Critique: In Fabric (les Arcs Film Festival)

in_fabric

Durée 1h 58min
Nationalité Britannique
Pas de date de sortie prévue
La boutique de prêt-à-porter Dentley & Soper’s, son petit personnel versé dans les cérémonies occultes, ses commerciaux aux sourires carnassiers. Sa robe rouge, superbe, et aussi maudite qu’une maison bâtie sur un cimetière indien. De corps en corps, le morceau de tissu torture ses différent(e)s propriétaires avec un certain raffinement dans la cruauté.
Quatre ans après le magnifique « The Duke Of Burgundy », l’Anglais Peter Strickland continue à creuser le sillon d’un Cinéma fétichiste à l’outrance avec un film peut-être encore plus jusqu’au boutiste. S’il nous intéresse au personnage incarné par Marianne Jean Baptiste, petite employée de banque à la recherche de l’âme soeur, c’est pour mieux nous berner. Le personnage principal n’est pas cette quadra en mal d’amour qui se fait plaisir en s’achetant une jolie robe rouge mais bien la robe rouge en elle même. Dans cet étrange magasin qui pourrait être cousin de l’école de danse de Suspiria, les vendeuses et le patron sont plus qu’étranges et les vêtements semblent avoir leur propre existence. Si message il y a dans cet étrange et peu accessible objet filmique, il serait sans doute une critique d’une société de consommation menant à la folie. Sur la forme, ce qui marque chez Strickland c’est son obsession de l’esthétique 70’s avec un travail assez dingue sur l’image et le son et son fétichisme qui n’est donc pas passager. Comme les fantaisies sexuelles des deux protagonistes de « The Duke of Burgundy » qui revenaient inlassablement , Strickland s’amuse ici à reproduire nombre incalculable d’éléments,à maintes reprises dans son film ( les numéros de téléphone, les spots TV, les entretiens avec les banquiers, …). Drôle, amusant ou déstabilisant selon les personnes, cet « In Fabric » est un film qui ne peut laisser indifférent. Toutefois, on peut légitimement se demander si Peter Strickland est capable de sortir de ce fétichisme pour aller vers quelque chose de plus accessible.
4
Publicités

Jeu Concours: 2 combo Bluray/Dvd « the Duke of Burgundy » à gagner(jeu terminé)

image002

A l’occasion de la sortie en vidéo de « The Duke of Burgundy » le 28 octobre, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 2 combo. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 11 novembre; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Synopsis :

« Quelque part, en Europe, il n’y a pas si longtemps… Cynthia et Evelyn s’aiment. Jour après jour, le couple pratique le même rituel qui se termine par la punition d’Evelyn, mais Cynthia souhaiterait une relation plus conventionnelle. L’obsession d’Evelyn se transforme rapidement en une addiction qui mène leur relation à un point de rupture… »

The Duke of Burgundy: l’interview de Chiara d’Anna

092285.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Lors du dernier Festival du Film Européen des Arcs, j’ai eu l’occasion et le plaisir d’interviewer l’une des actrices du magnifique « the Duke of Burgundy », Chiara d’Anna. L’essentiel de ce moment est ici.

Jeu Concours: 5×2 places et affiches de « The Duke of Burgundy » à gagner(jeu terminé)

092285.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

A l’occasion de la sortie en salles de « The Duke of Burgundy » le 17 juin, CINEDINGUE et THE JOKERS FILMS sont heureux d’offrir à 5 d’entre vous un lot de 2 places et une affiche! Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 17 juin. Un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Synopsis: Quelque part, en Europe, il n’y a pas si longtemps… Cynthia et Evelyn s’aiment. Jour après jour, le couple pratique le même rituel qui se termine par la punition d’Evelyn, mais Cynthia souhaiterait une relation plus conventionnelle. L’obsession d’Evelyn se transforme rapidement en une addiction qui mène leur relation à un point de rupture…

Critique: The Duke of Burgundy

528161.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Réalisé par :
    Peter Strickland
  • Avec :
    Chiara D’Anna,Sidse Babett Knudsen
  • Durée :
    1h44min
  • Pays de production :
    Grande-Bretagne
  • Année de production :  2014
  • Titre original : The Duke of Burgundy
  • Distributeur :
    Le Pacte

Jour après jour un couple entretient un rite qui finit toujours par la punition d’Evelyn, mais Cynthia rêve d’une relation plus conventionnelle. L’obsession d’ Evelyn pousse rapidement leur relation au bord de la rupture.

Deux ans après un Berberian Sound Studio fortement empreint de Giallo, l’Anglais Peter Strickland revient avec The Duke of Burgundy, très inspiré de cinéma italien 70’s. Dès le générique très vintage, on sent qu’on est confronté à un vrai film de cinéphile. Sado-masochisme et fétichisme sont alors au programme à travers la relation entre Evelyn et Cynthia, qui ne fonctionne que sur la répétition inlassable des mêmes humiliations. Souvent drôle tant les jeux côtoient l’outrance, le film dans son final se montre émouvant alors que la relation amoureuse ne se joue que sur une inégalité (le bonheur de l’un fait le malheur de l’autre) et qu’il suscite autant de plaisir chez l’une que de souffrance chez l’autre. La grande qualité du film tient en sa beauté plastique absolument démente que ce soit au niveau de la bande originale qui n’est pas sans rappeler les compositions de Morricone (les moins connues bien sûr) que de la photographie exceptionnelle qui multiplie les plans incroyables!

Un petit chef d’oeuvre et un vrai plaisir d’esthète!

4.5

SORTIE le 17 juin