CRITIQUE: MUD

21000219_20130419193021705_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Ellis et Neckbone, 14 ans, découvrent lors d’une de leurs escapades quotidiennes, un homme réfugié sur une île au milieu du Mississipi. C’est Mud : un serpent tatoué sur le bras, un flingue et une chemise porte-bonheur. Mud, c’est aussi un homme qui croit en l’amour, une croyance à laquelle Ellis a désespérément besoin de se raccrocher pour tenter d’oublier les tensions quotidiennes entre ses parents. Très vite, Mud met les deux adolescents à contribution pour réparer un bateau qui lui permettra de quitter l’île. Difficile cependant pour les garçons de déceler le vrai du faux dans les paroles de Mud. A-t-il vraiment tué un homme, est-il poursuivi par la justice, par des chasseurs de primes ? Et qui est donc cette fille mystérieuse qui vient de débarquer dans leur petite ville de l’Arkansas ?

Troisième film de Jeff Nichols, un an à peine après le magnifique Take Shelter, autant dire que ce Mud, présenté à Cannes l’an dernier, suscitait l’impatience bien qu’il en soit reparti bredouille. S’inspirant de l’oeuvre de Mark Twain, Nichols nous offre ici l’aventure de deux garçons, clones de Tim Sawyer et Huckleberry Finn, dont la rencontre avec un étranger va bouleverser le quotidien. Le plus frappant dans cet élégant récit de 2h15, c’est la richesse du propos, combinant le parcours initiatique, la découverte des sentiments (amitié ou amour), la perte des illusions, le passage à l’âge adulte tout en offrant un vrai grand spectacle. Avec une mise en scène majestueuse proposant des plans de toute beauté, Mud n’est pas sans rappeler le cinéma de Mallick s’agissant de la représentation de la nature. Le film de Nichols évoque aussi certains grands films sur l’enfance comme Stand By Me.

Porté par un Matthew McConaughey éblouissant qui continue d’enchaîner les prestations exceptionnelles et un jeune duo d’acteurs (Tye Sheridan et Jacob Lofland) très prometteur, Mud restera non seulement comme l’un des grands films de l’année mais également comme un futur classique et la confirmation d’un grand cinéaste qui n’a pourtant que 34 ans!

NOTE: 9.5/10

 

Publicités

3 réflexions sur “CRITIQUE: MUD

  1. Entre le récit et la vidéo de présentation, je veux voir ce film ! Merci de nous le faire découvrir. Et Mud, ça veut dire quelque chose de particulier ou tu me laisses le découvrir pendant le film ? 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s