Kate Winslet!

Meilleur scénario original : Josh Singer et Tom McCarthy pour Spotlight.

Belle concurrence ici avec Vice Versa et le Pont des Espions, mais la récompense est tout de même méritée.

Meilleur scénario adapté : Charles Randolph et Adam McKay pour The Big Short : le casse du siècle.

Une récompense pour le très beau script de « Carol » m’aurait ravi, dommage…

Meilleur film étrangerLe Fils de Saul de László Nemes (Hongrie).

Le Français « mustang » repart bredouille, dommage…

Meilleur film d’animationVice-versa de Pete Docter et Jonas Rivera.

Evidemment!

Meilleur documentaireAmy de Asif Kapadia.

Evidemment!

Meilleure photographie : Emmanuel Lubezki pour The Revenant.

Rien à dire même si j’avais un faible pour la magnifique photo des « Huit Salopards »!

Meilleur montage : Margaret Sixel pour Mad Max: Fury Road.

Meilleurs décors : Colin Gibson et Lisa Thompson pour Mad Max: Fury Road.

Meilleure création de costumes : Jenny Beavan pour Mad Max: Fury Road.

Meilleurs maquillages et coiffures : Lesley Vanderwalt, Elka Wardega et Damian Martin pour Mad Max: Fury Road.

Meilleur montage sonore : Mark A. Mangini et David White pour Mad Max: Fury Road.

Meilleur mixage de son : Chris Jenkins, Gregg Rudloff et Ben Osmo pour Mad Max: Fury Road.

Tous les Oscars techniques pour Mad Max sont amplement mérités!

Meilleurs effets visuels : Mark Williams Ardington, Sara Bennett, Paul Norris, Andrew Whitehurst pour Ex Machina.

Surprise avec Star Wars dans la catégorie, qui repartira finalement bredouille!

Meilleure chanson originale : Jimmy Napes et Sam Smith pour Writing’s on the Wall dans 007 Spectre.

Meilleure musique de film : Ennio Morricone pour Les Huit Salopards.

Grande joie de voir l’immense Ennio Morricone remporter le premier Oscar de sa carrière pour sa formidable BO des Huit Salopards!

Meilleur court métrage de fiction : Stutterer, de Serena Armitage et Benjamin Cleary.

Meilleur court métrage d’animation : Bear Story de Pato Escala Pierart et Gabriel Osorio Vargas.

Meilleur court métrage documentaire : A Girl in the River : The Price of Forgiveness de Sharmeen Obaid-Chinoy.