CRITIQUE: MAMMA MIA (2008)

A la vision de ce film, deux questions s’imposent:

-Par quel mystère les plus gros succès au box-office sont-ils souvent les plus mauvais films (les Visiteurs, le Grand Bleu, Bienvenue chez les ch’tis, etc…)?

-Et surtout, comment se fait-il qu’un nombre incalculable de jeunes auteurs et réalisateurs talentueux ne trouve pas les moyens financiers de s’exprimer alors que sortent des films (si l’on peut utiliser ce terme) pareils en salle?

En effet, dès les premiers plans, on est frappé par tant de laideur! On se demande tout le film, si c’est volontaire ou non; Max Pecas à côté, c’est Orson Welles!

Tout est bourré de clichés (la Grèce de carte postale avec son traditionnel homosexuel!) et l’intrigue est cousue de fil blanc. La fille de Donna se marie et invite trois anciens amants de sa mère qui pourraient être son père. On sait pertinemment qu’on en saura pas plus à la fin et c’est ce qui se passe. L’histoire n’est que le prétexte à enchaîner les chansons d’Abba avec plus ou moins de réussite; mention spéciale à Meryl Streep qui s’en tire très bien niveau chanson. Tout est très « cucu la praline » avec pour summum la scène où tous les invités dansent sous la flotte en jetant leurs chemises, tout ça filmé au ralenti comme une pub pour un gel douche!

Il est incroyable que le seul fait de nous resservir quelques énormes tubes que tout le monde adore (même s’ils ne l’avouent pas!), quand même entrecoupés de grosses m….., ait suffit à en faire un tel succès! Et si mes souvenirs sont bons, Studio en avait fait son film du mois! Je me demande si je peux toujours faire confiance à ce magazine!

Publicités