Critique Bluray: The Night Of

91i9mIlLomL._SL1500_.jpg

Titre original The Night Of
Création Richard Price
Steven Zaillian
Production BBC Worldwide Productions
Bad Wolf
Film Rites
Acteurs principaux John Turturro
Riz Ahmed
Michael K. Williams
Bill Camp
Jeannie Berlin
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d’origine HBO
Nb. de saisons 1
Nb. d’épisodes 8 (liste)
Durée 57-96 minutes

LA SERIE:

4.5

Au lendemain d’une virée nocturne bien arrosée, le jeune Naz, d’origine Pakistanaise, se réveille aux côtés d’une jeune femme baignant dans son sang. Cette dernière a été poignardée et il ne se souvient de rien. Inculpé pour ce meurtre, il est désormais prisonnier du système judiciaire où, parfois, la vérité passe au second plan. Un avocat bon marché mais tenace se propose de l’aider.

Cette mini-série de huit épisodes de la chaîne HBO est l’adaptation de « Criminal Justice », une série anglaise. Naz, jeune Américain d’origine pakistanaise passe la nuit avec une jeune femme, entre alcool, drogues et sexe. Au réveil, il la trouve lardée de coups de couteaux, baignant dans son sang. Effrayé, il fuit et sera vite interpellé et plongé dans la machine judiciaire américaine, propice à broyer les hommes. Durant ces huit épisodes, on suit toute la procédure: la fuite, l’interpellation, la rencontre avec l’avocat, les interrogatoires, la prison, le procès… Extrêmement réaliste, bénéficiant d’une écriture acérée comme l’arme du crime, « The Night Of » est passionnante par sa complexité, à la fois polar, film de prison, chronique judiciaire et récit d’apprentissage, tant Naz va se transformer littéralement au contact de la prison. Le casting est une vraie réussite également avec le jeune Riz Ahmed du jeune garçon timide à la bête humaine, mais aussi bien sûr John Turturro en avocat rongé par l’eczéma qui trouve peut-être ici son rôle le plus fou! Un régal total!

TECHNIQUE:

4.5

Un régal!

BONUS:

Aucun bonus à l’horizon!

VERDICT:

4.5

Une série aussi brillante que passionnante avec un immense John Turturro!

Disponible en DVD (24.99 euros) et bluray (29.99 euros) chez HBO dès le 8 mars

Publicités

Critique: L’Homme Irrationnel

066511.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Irrational Man
Réalisation Woody Allen
Scénario Woody Allen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 14 octobre 2015

Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris – militantisme politique ou enseignement – n’a servi à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout jamais.

Comme tous les ans, à l’image du Beaujolais Nouveau, on déguste le nouveau cru allenien, pas toujours du même niveau mais immanquable de toute façon. Le cru 2015 est clairement une bonne année! Après une première partie, comédie existentielle dans laquelle un prof de philo alcoolique et dépressif séduit une collègue nymphomane et l’une de ses jeunes étudiantes tout en cherchant une inspiration disparue, le film vire à mi-parcours dans la noirceur, avec la décision de Lucas de commettre un meurtre pour redonner du sens à sa vie. On est alors plus proche de films comme « Crimes et délits » ou « Match Point », et le film aurait même quelques accents hitchcockiens: on pense à « la Corde » et ses intellectuels qui cherchent à commettre le crime parfait, juste pour le plaisir et Allen se permet même d’introduire un MacGuffin avec une lampe de poche à l’importance capitale. Les dialogues sont comme toujours pétillants, l’interprétation du duo Phoenix/Stone brillante, la mise en scène inventive et la photo magnifique! Encore!!!

4

CRITIQUE DVD: LES APACHES

91keI9qFr1L._SL1500_

LE FILM: 8.5/10

Corse. Extrême Sud. L’été. Pendant que des milliers de touristes envahissent les plages, les campings et les clubs, cinq adolescents de Porto-Vecchio trainent. Un soir, l’un d’eux conduit les quatre autres dans une luxueuse villa inoccupée… La bande y passe clandestinement la nuit. Avant de partir, ils volent quelques objets sans valeur et deux fusils de collection. Quand la propriétaire de la maison débarque de Paris, elle se plaint du cambriolage à un petit caïd local de sa connaissance…

Les Apaches, premier long métrage de Thierry de Peretti, c’est un peu The bling Ring mais les Louboutin en moins. La virée de cinq adolescents dans une villa inoccupée aboutit non pas à un vol de chaussures de luxe mais d’un fusil. Ce vol va enclencher un engrenage infernal qui mettra en lumière des conflits entre les Corses et les jeunes Maghrébins, les accointances entre le milieu et les riches propriétaires… La réalisation très naturaliste du cinéaste et le jeu ultra-réaliste du casting de jeunes comédiens font ces Apaches un film choc et frontal plus proche de Haneke ou Kechiche que de Sofia Coppola. Une révélation!

TECHNIQUE: 8/10

Rien à dire!

BONUS: 10/10

Une interactivité parfaite! Outre les deux très bons court-métrages du réalisateur, on trouve une interview de de Peretti, une analyse de la scène du meurtre, des scènes coupées et des bandes annonces!

VERDICT: 9/10

Une édition DVD parfaite pour l’un des chocs de l’année!

Disponible en DVD (19.99 euros) dès le 4 février chez Pyramide Vidéo


CRITIQUE BLU-RAY IMPORT: L’Inconnu du Nord Express

91frhyRkmZL__AA1500_

LE FILM: 9.5/10

Un champion de tennis rencontre dans un train un inconnu qui lui propose un marché bien spécial : il supprime sa femme envahissante si celui-ci se charge d’éliminer son propre père afin d’obtenir son héritage. Le joueur de tennis, pensant avoir affaire à un fou, laisse passer le marché et finit par l’oublier. Quelque temps plus tard, sa femme est assassinée…

Deuxième film d’Hitchcock pour la Warner après « le Grand Alibi » et avant la Loi du Silence et le Crime était presque parfait, « l’Inconnu du Nord Express » est adapté du roman éponyme de Patricia Highsmith. Néanmoins, Hitchcock s’approprie totalement le roman pour en faire un film complètement totalement personnel, en totale cohérence avec le reste de son oeuvre. Gardant la trame du roman, il s’en détache concernant l’homosexualité latente des deux personnages masculins dans le roman et également sur le passage à l’acte du personnage de Guy. l-inconnu-du-nord-express-farley-granger-robert-walker Lire la suite

CRITIQUE DVD: 38 TEMOINS

LE FILM: 8,5/10

Alors qu’elle rentre d’un voyage professionnel en Chine, Louise découvre que sa rue a été le théâtre d’un crime. Aucun témoin, tout le monde dormait. Paraît-il. Pierre, son mari, travaillait. Il était en mer. Paraît-il. La police enquête, la presse aussi. Jusqu’à cette nuit où Louise rêve. Elle rêve que Pierre lui parle dans son sommeil. Qu’il lui parle longuement. Lui qui, d’habitude, parle si peu…

Trois ans après « Rapt« , Lucas Belvaux retrouve son acteur Yvan Attal pour un film noir terriblement d’actualité! Ici malgré une multiplicité de points de vue (témoins, une journaliste, les policiers, un juge…), l’enquête n’a finalement pas d’importance. Belvaux s’attarde plutôt sur le comportement humain, se concentrant plus précisément sur le personnage interprété par un Yvan Attal quasi-mutique. Après avoir déclaré être absent au moment du crime, il avouera finalement avoir tout entendu déclenchant la haine des 37 autres témoins silencieux à son égard. Belvaux met en lumière à travers un fait divers comment l’égoïsme et l’individualisme qui régissent notre société peuvent basculer vers la haine et la honte. La scène finale de reconstitution du crime conclut le film de manière terriblement angoissante, les cris de la victime mettant le spectateur en situation! Glaçante remise en question!

RAS côté technique! Le DVD s’en sort haut la main malgré les nombreuses scènes sombres et le son est parfaitement immersif!

LES BONUS:7/10

Outre des bandes-annonces, le DVD propose un passionnant entretien avec le réalisateur (17 mins)! Peu mais déjà pas mal!

VERDICT: 8/10

Un excellent film qui remue les consciences!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez Diaphana dès le 18 juillet.



HOMMAGE A CASSAVETES

Le 11 juillet, 5 films de John Cassavetes ressortiront sur les écrans! Nous pourrons (re)voir « Shadows », « Faces », « Une femme sous influence », « Meurtre d’un bookmaker chinois » et « Opening Nights » sur de nouveaux masters numériques!

Shadows (1959)

États-Unis, années 60. Benny, Hugh et Lélia sont frères et sœur et partagent à New York le même appartement. Alors que Benny passe ses journées dans les rues et les bars, Hugh tente de faire carrière comme chanteur de jazz. Lélia quant à elle veut être écrivain. Tous trois veulent aussi aimer et être aimés…

Faces (1968)

Après une nuit un peu folle, Richard rentre chez lui et se dispute avec sa femme Maria. Après lui avoir annoncé son intention de divorcer, il claque la porte et part retrouver une autre femme. Maria décide alors de passer la nuit dans un night club avec ses amies. Elle y rencontre Chet avec qui elle termine la nuit. Au matin, Richard revient à la maison alors que Chet part sur la pointe des pieds. C’est le moment d’un premier face à face vital pour ce couple en chute libre…

– Une femme sous influence(1974)

Contremaître sur les chantiers, Nick est submergé de travail et ne peut rentrer chez lui pour la nuit. Après avoir laissé ses enfants à sa mère, sa femme Mabel est déprimée. Écrasée par le poids de sa famille et les conventions de la société, elle glisse doucement vers la folie…

Meurtre d’un bookmaker chinois (1976)

Cosmo Vitelli, patron d’une boîte de strip-tease et criblé de dettes, est contraint par la Mafia de tuer un bookmaker chinois. C’est le début d’une chasse à l’homme qui va l’entraîner loin. Très loin…

Opening nights (1977)

La célèbre comédienne de théâtre Myrte Gordon est la vedette d’une pièce de Sarah Goode : « The Second Woman ». Après une représentation à New Haven, Myrte assiste à la mort d’une jeune admiratrice passionnée…

 

 

 

CRITIQUE BLU-RAY: IL ETAIT UNE FOIS EN ANATOLIE

 

LE FILM:

Au coeur des steppes d’Anatolie, un meurtrier tente de guider une équipe de policiers vers l’endroit où il a enterré le corps de sa victime. Au cours de ce périple, une série d’indices sur ce qui s’est vraiment passé fait progressivement surface…

Malgré ce que pourrait laisser penser le titre, Nuri Bilge Ceylan lorgne plutôt du côté d’Antonioni ou Tarkovski que du côté de Sergio Leone même si à l’instar de l’Italien, le cinéaste turc aime étirer ses scènes au maximum. Au lieu de faire un thriller de ce sujet, Ceylan nous convie à suivre ce cortège de militaires, policiers, médecin, procureur et suspects et partager leurs conversations philosophiques ou prosaïques. Nous partageons également les temps morts comme les déplacements, ressentant comme les personnages le temps qui passe. Sans aucun artifice comme la musique par exemple, Ceylan s’appuie sur son talent pur de metteur en scène, son sens du cadre et cette magnifique photo pour livrer une expérience singulière. A découvrir dans une très belle copie HD digne du film!

LES BONUS:

Outre la bande-annonce, un intéressant making of d’une vingtaine de minutes! C’est tout!

VERDICT:

Une expérience à vivre grâce à une superbe copie malgré le peu de bonus.

Disponible dès le 7 mars en DVD (19,99 euros) et Blu-ray (24,99 euros) chez Memento Films