Critique: Bac Nord

RéalisationCédric Jimenez
ScénarioCédric Jimenez
Audrey Diwan
MusiqueGuillaume Roussel
Acteurs principauxGilles Lellouche
Karim Leklou
François Civil
Adèle Exarchopoulos
Sociétés de productionChi-Fou-Mi Productions
France 2 Cinéma
Studiocanal
Pays d’origine France
GenrePolicier
Durée104 minutes
Sortie18 août 2021

2012. Les quartiers Nord de Marseille détiennent un triste record : la zone au taux de criminalité le plus élevé de France. Poussée par sa hiérarchie, la BAC Nord, brigade de terrain, cherche sans cesse à améliorer ses résultats. Dans un secteur à haut risque, les flics adaptent leurs méthodes, franchissant parfois la ligne jaune. Jusqu’au jour où le système judiciaire se retourne contre eux…

Après « Aux yeux de tous », « la French » et « HHhH », le minot Cédric Jimenez sort son quatrième film, « Bac Nord », dans lequel il s’inspire d’une affaire mettant en lumière les pratiques limites de certains flics de la Bac pour parvenir à leurs fins en matière de trafic de drogue dans les quartiers nord de la cité phocéenne. Présenté hors compétition au Festival de Cannes, on se souvient de l’intervention d’un journaliste irlandais déclarant que le film donnait « envie de voter Marine Le Pen » à la consternation de l’équipe du film! Rien de tout ça! « Bac Nord » est un polar social tendu comme un arc, plutôt bien réalisé, façon Scorsese sur la Canebière et surtout porté par un casting absolument impeccable, notamment le trio Lellouche, Civil, Leklou et Adèle Exarchopoulos pour illuminer le tout. Même si l’impression de déjà vu persiste jusqu’à une scène qui rappelle étrangement « les Misérables », le récit est prenant et réserve quelques beaux moments de cinoche, dont une scène avec un gamin ponctuée par « la Bandite » de Jul (et Dieu sait que je ne l’aime pas!) qui restera dans les mémoires!

Critique Dvd: Shéhérazade

81fUaXSHWLL._SL1500_.jpg

LE FILM:

4.5

Zachary, 17 ans, sort de prison.
Rejeté par sa mère, il traîne dans les quartiers populaires de Marseille. C’est là qu’il rencontre Shéhérazade…

Sélectionné à la Semaine de la Critique et Prix Jean Vigo, ce premier film de Jean-Bernard Marlin se fait remarquer partout où il passe. Sorte d’hybride entre le film de gangsters scorsesien et le naturalisme de Kechiche, « Shéhérazade » est l’histoire d’une rencontre entre un jeune mineur tout juste sorti de prison et une jeune prostituée. Ces deux êtres à la dérive vont chuter ensemble, malgré leur amour, pour mieux grandir et se relever. D’un côté, Zachary s’amuse de la boutade de son geôlier le jour de la sortie qui lui lance « à bientôt », certain de ne pas rechuter. Quelques minutes plus tard, lorsqu’il voit que sa « daronne » n’est pas dehors pour sa sortie et qu’elle « ne peut plus s’en occuper », ses certitudes sont bousculées et sa seule issue est de retrouver ses amis avec qui il a fait les 400 coups. De l’autre, il y a la jeune Shéhérazade, qui se prostitue pour survivre dans un appart miteux en compagnie d’une collègue transexuelle. Ces trois personnages vont alors trouver leur compte à s »‘associer », un revenu pour Zachary et une protection pour Shéhérazade et sa copine. Dans un microcosme où le respect de la femme n’existe pas, Zachary va avoir du mal à assumer sa relation.

Extrêmement noir, le film surfe tout de même sur des thèmes extrêmement plombant que ce soit la prostitution, la drogue, la prison, la violence et pourtant… Dès la première nuit entre Zach et Shéhérazade, enlacés, à la lueur d’une veilleuse en forme de canard, la jeune fille suçant son pouce, la douceur et la tendresse surgit et restera comme un signe d’espoir tout au long du film. Violent, noir, glauque mais baigné d’un romantisme fou, « Shéhérazade » est l’un des premiers films les plus marquant de l’année!

TECHNIQUE:

3.5

On aurait aimé un support HD mais ça reste correct!

BONUS:

3.5

On trouve ici une courte interview du réalisateur, quelques scènes coupées, les essais de l’actrice principale mais surtout le court métrage « la Fugue », dans le même genre que le long. On aurait bien aimé un making of…

VERDICT:

4.5

L’un des premiers films chocs de 2018!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez AD VITAM dès le 8 janvier