Critique Bluray: Hangover Square

617bAYWg2YL._SL1000_.jpg

Titre original Hangover Square
Réalisation John Brahm
Scénario Barré Lyndon
Acteurs principaux
Sociétés de production Twentieth Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film noir
Durée 77 minutes
Sortie 1945

LE FILM:

4.5

Londres, 1899. Le compositeur George Bone est en train d’écrire un nouveau concerto. Surmené par son travail, il est sujet à des périodes d’absences durant lesquelles il perd le contrôle de lui-même. A son réveil, il n’a aucun souvenir de ce qu’il a fait. Certains détails l’amènent à penser qu’il est un assassin. 

L’éditeur Rimini continue son travail de défricheur avec « Hangover Square » réalisé par un cinéaste allemand méconnu, John Brahm, variation sur le thème de Jack l’Eventreur. Dans un noir et blanc expressionniste, le cinéaste met en scène un compositeur qui, en présence de bruits dissonants, perd la raison et commet des crimes, le tout dans un Londres victorien des plus angoissants. Le criminel est incarné par un acteur lui aussi peu connu, Laird Cregar, géant au regard de fou, que la mort prématurée à 31 ans empêcha de connaître plus grande carrière. Remarquablement mis en scène, Hangover Square tient en haleine jusqu’à un final complètement fou! Une vraie découverte!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie restaurée d’une netteté à toute épreuve!

BONUS:

4.5

On trouve plusieurs interventions toutes passionnantes: Guillemette Odicino, critique, qui revient sur la genèse du film, Stephan Oliva, musicien qui revient sur la musique de Bernard Hermann et enfin François Guérif sur le roman d’origine.

VERDICT:

4.5

Une pépite à découvrir dans une superbe édition!

Disponible en Bluray (19.99 euros) chez Rimini Editions dès le 3 janvier

Publicités

Critique Bluray: Peaky Blinders saison 2

813dhlY7UTL._SL1500_.jpg

 

LA SERIE:

4.5

Deux années ont passé depuis que Grace est partie. Tommy a consolidé la place des Peaky blinders à Birmingham et prépare son expansion à Londres, mais Darby Sabini ne compte pas laisser son territoire lui échapper. Campbell refait surface et piège Tommy pour qu’il commette un meurtre pour le compte de la Couronne.

L’avertissement « Don’t fuck with the Peaky Blinders » lancé par Polly Gray dans le dernier épisode de cette nouvelle saison pourrait bien être son sous-titre. Située deux ans après la géniale saison 1, cette suite nous montre la soif d’expansion de Tommy Shelby qui quitte Birmingham pour s’installer à Londres. Lui et sa famille vont se retrouver en pleine guerre des gangs, celui du terrible Alfie Solomons (fabuleux Tom Hardy) et celui de l’Italien Sabini, tout ceci sous l’oeil du flic Chester Campbell (Sam Neill). Toujours aussi brillamment réalisée, la série, dorénavant installée, va ici droit au but et réserve quelques flambées de violence choc, notamment le magnifique dernier épisode à l’hippodrome. L’interprétation est toujours parfaite avec une mention spéciale au bestial Paul Anderson dans le rôle d’Arthur Shelby et la BO toujours aussi électrique! Chef d’oeuvre!

TECHNIQUE:

4.5

Magnifique support pour la très belle photo de cette série!

BONUS:

2

Sur le bluray 2, on trouve un making of d’une vingtaine de minutes.

VERDICT:

4.5

L’une des grandes séries anglaises du moment! Indispensable!

Disponible en DVD (34.99 euros) et bluray (34.99 euros) chez ARTE EDITIONS dès le 23 mars.

 

CRITIQUE: SHERLOCK HOLMES (2009)

Warner Bros. France

Sherlock Holmes (Robert Downey Jr) et son fidèle ami le Dr Watson(Jude Law) enquêtent sur une série de meurtres rituels à Londres. Le coupable attrapé, Blackwood, est executé. Quelques temps après, la panique gagne la ville , celui-ci aurait ressucité…

Guy Ritchie sévit à nouveau et prouve qu’il est toujours un piètre réalisateur. Pour dynamiser un récit complètement inintéressant au possible, Ritchie nous gratifie de moults accélérations et ralentis très pénibles sur deux heures. Quant au duo, il cabotine à outrance. La seule trouvaille est d’avoir mis au placard le célèbre chapeau et la pipe et de sous-entendre une relation plus qu’amicale entre les deux compères.

A part ça, passez votre chemin!