CRITIQUE: VINCERE (2009)

Ad Vitam

Ida Dasler rencontre Mussolini alors qu’il débute en politique. Séduite par ses idées révolutionnaires, elle en tombe folle amoureuse. Elle l’aime tellement qu’elle vend tous ses biens pour lui permettre de créer son journal. De cet amour naît un fils mais lorsque la guerre éclate, Ida découvre que Benito est déjà marié et qu’il a également des enfants. A partir de ce moment là, Ida et son fils sont mis à l’écart. Elle se retrouve internée dans un asile et son fils placé dans un orphelinat. Ida Dasler n’aura de cesse de clamer qu’elle est la femme de Mussolini et la mère de son fils…

Le nouveau film de Marco Bellochio, l’un des enfants terribles du Cinéma Italien avec Moretti, est une oeuvre noire, puissante, magistrale, qui fera date. Le destin poignant d’Ida Dasler et de son fils donne lieu ici à un vrai opéra cinématographique.Giovanna Mezzogiorno, dans le rôle de cette femme qui se battra jusqu’à sa mort, sans relâche pour que son existence soit reconnue, est absolument fantastique. Le festival de Cannes ne s’y était pas trompé en lui décernant le prix d’interprétation.

Bouleversant et merveilleux, un film à découvrir sans faute chez MK2!

CRITIQUE: ESTHER (2008)

Warner Bros. France

John et Kate forment avec leurs deux enfants, Daniel et Max la cadette, sourde et muette, la famille parfaite. La vie, pourtant, ne les a pas épargnés. Après avoir eu un enfant mort-né, Kate est tombée dans l’alcoolisme et lors d’une de ses crises a failli perdre la petite Max par noyade. Maintenant que tout est rentré dans l’ordre, le couple souhaite adopter pour assouvir cet inextinguible besoin d’amour qu’ils éprouvent pour les enfants. Ils ont le coup de foudre, lors de la visite d’un orphelinat, pour l’adorable Esther, une petite fille modèle. Très vite, le comportement étrange de l’enfant va bouleverser la vie de la famille…

Moi qui pourrait écrire une thèse sur le film d’horreur, m’en étant gavé depuis mon plus jeune âge (Maman s’inquiétait de ma santé mentale!), je dois dire que je ce film m’a littéralement scotché dans mon canapé! Jeune réalisateur espagnol (décidément les spécialistes du genre!) qui n’a pour l’instant guère brillé (Goal 2, la Maison de cire), Collet-Serra prend déjà le temps pour nous raconter son histoire. Le film dure en effet deux heures, chose rare dans ce genre de films, qui durent plutôt autour de 90 minutes habituellement. Il nous laisse donc le temps de découvrir par petites touches cette famille et son passé, puis d’accueillir Esther et d’apprendre à la connaître. Et petit à petit, il fait monter la tension jusqu’à un niveau rarement atteint. Il faut noter la prestation de la jeune actrice qui incarne Esther, hallucinante! On a très vite envie de l’étriper! Le film est joussivement politiquement incorrect, ce qui ne gâte rien. Dans le genre, on en a déjà vu beaucoup mais là, c’est vraiment réussi jusqu’au dénouement vraiment surprenant!

A voir, les portes bien verrouillées!!! 

PS: Moi qui ai un neveu adopté, l’adoption c’est quand même une super aventure! Ce n’est qu’un film!