Critique: La Femme de mon frère

affiche-353-ecedb.jpg

Réalisation Monia Chokri
Scénario Monia Chokri
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Genre drame
Durée 117 minutes
Sortie 26 juin 2019

Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, séducteur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Eloïse, la gynécologue de Sophia…

Premier film de la comédienne Monia Chokri, aperçue notamment chez Xavier Dolan, « la Femme de mon frère » est un pétillant portrait de femme. Sophia, jeune trentenaire québecoise, ne parvient pas à quitter son frère avec qui elle vit. Toujours à la recherche d’un emploi après son doctorat, elle cherche aussi l’amour, enchaînant les grossesses non désirées. Sa vie va se trouver bouleversée lorsque son frère, lui, va enfin rencontrer l’amour. Véritable bonbon pop, « la femme de mon frère » se démarque par ses dialogues finement ciselés et son humour imparable mais surtout par l’interprétation de son actrice Anne-Elisabeth Bossé, véritable Bridget Jones québecoise. Un peu fourre-tout, le film de Monia Chokri ose et tente beaucoup, se perdant parfois, erreur de jeunesse, au risque de paraître un peu longuet sur la fin. Mais cette comédie allenienne en diable est un petit régal dont il serait dommage de se priver!

4

Publicités

CRITIQUE: TETRO (2009)

Memento Films Distribution

Bennie, 18 ans, part retrouver son frère aîné Tetro, exilé à Buenos Aires depuis 10 ans. Bennie veut comprendre et tout savoir sur sa famille, son père, illustre chef d’orchestre despotique ou sa mère aujourd’hui décédée. Tetro, lui, a déjà enterré de nombreux secrets qu’il ne souhaite pas révéler…

Souvent taxé de mégalomanie, Coppola livre ici un film intimiste, complètement auto-produit, très loin des « Parrains » ou autre « Dracula ». Tournée dans un somptueux noir et blanc qui rappelle « Rusty James », cette plongée dans les secrets d’une famille est sûrement un des films les plus personnels du Maître qui en signe aussi le scénario. Le père déclare d’ailleurs qu' »il n’y a de la place que pour un génie dans la famille », surprenant quand on connaît la généalogie des Coppola(Carmine, le grand-père compositeur, Francis Ford le père, Sofia la fille réalisatrice, son cousin Nicolas Cage…) On y suit Vincent Gallo dans le rôle du grand frère comme toujours parfait (Studio Cinélive a qualifié son jeu d' »outré », nous n’avons pas dû voir le même film!!!) et la révélation Alden Ehrenreich aux faux airs de Di Caprio dont on reparlera sûrement. On peut également retrouver Klaus Maria Brandauer si rare depuis quelques années et la star espagnole Carmen Maura, casting de choix donc!

Très beau film qui réserve de très beaux moments et qui parvient à nous surprendre.