CRITIQUE: ORANGE MECANIQUE (1971)

Warner Bros.

Londres, XXIème siècle. Alex et sa bande de « droggies » terrorisent la population par leur ultraviolence. Tellement barbare y compris avec ses hommes, Alex finit par être laché par ses pairs et livré à la police. Le gouvernement décide de l’utiliser afin de tester un traitement visant à éradiquer tout désir de violence…

Pour la dixième fois à peu près, je décidai ce week-end de me refaire ce joyau en blu-ray( magnifique édition avec une qualité d’image et de son hallucinantes). Le plaisir est toujours aussi grand! Tout le génie de Kubrick est là! Une formidable utilisation de la musique, des décors et costumes fabuleux et la prestation hallucinante de Malcom MacDowell qui d’ailleurs fut victime de sa prestation; il ne réussit jamais à dénicher d’autres rôles intéressants par la suite. Sur la forme, Kubrick découpe son film en deux parties un peu comme il le fera quatre ans plus tard avec Barry Lindon: l’ascension et la déchéance. En effet, la première partie voit Alex régner par la terreur et s’éclater sur la musique de Ludwig Van Beethoven (son idole absolue). La seconde partie débute à sa sortie de prison, une fois qu’il a subit le traitement « Ludovico ». Il est devenu une victime de la société. Il n’a plus rien, même sa famille l’a abandonné, ses anciennes victimes se vengent sur lui…

Le nouveau remède est-il efficace? Kubrick nous questionne sur la nature humaine, sur nos gouvernants et les politiques répressives.

Un des plus grands films de l’Histoire du Cinéma qui n’a pas pris une ride!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s