Critique Bluray: Utu

613GBrKpBOL._SL1000_

LE FILM:

4

Nouvelle-Zélande, 1870. Te Wheke, un éclaireur des troupes coloniales, retrouve sa tribu massacrée par l’armée pour laquelle il travaille. Trahi et fou de douleur, il jure de se venger et d’infliger le même châtiment – UTU – aux Pakehas (les Néo-Zélandais d’origine européenne). 

Bien avant Jane Campion et sa Leçon de piano, Utu était le premier film néo-zélandais sélectionné au Festival de Cannes, en 1983. Réalisé par Geoff Murphy, à qui l’on doit d’innommables nanars tels que « Freejack », « Piège à grande vitesse » ou « Fortress 2 », on visionne ce film avec d’inévitables à priori! Le choc n’en est que plus grand!

Si « Utu » n’est pas un chef d’oeuvre, sa puissance et sa noirceur laissent des traces dans les rétines. Utu, ça signifie « Vengeance » en Maori. Quand Te Wheke s’aperçoit que les Colons ont assassiné et brûlé tout son village, il n’a que Utu en tête et va lancer une véritable révolution contre l’oppresseur. Dans sa quête de vengeance, il va précipiter son pays dans la violence la plus totale. Ce western maori, reposant sur un scénario des plus basiques, captive par la force de ses images, le charisme de son héros, esprit vengeur au regard de fou et ses montées de violence aussi subites que sans concession. Une curiosité qui mérite d’être découverte!

TECHNIQUE:

4.5

Une copie très propre et efficace!

BONUS:

3.5

On trouve ici un making of de 45 minutes.

VERDICT:

4

Un western maori choc, à découvrir!

Disponible en Combo Bluray/Dvd (24.99 euros) dès le 7 mars chez La Rabbia

Publicités

Critique: Dunkerque

266314.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Dunkirk
Réalisation Christopher Nolan
Scénario Christopher Nolan
Acteurs principaux
Sociétés de production Syncopy Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Genre guerre
Durée 106 minutes1
Sortie 19 juillet 2017

Le récit de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940.

Pour son neuvième long métrage, Christopher Nolan délaisse la science-fiction (Inception, Interstellar) ou « Batman » pour son premier film historique. Avec « Dunkerque », il s’intéresse en effet à l’opération Dynamo , l’évacuation de près de 300 000 soldats du piège dans lequel ils se retrouvaient pris, à Dunkerque, acculés par l’armée allemande sur terre ou dans les airs. Loin d’être un film de guerre classique, didactique, « Dunkerque » est presque un survival, quasiment dépourvu de dialogues. On suit trois histoires distinctes: une heure dans un chasseur avec un pilote anglais (Tom Hardy), une journée dans un bateau civil réquisitionné pour aller chercher des militaires à Dunkerque et une semaine avec des soldats en attente d’évacuation, entre la plage et la jetée. La musique d’Hans Zimmer, organique et puissante, remplace les dialogues, seulement secondée par le son de la guerre (avions, bombes, torpilles, balles…). Durant 1h45 (film le plus court de son réalisateur!), le spectateur est jeté au coeur de l’action comme rarement depuis « le Soldat Ryan » de Spielberg, sans effusions de sang (le film est tous publics) mais une réelle immersion! On ressort bluffé par la mise en scène époustouflante de Nolan et rassuré qu’à l’air du tout numérique, un cinéaste assure le spectacle, à l’ancienne! L’UN si ce n’est LE grand film de l’année!

5

Critique Bluray: Peaky Blinders saison 3

61m9NGMaLtL._SL1000_.jpg

LA SERIE:

5

Dans cette troisième saison, Tommy est à la tête d’un empire florissant. Approché le jour même de son mariage par une organisation secrète, le chef du clan Shelby va se retrouver au centre d’un trafic international qui pourrait changer le cours de l’histoire…

Plus les saisons avancent, plus la série de Steven Knight s’avère passionnante! Alors que la politique s’en mêle et que la famille Shelby est de plus en plus visée, Tommy doit encore plus s’affirmer! Les personnages sont toujours plus soignés avec cette saison des femmes de plus en plus présentes. La mise en scène est à nouveau d’un souffle dingue et le récit ne connaît aucun temps mort réservant de nombreuses surprises. La BO et l’interprétation sont également toujours au sommet! Décidément l’une des grandes séries du moment!

TECHNIQUE:

5

C’est la perfection même!

BONUS:

1.5

Un making of décliné en trois featurettes peu instructives!

VERDICT:

5

INDISPENSABLE!!!

Disponible en DVD (34.99 euros) et bluray (34.99 euros) chez ARTE EDITIONS

Critique Bluray: Peaky Blinders saison 1

81RwM625jqL._SL1500_

  • Série historique
    Série dramatique (2013)
  • Acteurs principaux :
    Cillian Murphy, Annabelle Wallis, Iddo Goldberg, Sophie Rundle, Charlie Creed-Miles, Paul Anderson, Sam Neill, Helen McCrory, Lobo Chan
  • Titre original :
    Peaky Blinders
  • Durée :
    0h56mn
  • 1 saison(s) / 6 episode(s)

LA SERIE:

5

 

En 1919, à Birmingham, soldats, révolutionnaires politiques et criminels combattent pour se faire une place dans le paysage industriel de l’après-Guerre. Le Parlement s’attend à une violente révolte, et Winston Churchill mobilise des forces spéciales pour contenir les menaces. La famille Shelby compte parmi les membres les plus redoutables. Surnommés les « Peaky Blinders » par rapport à leur utilisation de lames de rasoir cachées dans leurs casquettes, ils tirent principalement leur argent de paris et de vol. Tommy Shelby, le plus dangereux de tous, va devoir faire face à l’arrivée de Campbell, un impitoyable chef de la police qui a pour mission de nettoyer la ville. Ne doit-il pas se méfier tout autant la ravissante Grace Burgess ? Fraîchement installée dans le voisinage, celle-ci semble cacher un mystérieux passé et un dangereux secret.

Dans la lignée de Boardwalk Empire, cette série anglaise assez courte (6 épisodes seulement) est diffusée actuellement sur Arte en même temps qu’elle sort en vidéo. S’il s’agit ici d’une saga familiale, celle de la famille Shelby, gang de parieurs clandestins, autrement appelés « peaky blinders » pour les lames de rasoirs glissées dans les bords de leurs chapeaux, cette série recouvre plusieurs dimensions: fresque historique, histoire de gangsters, romance… On y parle de communisme, d’Ira, sur fond de musique de Nick Cave! Tout est présent dans cette série: interprétation époustouflante (Cillian Murphy et Sam Neil en tête), mise en scène flamboyante, direction artistique hors du commun et scénario passionnant. Quant au final trop vite arrivé, il nous laisse en haleine pour une saison 2 attendue avec impatience!

Attention chef d’oeuvre!

TECHNIQUE:

5

 

C’est le top niveau! Jamais des gros plans n’ont paru aussi définis! Quant au son, un régal, notamment lorsque la musique se fait entendre!

BONUS:

2

 

Un court making of constitue le seul bonus de cette édition, on aurait aimé en voir plus!

VERDICT:

5

 

INDISPENSABLE!!!

Disponible en DVD (34.99 euros) et bluray (34.99 euros) chez Arte Vidéo



CRITIQUE: 48 HEURES (1982)

Je n’avais pas revu ce film depuis au moins quinze ans, et bien il n’a pas pris une ride!

L’officier Jack Cates (Nick Nolte) est sur les traces d’un évadé. Ce dernier cherche à récupérer son butin; Cates va donc devoir faire équipe avec un taulard, Reggie Hammond(Eddie Murphy) qui connaît le fugitif.

Les aventures des deux compères, mises en scène par le roi du polar 80’s Walter Hill (« extrême préjudice », « les guerriers de la nuit », « double détente »…) ne manquent pas de rythme et le duo fonctionne à merveille. C’est LE rôle qui a révélé Eddie Murphy qui enchaîna alors les succès.

Un bon petit polar sympa qui fait passer un très bon moment.