Ennio Morricone The 60 Years Of Music Tour

IMG_2140.JPG

IMG_2151.JPG

Hier soir et aujourd’hui se tiennent les dernières dates françaises de la tournée des 60 ans de carrière de l’immense Ennio Morricone au Palais des Congrès de Paris où j’avais la chance d’être présent.

Après que les 200 choristes et musiciens de l’Orchestre Symphonique National tchèque soient entrés en scène, il ne manquait plus que le chef, il maestro, Ennio Morricone, auteur de près de 500 musiques de films depuis le début des années 60. Les applaudissements réussiront à le faire venir après quelques longues secondes durant lesquelles le public piaffait d’impatience! Son arrivée en scène, à son rythme (87 ans tout de même!), déclencha l’une des multiples standing ovations de la soirée, le public ayant conscience du privilège d’assister à un moment unique face à l’un des grands génies contemporains de la musique.

Si Morricone est l’auteur d’un nombre incalculable de « tubes » de la musique de films, il a choisi ,pour ses 60 ans, de proposer un éventail assez large de ses compositions, sans forcément jouer tous ses « tubes ». Son répertoire débutera d’ailleurs par certaines compositions qu’il a faites pour Giuseppe Tornatore (The Best Offer) ou Roberto Faenza (H2S) peu connues et pas vraiment grand public, celui-ci paraissant déstabilisé. Puis très vite, les premières notes de Chi Mai (le Professionnel ou Royal Canin pour les profanes) déclencheront des murmures dans la salle et les premiers frissons.

Tous les 2-3 morceaux, le Maître se retourne pour saluer son public qui lui réservera à chaque fois une nouvelle standing ovation. Durant la soirée, Morricone nous offrira ses classiques leoniens, excepté « l’Homme à l’harmonica », les westerns comme « Il était une fois en Amérique » mais également sa composition pour « les Huit Salopards » de Tarantino ou encore les principaux thèmes de « Mission ». Le grand moment sera celui de « the Ecstasy of gold » (le Bon, la Brute et le Truand) avec la voix hallucinante de Susanna Rigacci.

La baguette du Maître est toujours aussi précise et les musiciens sous ses ordres semblent empreints d’un profond respect. Le spectateur, lui, oscillera entre l’admiration, l’enthousiasme et l’émotion, les poils dressés et la larme à l’oeil. Seul regret, l’absence de certains thèmes somptueux comme ceux composés pour De Palma, notamment « les Incorruptibles » et « Outrages » alors que les multiples rappels seront des oeuvres déjà jouées au cours de la soirée.

Quoi qu’il en soit, nous aurons assisté à un moment rare et unique, inoubliable.

Publicités

CRITIQUE: TOURNEE (2010)

Producteur de télévision, Joachim a plaqué travail, femme et enfants pour changer de vie aux Etats-Unis. Il revient en tant que producteur d’une tournée d’un spectacle de « new burlesque » avec ses strip-teaseuses. Avec ces dernières, il fait le tour de France des ports et le succès, dû à l’humour et aux rondeurs de ses danseuses, est au rendez-vous. Un contretemps l’oblige à un aller-retour à Paris qui va chambouler son programme et, entre autres, lui permettre de passer 24 heures avec ses enfants…

Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes, ce film est un bijou de sensibilité, d’humour, de tendresse à voir absolument. Je ne connaissais pas Amalric comme réalisateur et j’ai été complètement bluffé. Le scénario est magnifique avec des dialogues toujours justes et la direction d’acteurs est à la hauteur. On ressort de là des étoiles dans les yeux et avec une pêche d’enfer. Et contrairement à ce qu’aurait pu laisser présager le sujet, pas une once de mauvais goût ne vient ternir la fête. Un candidat tout désigné pour les Césars 2010.