CRITIQUE DVD: ENFANCE CLANDESTINE

71GXaW8kuIL__SL1500_LE FILM: 8.5/10

Argentine, 1979. Juan, 12 ans, et sa famille reviennent à Buenos Aires sous une fausse identité après des années d’exil. Les parents de Juan et son oncle Beto sont membres de l’organisation Montoneros, en lutte contre la junte militaire au pouvoir qui les traque sans relâche. Pour tous ses amis à l’école et pour Maria dont il est amoureux, Juan se prénomme Ernesto. Il ne doit pas l’oublier, le moindre écart peut être fatal à toute sa famille. C’est une histoire de militantisme, de clandestinité et d’amour. L’histoire d’une enfance clandestine.

Premier film argentin de Benjamin Avila, Enfance Clandestine a une teneur fortement autobiographique et c’est une réussite à plusieurs niveaux. Mis en scène avec une maîtrise assez hallucinante, Enfance Clandestine se permet même quelques fantaisies loin d’être gratuites comme l’utilisation de l’animation pour illustrer les scènes violentes et garder ce rapport à l’enfance primordial dans le film. Car au-delà de la parfaite reconstitution d’une époque trouble de l’histoire argentine, le film se veut un vrai film politique mais surtout une histoire d’amour adolescente à la force déchirante. Le film d’Avila suscite également une réflexion sur l’engagement politique mais surtout sur la responsabilité et notamment les conséquences de nos actes sur l’existence de nos enfants. Réussir à combiner autant de thématiques dans un premier film passionnant et bouleversant c’est assez rare et c’est pour ça qu’il faut le voir absolument!

TECHNIQUE: 9/10

Très beau rendu pour le support!

BONUS: 8/10

Seul bonus, un entretien avec le réalisateur qui revient en particulier sur l’aspect autobiographique du film. Passionnant!

VERDICT: 8.5/10

Un premier film qui fera date!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Pyramide Vidéo

 

Publicités