CRITIQUE: MAIS COMMENT FONT LES FEMMES ?

Kate (Sarah Jessica Parker) est mariée, a deux enfants et un job épuisant. Professionnelle jusqu’au bout des ongles, elle jongle avec un emploi du temps de ministre pour concilier son travail, l’éducation de ses enfants et sa vie de couple. Sa vie est une succession de mini-cataclysmes auxquels elle doit trouver des solutions : comment réussir une conférence-call en préparant le dîner de ses enfants ? Comment arriver à se faire des soirées entre copines quand le petit dernier est malade ? Comment être sexy avec son mari après 12h au bureau ? Mais comment font les femmes ? Si c’était si simple, les hommes feraient pareil…

« Mais comment font les femmes » est le prototype même du « film de filles », comme dirait ma chère et tendre autrement dit un film léger sans prétention sur des problèmes de filles. Mais ce serait faire injure à ces filles en leur prêtant un cruel manque d’exigence.

Certes, je n’attendais pas grand chose de ce film et tant mieux, ça laissait une place à une agréable surprise éventuelle. Ce qui fut le cas la première demi-heure! Assez enlevée, la comédie fonctionnait assez bien et m’arrachant même quelques sourires. Manque de pot, le procédé visant à donner la parole aux personnages à la façon d’une interview, devient vite lassant. Une des mères de famille de l’école passe d’ailleurs tout le film sur le tapis roulant de sa salle de gym! Quant au sujet même du film, on en a fait le tour au bout de la première demi-heure d’autant que la vie du personnage de Sarah Jessica Parker est loin d’être celle de Madame Toutlemonde! Pourquoi dans ce genre de film, les femmes ne sont-elles jamais vendeuses, caissières ou autres? Pour finir, le scénario, cousu de fil blanc ne ménage aucune surprise, et  le message est plus que lourdement asséné, comme un antidote à « un heureux évènement »: Oui, avoir des enfants, c’est difficile! Mais que c’est formidable et plus important que tout le reste! Sarah Jessica Parker, dont les choix de carrière ne sont dictés que par l’aspect économique, entraînera derrière elles toutes ses fans de « sex and the city » mais laissera tous les autres loins derrière! Et je ne suis pas fan de « sex and the city »!

Publicités