6ème Festival 2 Valenciennes: le Palmarès

s4gp.png

Le 6ème festival de Valenciennes qui se tenait la semaine dernière vient de rendre son verdict. Le jury présidé par Jean-Pierre Mocky a notamment attribué le Grand Prix à « Chala, une enfance cubaine ».

La Compétition Fictions a récompensé :
  • GRAND PRIX DU FESTIVAL 2 VALENCIENNES : Chala, une enfance cubaine d’Ernesto Daranas (Cuba)
  • PRIX DU JURY : La Saison des femmes de Leena Yadav (Inde)
  • PRIX D’INTERPRÉTATION FÉMININE : Tannishtha ChatterjeeRadhika ApteSurveen Chawla et Lehar Khan pour le film « La Saison des femmes »
  • PRIX D’INTERPRÉTATION MASCULINE Corentin Fila pour le film « Quand on a 17 ans » ex-acquo avec Armando Valdés Freire pour le film « Chala, une enfance cubaine »
  • PRIX DE LA CRITIQUE : L’Avenir de Mia Hansen-Løve (France)
  • PRIX DU PUBLIC : Colonia de Florian Gallenberger (Allemagne/Luxembourg/France)
  • PRIX DES ÉTUDIANTS : Dégradé d’Arab et Tarzan Nasser, (France/Palestine/Qatar)
La Compétition Documentaires a récompensé :
  • GRAND PRIX DU DOCUMENTAIRE : No Lands’ Song d’Ayat Najafi (Allemagne/France)
  • PRIX DE LA CRITIQUE : No Lands’ Song d’Ayat Najafi (Allemagne/France)
  • PRIX DU PUBLIC : Il m’a appelée Malala de Davis Guggenheim (États-Unis)
  • PRIX DES ÉTUDIANTS : Utimo Tango de German Kral (Allemagne/Argentine)

Critique: Chala, une enfance cubaine

017823.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Chala, jeune cubain, malin et débrouillard, est livré à lui-même. Elevé par une mère défaillante qui lui témoigne peu d’amour,il prend soin d’elle et assume le foyer. Il rapporte de l’argent en élevant des chiens de combat. Ce serait un voyou des rues sans la protection de Carmela, son institutrice, et ses sentiments naissants pour sa camarade Yeni…

Sans jamais tomber dans le misérabilisme, Ernesto Daranas nous conte le quotidien d’un petit Cubain, Chala, obligé d’organiser des combats de chiens pour subvenir à ses besoins et ceux de sa mère, alcoolique. Avec une grande liberté de ton et même une certaine légèreté, le cinéaste évoque les difficultés d’être enfant dans un pays où l’exclusion d’une partie de la population est de mise. L’interprétation du petit Armando Valdes Freire est à souligner et sa relation avec son institutrice, incarnée par la regrettée Alina Rodriguez, est des plus émouvantes. Un bien joli film!

4.5

SORTIE LE 23 MARS 2016