Critique: Star Wars Episode VIII – Les Derniers Jedi

2061488.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Star Wars: Episode VIII – The Last Jedi
Réalisation Rian Johnson
Scénario Rian Johnson
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Studios Motion Pictures
Lucasfilm
Bad Robot Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 152 minutes
Sortie 13 Décembre 2017

Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé…

Après J.J.Abrams, c’est Rian Johnson, le réal de l’excellent « Looper » qui reprend le flambeau avec un épisode de 2h30, le plus long de la saga. Avis mitigé sur ce nouvel opus tant attendu. Si le film regorge de scènes cinématographiquement excitantes, le film ne parvient jamais à  faire dresser les poils comme l’avait réussi Abrams. Boursouflé et inutilement long, « les Derniers Jedi » donne l’impression de ne pas apporter beaucoup de réponses et de diluer superficiellement une intrigue peu originale. On s’ennuie un peu même si la dernière heure nous réveille et nous donne envie de poursuivre l’aventure !

3

Critique Dvd: Un début prometteur

71a+K3e18EL._SL1250_.jpg

Réalisation Emma Luchini
Scénario Emma Luchini
Vanessa David
Nicolas Rey
Acteurs principaux
Sociétés de production NoLIta
Les Productions maison
D8 Films
Nexus Factory
Gaumont
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 90 minutes
Sortie 30 septembre 2015

LE FILM:

3.5

Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères…

Après un César du meilleur court-métrage l’an dernier, Emma Luchini (fille de) réalise enfin son premier long métrage en adaptant un roman de son compagnon Nicolas Rey (qui co-écrit le scénario!). Il s’agit ici d’une comédie mélancolique où l’on suit le jeune Gabriel à la poursuite de l’amour, personnalisé par Mathilde, jeune femme joueuse rencontrée dans un bar. Aux côtés de Gabriel, son père soigne sa solitude dans l’horticulture et son frère Martin noie sa déprime dans l’alcool. Deux visions de l’amour, celle des adultes, dépressive et pessimiste, et la sienne, dans l’utopie. Si ce premier film n’est pas parfait, en raison d’une petite baisse de rythme dans le dernier tiers, il séduit malgré tout par ses dialogues finement écrits, sa fantaisie et ses personnages attachants. On se réjouit notamment de retrouver Manu Payet excellent dans un rôle de Droopy alcoolique et le film est illuminé par la grâce de Verle Baetens que l’on avait découverte dans « Alabama Monroe ». Très recommandable!

TECHNIQUE:

4

Une copie assez nette, sans défaut majeur.

BONUS:

4.5

Outre un court making of, on trouve des scènes coupées, un clip, le court-métrage primé aux César et l’interview de la réalisatrice et Nicolas Rey après la cérémonie! Très complet!

VERDICT:

3.5

Une comédie prometteuse dans une très belle édition!

Disponible en DVD (12.99 euros) dès le 24 février

Critique Bluray: Viridiana

71iPfr0TKDL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Luis Bunuel
  • Avec :
    Silvia Pinal, Francisco Rabal, Fernando Rey…
  • Durée :
    1h30min
  • Pays de production :
     espagnol
  • Année de production :  1960
  • Titre original : VIRIDIANA
  • Distributeur :
    LES URSULINES/1992:ACTION GITANES/1995:ACTION GITANES

LE FILM: 9/10

Une jeune nonne, sur le point de prononcer ses voeux, s’installe chez son oncle pour l’aider à surmonter son récent veuvage. Ce dernier tente de la posséder et rongé par le remord, se suicide. Viridiana prend alors en charge la gestion du domaine et accueille les mendiants du village… 

Viridiana-´´Ultima-cena

Palme d’Or à Cannes et énorme scandale à sa sortie, le film de Bunuel porte en lui toutes les thématiques chères au cinéaste espagnol: le fétichisme, l’inceste, la religion et son hypocrisie, la bourgeoisie et la bestialité humaine. Magnifique d’un bout à l’autre Viridiana nous offre un scène d’orgie d’anthologie sur le Messie d’Haendel! Tellement subversif que le film fut interdit en Espagne jusque dans les années 70.

TECHNIQUE: 9/10

Une copie splendide! Bravo! A signaler l’absence de VF.

BONUS: 7/10

Outre une galerie photos, on trouve un documentaire de près d’une heure sur le cinéaste.

VERDICT: 9/10

Un grand film et une édition HD splendide!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Sidonis dès le 6 mai