CRITIQUE: DALLAS BUYERS CLUB

007448.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :  Jean-Marc Vallée
  • Avec : Matthew McConaughey , Jennifer Garner , Jared Leto …
  • Durée :
    1h57min
  • Pays de production :
     Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Titre original : The Dallas Buyers Club
  • Distributeur :
    UGC Distribution

1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie.

Sur un tel sujet, on pouvait aisément craindre le biopic empesé et du pathos à gogo! Loin de là, le Québécois Jean-Marc Vallée (CRAZY, Café de Flore…) choisit un récit au réalisme quasi-documentaire se permettant même une pincée d’humour notamment dans les échanges entre Woodroof et Rayon. Au-delà d’un portrait fidèle des années Sida, époque où l’on appelait cette maladie « le cancer gay », le film est également une charge contre l’industrie pharmaceutique et la FDA, agence qui approuve les médicaments, mais surtout une fabuleuse histoire de rédemption. Outre la transformation physique subie par le personnage, c’est sa transformation psychologique qui est encore plus impressionnante: d’un roi de l’embrouille homophobe, Ron Woodroof devient un combattant aux valeurs humaines de tolérance et de respect chevillées au corps. Si 6 nominations aux Oscars récompensent déjà le film, ses deux interprètes ont vraiment toutes leurs chances: Matthew McConaughey confirme l’incroyable ampleur qu’a pris sa carrière depuis la Défense Lincoln il y a trois ans avec une prestation saisissante bien au-delà des 20 kilos perdus et Jared Leto, pour son premier rôle depuis 4 ans, fait un retour fracassant dans le rôle magnifique d’un transexuel. Un très beau film dont la sobriété n’en atténue aucunement la force!

NOTE: 8.5/10

Une réflexion sur “CRITIQUE: DALLAS BUYERS CLUB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s