LA LOI DU SILENCE (1952)

Au Québec, le père Michael Logan confesse son homme à tout faire Otto. Celui-ci lui avoue qu’il vient de tuer un homme. En effet, déguisé en prêtre, il a tué un avocat en tentant de lui prendre de l’argent. L’inspecteur Larrue mène alors l’enquête qui le dirige de plus en plus vers le père Logan. Tenu par le secret de la confession, il ne peut se défendre…

Adapté d’une pièce de théâtre, « la loi du silence » ne fait pas partie des films les plus connus du maître mais il n’en est pas moins intéressant. On retrouve une fois de plus le thème de l’innocent injustement accusé comme dans de nombreux films d’Hitchcock. Pour la première fois (et la dernière), le réalisateur confie le rôle principal du père Logan au jeune Montgomery Clift dont le charme et la fragilité font merveille. Tout accable l’homme d’église d’autant qu’une aventure de jeunesse avec le personnage incarné par Anne Baxter lui offre un mobile. Le suspense formidable qui règne dans le film réside dans la question: comment le père Logan peut-il prouver son innocence sans trahir le secret de la confession?

Doté d’une très belle photo, « la loi du silence » est un très grand cru du maître du suspense, à (re)découvrir!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s