CRITIQUE: LA PRIMA COSA BELLA (2010)

Été 1971. Anna, jeune mère ravissante et frivole, remporte le concours de beauté d’une station balnéaire. Son tempérament inconséquent et jouisseur rend sa vie de famille quelque peu chaotique d’autant que son mari se comporte comme un vrai macho, parfoir violent. 30 ans plus tard, toujours marqués par cette vie haute en couleurs, Anna et ses enfants, réunis à son chevet, sauront-ils se réconcilier ?

Paolo Virzi, cinéaste prolifique avec 11 films en 16 ans, tente avec un certain succès de renouer avec la comédie italienne et ses personnages hauts en couleur. Il retrace ici à coups de flashbacks l’histoire d’une famille italienne sur une trentaine d’années grâce à une jolie troupe de comédiens dont la grande Stefania Sandrelli qui incarne Anna âgée. Le film tantôt drôle tantôt émouvant aurait mérité une mise en scène un peu plus inspirée pour vraiment constituer plus qu’un bon film, un grand film. A voir dans les quelques salles qui le projettent encore…

Publicités

Une réflexion sur “CRITIQUE: LA PRIMA COSA BELLA (2010)

  1. Aïe, j’apporte un avis contraire! « La prima cosa belle » renforce mon sentiment que la comédie italienne renaît difficilement de ses cendres (cf. Déjeuner du 15 août, Gianni et les femmes…). Il manque ce peps et ces personnages excessifs qui faisaient le charme de l’age d’or. En effet j’ai le sentiment que tout le monde fais la gueule dans ces films. (A voir quand même)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s