Critique: Dark Waters

1371015.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Todd Haynes
Scénario Matthew Carnahan
Mario Correa
Acteurs principaux
Sociétés de production Killer Films
Participant Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film dramatique
Durée 126 minutes
Sortie 26 février 2020

Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Interpellé par un paysan, voisin de sa grand-mère, il va découvrir que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont, premier employeur de la région. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie…

Deux ans après « Le Musée des Merveilles« , Todd Haynes est de retour avec un surprenant projet, loin d’oeuvres plus intimistes comme « Loin du Paradis » ou « Carol« . Produit par Mark Ruffalo, acteur engagé pour l’environnement, « Dark Waters » évoque le combat d’une vie, celle de Robert Bilott, avocat qui va défendre au départ un agriculteur dont les vaches sont décimées par la proximité d’une grande firme chimique, Dupont de Nemours, avant de mettre en lumière l’un des plus grands scandales industriels du siècle. Mis en scène avec la classe habituelle de Haynes mais avec une sobriété des plus louables, le film se repose sur la force de son sujet et un scénario parfaitement équilibré qui ne laisse aucun temps mort. « Dark Waters » prend en effet une ampleur folle tout au long du métrage et pose de vraies questions sur notre monde actuel et les dérives du capitalisme. Cerise sur le gâteau, Mark Ruffalo offre une brillante prestation dans ce rôle de Bilott, avocat qui va mettre sa vie professionnelle et familiale en péril pour défendre l’humanité entière. Un grand film d’une incontestable utilité.

4.5

Critique: Spotlight

118433.jpg

Réalisation Tom McCarthy
Scénario Tom McCarthy
Josh Singer
Acteurs principaux
Sociétés de production Anonymous Content
Participant Media
Rocklin / Faust
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 128 minutes
Sortie 27 janvier 2016

Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe – couronnée par le prix Pulitzer – qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L’enquête révèlera que L’Eglise Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.

Drôle de carrière que celle de Tom McCarthy: acteur (plutôt des seconds voire des troisièmes rôles!), scénariste (« Là-Haut »!) et réalisateur de films peu connus chez nous (« the Visitor » ou « les Winners »), il passe une nouvelle fois derrière la caméra pour un film que l’on retrouve nommé dans 6 catégories aux prochains Oscars dont Meilleur Film et Meilleur réalisateur! Voilà qui ne peut qu’aiguiser notre curiosité!

McCarthy adapte ici pour le grand écran le travail effectué par les journalistes de « Spotlight » au début des années 2000 pour mettre en lumière un gigantesque scandale de pédophilie concernant plusieurs centaines de prêtres de la ville de Boston. A l’image des grands films sur le journalisme comme « bas les masques » ou « les hommes du Président », « Spotlight » nous plonge dans l’enquête minutieuse de ce groupe de journalistes prêts à tout sacrifier pour faire triompher la vérité. Si la grande réussite du film tient à son rythme et à la façon qu’il a de maintenir le spectateur sous pression, il ne cède jamais au spectaculaire ou au pathos qu’un tel sujet aurait pu susciter. Le scénario, brillant, bénéficie d’un casting des plus solides pour le défendre: Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams, Liev Schreiber, John Slattery ou encore Stanley Tucci; aucun ne tire la couverture à lui et tout le monde vise un objectif: faire de ce film sur le journalisme l’un des meilleurs!

4.5

Jeu Concours: 3 DVD de « Daddy Cool » à gagner(jeu terminé)

81WcTUnCALL._SL1500_

A l’occasion de la sortie en DVD de « Daddy Cool »le 17 novembre, CINEDINGUE et BAC FILMS VIDEO sont heureux de vous offrir 3 DVD du film. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 9 décembre; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Critique: Daddy Cool

551028.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie salles:
    08 juillet 2015
  • Réalisé par :
    Maya Forbes
  • Avec :
    Mark Ruffalo, Zoe Saldana, Imogene Wolodarsky…
  • Durée :
    1h28min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Infinitely Polar Bear
  • Distributeur :
    Bac Films

Entre fous rires et crises de larmes Cameron Stuart ne sait plus où donner de la tête. Diagnostiqué bipolaire, Cameron suit un traitement dans le but de reconquérir sa femme Maggie et de réintégrer le cocon familial qu’ils forment avec leurs deux filles. Mais lorsque Maggie décide de quitter Boston pour partir à New York reprendre ses études, la jeune femme n’a pas d’autre choix que de confier la garde de ses enfants à ce père pas tout à fait comme les autres…

Fortement autobiographique, ce premier film de Maya Forbes pourrait rebuter et par son sujet, les problèmes de bipolarité d’un père de famille, et par son titre « Daddy Cool », qui évoque autant Boney M qu’un titre de comédie un peu cucul! La surprise n’en est que plus grande! Ce portrait de famille est souvent drôle et les deux jeunes actrices interprétant les filles n’y sont pas pour rien. Mais la prestation de Mark Ruffalo toute en finesse, nous arrache des larmes tant ce père, malgré la souffrance qu’il endure et fait endurer à ses proches, témoigne le plus émouvant des amours. Quand de surcroît la jeune réalisatrice a le bon goût d’éviter tout pathos, on a la sensation d’être devant l’une des meilleures surprises de l’année!

4.5

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Bac Films dès le 17 novembre

Critique Bluray: Foxcatcher

71pOaNiyTDL._SL1500_

  • Date de sortie salles:
    21 janvier 2015
  • Réalisé par :
    Bennett Miller
  • Avec :
    Steve Carell, Channing Tatum, Mark Ruffalo…
  • Durée :
    2h14min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Foxcatcher
  • Distributeur :
    Mars Distribution

LE FILM:

4.5

Inspiré d’une histoire vraie, Foxcatcher raconte l’histoire tragique et fascinante de la relation improbable entre un milliardaire excentrique et deux champions de lutte. Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz est invité par le riche héritier John du Pont à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des JO de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave…. 

Bennett Miller avait déjà marqué le genre du film de sport avec l’excellent « le Stratège » qui nous offrait une vibrante plongée dans le milieu du base-ball. Ici, Miller s’inspire d’une histoire vraie, celle des frères Schultz, champions olympiques américains de lutte. Mark, le jeune frère, dans l’ombre de son aîné, accepte d’entrer dans l’écurie sportive du richissime John du Pont, en qui il trouve une figure paternelle. On assiste pendant deux heures à un jeu de domination entre les trois personnages principaux ponctué de combats dans lesquels les corps s’emmêlent à l’images des âmes avec une mise en scène qui refuse le spectaculaire pour mieux nous envoûter jusqu’à un final des plus surprenants. Si les deux frères sont incroyablement interprétés par Mark Ruffalo et Channing Tatum (impressionnant en cadet mutique), la prestation de Steve Carell, méconnaissable, est franchement bluffante! L’un des grands films de l’année!

TECHNIQUE:

5

Limpide!

BONUS:

3.5

On trouve ici un court making of ainsi que quelques scènes coupées.

VERDICT:

4.5

L’un des films majeurs de 2015!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 Vidéo

Critique Dvd: New-York Melody

1008297612

  • Comédie dramatique
  • Date de sortie :
    30 juillet 2014
  • Réalisé par :
    John Carney
  • Avec :
    Keira Knightley, Mark Ruffalo, Hailee Steinfeld…
  • Durée :
    1h44min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2013
  • Titre original : Begin Again
  • Distributeur :
    UGC Distribution

LE FILM:

3

Gretta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse. Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie,… Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique… Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons…

Les amateurs de romcom peuvent passer leur chemin! Si la bluette rôde, l’essentiel tient dans la peinture du milieu artistique. Si la force du film réside dans sa capacité à éviter les amourettes qu’on croirait écrites d’avance, sa faiblesse, elle, tient dans un criant manque d’enjeux dramatiques. Si l’on n’est pas trop fan d’une certaine folk adolescente, on risque fort de trouver un peu le temps long. Ca se regarde donc mais ça s’oublie surtout très vite!

TECHNIQUE:

4

Un rendu proche de la HD! Bravo!

BONUS:

3.5

Outre 4 clips, on trouve un making of promo comme souvent!

VERDICT:

3

Sympathique mais rien de plus…

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez TF1 Vidéo dès le 3 décembre


CRITIQUE BLU-RAY: ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND

81b+aJVCV6L__AA1500_

LE FILM: 8/10

Fatigués de se disputer, Joel et Clémentine effacent chacun les souvenirs qu’ils ont de l’autre. Mais au fur et à mesure que ses souvenirs s’évanouissent, Joel redécouvre ce qu’il aimait en Clémentine…

Alors qu’on attend pour très bientôt son adaptation du roman de Boris Vian « l’Ecume des Jours », sort pour la première fois en blu-ray le second film de Michel Gondry, Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Avec ce scénario du tordu Charlie Kaufman (Dans la peau de John Malkovich, Adaptation…), le cinéaste Gondry trouve le matériau idéal pour assouvir tous ses délires. Narrativement éclaté, ESSM nous promène du présent au passé en passant par les souvenirs du personnage incarné par Jim Carrey, la majeure partie du film se déroulant au moment où Joel subit son lavage de cerveau, allongé sur son lit. Dans sa tête, il lutte pour préserver le souvenir de Clementine.

Cette idée folle permet à Gondry de réaliser une comédie romantique complètement hors des sentiers battus, parfois drôle, souvent délirante mais toujours empreinte d’une espèce de mélancolie qui fait tout le charme et la réussite du film, à l’image de la superbe reprise de Beck du standard « Everybody’s got to learn sometimes ».

Epaulé par un casting de choc (Elijah Wood, Kirsten Dunst, Mark Ruffalo), le duo Kate Winslet/Jim Carrey livre une prestation sans fausse note, qui restera comme l’un des plus beaux couples de cinéma! A redécouvrir!

TECHNIQUE: 8/10

Rien à redire sur la copie proposée même si le grain voulu par Gondry n’est pas le meilleur terrain pour s’ébahir de la HD.

BONUS: 10/10

Très complet, on trouve des discussions entre le réalisateur et ses deux comédiens (30 minutes), un commentaire audio de Gondry et Kaufman, des scènes coupées, le tournage d’une scène, la publicité pour Lacuna et un clip!

VERDICT: 8.5/10

Un excellent bluray pour l’un des films les plus attachants de ces dix dernières années!

Disponible en blu-ray (14,99 euros) dès le 11 février