CRITIQUE: L’ETE DU DEMON (1978)

J’ai vu hier soir en dvd un film absolument magnifique de Yoshitaro Nomura, « l’été du démon ». J’avais déjà adoré « le vase de sable » que je vous conseille également.

Il nous parle ici d’un couple banal de petits artisans imprimeurs dont le mari entretient depuis 7 ans une liaison secrète de laquelle sont nés trois enfants. Tout va bien jusqu’au jour où la maîtresse, lassée des difficultés financières de son amant qui l’empêchent de subvenir aux besoins de sa famille illégitime, décide de le placer face à ses responsabilités. Elle débarque donc chez lui,lui laisse les enfants et disparaît de la circulation.

Le moins que l’on puisse dire est que cette nouvelle est très mal accueilllie par l’épouse qui va révéler ses plus bas instincts. Alors que le mari commence à prendre à coeur son nouveau rôle de père, sa femme va lui imposer tout simplement de supprimer les enfants.

Cette horrible histoire est portée par une magnifique mise en scène et une interprétation formidable. Ken Ogata, joue brillamment cet homme tiraillé entre un rôle de père qu’il découvre et prend à coeur et sa femme qui le tyrannise. Cette dernière, jouée par Shima Iwashita, est tout simplement terrifiante; aveuglée par la haine qu’elle éprouve pour la maîtresse de son mari et la lacheté de celui-ci, elle fait vivre les pires supplices aux enfants. L’aîné des enfants, le petit Hiroki Iwase, dégage une émotion incroyable; abandonné par sa mère et promis à la mort par son père, toute la détresse du monde tient dans son regard.

Un très grand film d’un très grand cinéaste qui nous fait plonger avec horreur dans le quotidien d’une famille pour aboutir au pire des faits divers. A voir absolument

Publicités