Critique Bluray: la Danseuse

61tturrnfrl-_sl1000_

Réalisation Stéphanie Di Giusto
Scénario Stéphanie Di Giusto
Sarah Thibau
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre biographie
Sortie 28 septembre 2016

LE FILM:

4

Loïe Fuller est née dans le grand ouest américain. Rien ne destine cette fille de ferme à devenir la gloire des cabarets parisiens de la Belle Epoque et encore moins à danser à l’Opéra de Paris. Cachée sous des mètres de soie, les bras prolongés de longues baguettes en bois, Loïe réinvente son corps sur scène et émerveille chaque soir un peu plus. Même si les efforts physiques doivent lui briser le dos, même si la puissance des éclairages doit lui brûler les yeux, elle ne cessera de perfectionner sa danse. Mais sa rencontre avec Isadora Duncan, jeune prodige avide de gloire, va précipiter la chute de cette icône du début du 20ème siècle.

Quand on lit au générique les noms des frères Dardenne ou de Vincent Maraval et Alain Attal à la production, de Benoît Debie à la photo ou encore un casting composé de Soko, Lily-Rose Depp, Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel et François Damiens, on a du mal à imaginer que l’on est en face d’un premier long métrage! C’est dire le pouvoir de persuasion et l’acharnement qu’a dû déployer la réalisatrice, Stéphanie Di Giusto, pour convaincre tout ce beau monde! D’autant que si nous sommes nombreux à déjà avoir entendu le nom d’Isadora Duncan, nous sommes peu à connaître Loïe Fuller, celle qui lui mit le pied à l’étrier et retomba dans l’oubli malgré son apport artistique. Le film retrace donc son ascension, son obstination à vivre de son art dans un monde où la Femme n’a pas le droit de s’exprimer. Elevée dans l’Amérique des cowboys (les premières scènes vraiment réussies nous font croire à un western!), elle rejoint très vite Paris pour y montrer le numéro qu’elle a créé, entre danse et performance. Elle devint une célébrité mais aussi une femme d’affaires, déposant de multiples brevets, et une découvreuse de talents, pas toujours reconnaissants, comme Isadora Duncan, qui l’oublia dès qu’elle fut en haut de l’affiche. Si l’on peut regretter que quelques personnages secondaires soient un peu survolés, l’émotion suscitée par la performance habitée de Soko et la beauté des scènes de danse emportent tout sur leur passage! Stéphanie Di Giusto est une cinéaste à suivre!

TECHNIQUE:

4.5

Un régal!

BONUS:

5

On trouve ici des scènes coupées, des featurettes sur les personnages principaux et surtout un excellent making of de près d’une heure!

VERDICT:

4.5

Une édition parfaite pour un premier film des plus prometteurs!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez WILD SIDE VIDEO

Publicités

Critique Dvd: Voir du pays

816KHg+CTZL._SL1500_.jpg

Réalisation Delphine Coulin
Muriel Coulin
Scénario Delphine Coulin
Muriel Coulin
Acteurs principaux
Sociétés de production Archipel 35, Blonde, Arte France cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Grèce Grèce
Genre Drame psychologique
Durée 102 minutes
Sortie 7 septembre 2016

LE FILM:

4

Deux jeunes militaires, Aurore et Marine, reviennent d’Afghanistan. Avec leur section, elles vont passer trois jours à Chypre, dans un hôtel cinq étoiles, au milieu des touristes en vacances, pour ce que l’armée appelle un sas de décompression, où on va les aider à « oublier la guerre ». Mais on ne se libère pas de la violence si facilement…

Cinq ans après l’excellent « 17 Filles », Delphine et Muriel Coulin s’intéressent à nouveau à deux filles, deux militaires, Aurore et Marine. Nous les suivons dans leur « sas », un séjour en club organisé entre leur mission en Afghanistan et leur retour en France. Lors de ce sas chypriote, on voit les ravages post-traumatiques et la difficulté pour les femmes d’exister dans un monde d’hommes. Quant à voir du pays, il n’en est rien, les soldats étant cantonnés dans leur hôtel! Cette plongée dans la « grande muette » est captivante et nous offre un magnifique duo d’actrices, aussi différentes que complémentaires, Ariane Labed et Soko.

TECHNIQUE:

4

Rien à dire!

BONUS:

2.5

On trouve ici trois scènes coupées et quelques essais des comédiens.

VERDICT:

4

Une plongée passionnante dans la grande muette!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Diaphana dès le 10 janvier

Critique: la Danseuse

094836.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Stéphanie Di Giusto
Scénario Stéphanie Di Giusto
Sarah Thibau
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre biographie
Sortie 28 septembre 2016

Loïe Fuller est née dans le grand ouest américain. Rien ne destine cette fille de ferme à devenir la gloire des cabarets parisiens de la Belle Epoque et encore moins à danser à l’Opéra de Paris. Cachée sous des mètres de soie, les bras prolongés de longues baguettes en bois, Loïe réinvente son corps sur scène et émerveille chaque soir un peu plus. Même si les efforts physiques doivent lui briser le dos, même si la puissance des éclairages doit lui brûler les yeux, elle ne cessera de perfectionner sa danse. Mais sa rencontre avec Isadora Duncan, jeune prodige avide de gloire, va précipiter la chute de cette icône du début du 20ème siècle.

Quand on lit au générique les noms des frères Dardenne ou de Vincent Maraval et Alain Attal à la production, de Benoît Debie à la photo ou encore un casting composé de Soko, Lily-Rose Depp, Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel et François Damiens, on a du mal à imaginer que l’on est en face d’un premier long métrage! C’est dire le pouvoir de persuasion et l’acharnement qu’a dû déployer la réalisatrice, Stéphanie Di Giusto, pour convaincre tout ce beau monde! D’autant que si nous sommes nombreux à déjà avoir entendu le nom d’Isadora Duncan, nous sommes peu à connaître Loïe Fuller, celle qui lui mit le pied à l’étrier et retomba dans l’oubli malgré son apport artistique. Le film retrace donc son ascension, son obstination à vivre de son art dans un monde où la Femme n’a pas le droit de s’exprimer. Elevée dans l’Amérique des cowboys (les premières scènes vraiment réussies nous font croire à un western!), elle rejoint très vite Paris pour y montrer le numéro qu’elle a créé, entre danse et performance. Elle devint une célébrité mais aussi une femme d’affaires, déposant de multiples brevets, et une découvreuse de talents, pas toujours reconnaissants, comme Isadora Duncan, qui l’oublia dès qu’elle fut en haut de l’affiche. Si l’on peut regretter que quelques personnages secondaires soient un peu survolés, l’émotion suscitée par la performance habitée de Soko et la beauté des scènes de danse emportent tout sur leur passage! Stéphanie Di Giusto est une cinéaste à suivre!

4

CRITIQUE: LES INTERDITS

21029352_20130820130350123_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

1979. Carole et Jérôme ont 20 ans et partent en voyage organisé à Odessa, derrière le rideau de fer. Ils sont cousins et se prétendent fiancés. Le jour, simples touristes, ils visitent monuments et musées. Le soir, ils faussent compagnie au groupe et rencontrent clandestinement des refuzniks, Juifs harcelés par le régime soviétique pour avoir voulu quitter le pays. Ils découvrent un monde inconnu, brutal et absurde. Si Carole est animée par l’engagement et le goût du risque, pour Jérôme, la vraie motivation de ce voyage, c’est Carole.

Présenté durant le 2ème Festival International du Film Indépendant de Bordeaux, les Interdits est le premier film d’Anne Weil et Philippe Kotlarski. S’appuyant sur un sujet en or, le film ne se hisse malheureusement jamais à la hauteur de ses ambitions. En traitant du sort réservé aux Juifs par le régime soviétique et en y greffant une histoire d’amour entre deux cousins, on pouvait s’attendre à un récit autrement plus fiévreux. Les Interdits pêche à de multiples niveaux: dénué de tout rythme, le récit ne décolle jamais et ce n’est pas le jeu monocorde de son acteur principal, Jérémie Lippmann qui sortira le spectateur d’une torpeur inévitable. Même Soko qu’on avait connue plus habitée dans Augustine semble anesthésiée; quant aux autres personnages, ils manquent tous cruellement de chair pour attiser notre intérêt. Pour finir, l’ambition d’un film d’époque s’accommode mal du manque de moyens, contraignant les réalisateurs à un minimum d’extérieurs et de plans larges. Quant au traitement de ses deux sujets, le film ne va au bout ni de l’aspect politique ni de son histoire d’amour…

Les Interdits est donc un premier film extrêmement ambitieux mais raté!

Sortie le 27 novembre 2013

NOTE: 3/10

CRITIQUE BLU-RAY: AUGUSTINE

81TE9QyNgOL__AA1500_

LE FILM: 8/10

Paris, hiver 1885. À l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, le professeur Charcot étudie une maladie mystérieuse : l’hystérie. Augustine, 19 ans, devient son cobaye favori, la vedette de ses démonstrations d’hypnose. D’objet d’étude, elle deviendra peu à peu objet de désir…

Premier long métrage d’Alice Winocour, Augustine est un film aussi intéressant sur le fond que sur la forme. Sur le fond, la réalisatrice traîte de la relation médecin/patient en s’appuyant sur l’histoire du docteur Charcot. Sur la forme, elle donne à son film une tonalité fantastique assez originale; les scènes de crise ressemblent à des scènes de possession alors que les rassemblements de docteurs évoquent des réunions vampiriques. Rappelant des films comme A Dangerous Method ou encore Vénus Noire, Augustine est un récit passionnant, mis en scène avec une intelligence et une maîtrise assez époustouflantes pour un premier film. Lorsqu’un duo d’acteurs Vincent Lindon/Soko imprègne à ce point l’écran, on finit d’être convaincu et on attend avec impatience la suite!

TECHNIQUE: 7.5/10

L’image très sombre de ce film n’offre aucun défaut majeur mais l’apport HD est toutefois limité.

BONUS: 5/10

Outre la bande-annonce, on trouve deux courts-métrages de la réalisatrice (Kitchen et Magic Paris) mais rien sur le film en lui-même, dommage!

VERDICT: 8/10

Un premier film à découvrir absolument!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (19,99 euros) chez ARP dès le 12 mars