CRITIQUE: RENOIR

Renoir-374341138-large

1915. Sur la Côte d’Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé… Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu’il n’attendait plus. Éclatante de vitalité, rayonnante de beauté, Andrée sera le dernier modèle du peintre, sa source de jouvence.
Lorsque Jean, revenu blessé de la guerre, vient passer sa convalescence dans la maison familiale, il découvre à son tour, fasciné, celle qui est devenue l’astre roux de la galaxie Renoir. Et dans cet éden Méditerranéen, Jean, malgré l’opposition ronchonne du vieux peintre, va aimer celle qui, animée par une volonté désordonnée, insaisissable, fera de lui, jeune officier velléitaire et bancal, un apprenti cinéaste…

Pour son quatrième film, Gilles Bourdos s’intéresse à Renoir mais plutôt que de traiter son sujet façon biopic, il choisit de se concentrer sur une période assez courte de la vie du peintre, durant la Première Guerre Mondiale, ce qui pourrait être une très bonne idée. Trois personnages principaux peuplent le film de Bourdos: le peintre Renoir (Michel Bouquet), le fils Jean Renoir (Vincent Rottiers) et Andrée, le modèle (Christa Théret). Le problème du film est que son scénario, faute de posséder quelque enjeu dramatique que ce soit, ne parvient jamais à présenter de l’intérêt. On n’y apprend pas grand chose du peintre si ce n’est qu’il souffrait de l’arthrite, ni du fils si ce n’est son patriotisme ni d’Andrée interprétée par une Christa Théret dont le jeu ne semble pas varier beaucoup depuis LOL. Plutôt qu’un film vivant (avec des dialogues par exemple!), Bourdos choisit de multiplier les longs plans du peintre au travail avec de longs et lents travellings, ce qui comblera les amateurs de beaux paysages et de peaux laiteuses! Reste une très belle photo de Mark Ping Bing Lee, le chef op de In The Mood For Love, ce qui est bien mais pas suffisant! Rrrrrrrrrrr…..

 
NOTE: 4/10

Une réflexion sur “CRITIQUE: RENOIR

  1. Entièrement d’accord avec ce billet. Il ne se passe pas grand-chose dans ce film, esthétiquement très beau, certes, mais dont le grand absent reste le scénario. Le jeu des deux jeunes acteurs m’a paru également en total décalage avec le sujet.
    Au plaisir de repasser sur ce blog !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s