Critique Dvd: Un début prometteur

71a+K3e18EL._SL1250_.jpg

Réalisation Emma Luchini
Scénario Emma Luchini
Vanessa David
Nicolas Rey
Acteurs principaux
Sociétés de production NoLIta
Les Productions maison
D8 Films
Nexus Factory
Gaumont
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 90 minutes
Sortie 30 septembre 2015

LE FILM:

3.5

Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères…

Après un César du meilleur court-métrage l’an dernier, Emma Luchini (fille de) réalise enfin son premier long métrage en adaptant un roman de son compagnon Nicolas Rey (qui co-écrit le scénario!). Il s’agit ici d’une comédie mélancolique où l’on suit le jeune Gabriel à la poursuite de l’amour, personnalisé par Mathilde, jeune femme joueuse rencontrée dans un bar. Aux côtés de Gabriel, son père soigne sa solitude dans l’horticulture et son frère Martin noie sa déprime dans l’alcool. Deux visions de l’amour, celle des adultes, dépressive et pessimiste, et la sienne, dans l’utopie. Si ce premier film n’est pas parfait, en raison d’une petite baisse de rythme dans le dernier tiers, il séduit malgré tout par ses dialogues finement écrits, sa fantaisie et ses personnages attachants. On se réjouit notamment de retrouver Manu Payet excellent dans un rôle de Droopy alcoolique et le film est illuminé par la grâce de Verle Baetens que l’on avait découverte dans « Alabama Monroe ». Très recommandable!

TECHNIQUE:

4

Une copie assez nette, sans défaut majeur.

BONUS:

4.5

Outre un court making of, on trouve des scènes coupées, un clip, le court-métrage primé aux César et l’interview de la réalisatrice et Nicolas Rey après la cérémonie! Très complet!

VERDICT:

3.5

Une comédie prometteuse dans une très belle édition!

Disponible en DVD (12.99 euros) dès le 24 février

Publicités

CRITIQUE BLU-RAY: DANS LA MAISON

71wLvDfG4lL__AA1500_

LE FILM: 7.5/10

Un garçon de 16 ans s’immisce dans la maison d’un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l’enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d’événements incontrôlables.

Deux ans après « Potiche », François Ozon revient avec un treizième long métrage, à nouveau adapté d’une pièce de théâtre, « Dans la Maison ». Même si le François Ozon de 2012 s’est assagi par rapport à celui des débuts qui n’avait pas peur de provoquer son public avec des oeuvres telles que « Sitcom » ou « Gouttes d’eau sur pierres brûlantes », il continue de proposer tout de même des films qui appellent à la réflexion.

Avec ce nouvel opus, Ozon brasse de multiples influences que ce soit les séries US pour les pavillons à la Wisteria Lane (Desperate Housewives) ou le cinéma d’Hitchcock ou de Pasolini pour le thème du voyeurisme, central dans ce film. En effet, la relation et le jeu pervers entre le professeur et l’élève nous amène à réfléchir sur le pourvoir de l’auteur, littéraire ou autre, et son processus de création mais aussi sur la tendance générale au voyeurisme qui gangrène nos sociétés, asphyxiées par les magazines people et la télé réalité.

Sous une forme très ludique et intellectuellement très stimulante, le film d’Ozon est une belle réussite, malgré quelques longueurs dans la seconde partie, qui confirme que Fabrice Lucchini peut être aussi bon quand il n’en fait pas des tonnes!

TECHNIQUE: 9/10

Rien à dire sur la copie proposée! Du bon boulot!

BONUS: 10/10

C’est parfait en ce qui concerne l’interactivité! Outre la bande-annonce, on trouve un making-of passionnant (51 mins) qui met en exergue le travail du metteur en scène avec ses comédiens (que ce doit être compliqué de diriger Luchini dans un délire permanent!), des scènes coupées, un bêtisier, un module sur l’avant-première au Grand Rex, un module sur l’essayage des costumes et pour finir un petit montage sur les différents projets d’affiches (qui auraient toutes pu être retenues!).

VERDICT: 8/10

Un blu-ray parfait pour un Ozon divertissant!

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez France Télévisions Distribution

 


CRITIQUE: ALCESTE A BICYCLETTE

alceste-a-bicyclette_50f73851026b1

Au sommet de sa carrière d’acteur, Serge Tanneur a quitté une fois pour toutes le monde du spectacle. Trop de colère, trop de lassitude. La fatigue d’un métier où tout le monde trahit tout le monde. Désormais, Serge vit en ermite dans une maison délabrée sur l’Île de Ré… Trois ans plus tard, Gauthier Valence, un acteur de télévision adulé des foules, abonné aux rôles de héros au grand cœur, débarque sur l’île. Il vient retrouver Serge pour lui proposer de jouer «Le Misanthrope» de Molière. Serge n’est-il pas devenu une pure incarnation du personnage d’Alceste ? Serge refuse tout net et confirme qu’il ne reviendra jamais sur scène. Pourtant, quelque chose en lui ne demande qu’à céder. Il propose à Gauthier de répéter la grande scène 1 de l’Acte 1, entre Philinte et Alceste. Au bout de cinq jours de répétition, il saura s’il a envie de le faire ou non. Les répétitions commencent : les deux acteurs se mesurent et se défient tour à tour, partagés entre le plaisir de jouer ensemble et l’envie brutale d’en découdre. La bienveillance de Gauthier est souvent mise à l’épreuve par le ressentiment de Serge. Autour d’eux, il y a le microcosme de l’Île de Ré, figée dans la morte saison : un agent immobilier, la patronne de l’hôtel local, une italienne divorcée venue vendre une maison. Et l’on peut se prendre à croire que Serge va réellement remonter sur les planches…

Alors qu’ils se retrouvent à l’Ile de Ré pour évoquer le projet des Femmes du 6ème étage, Fabrice Luchini et Philippe Le Guay se parlent de leur amour commun pour la pièce de Molière, le Misanthrope! C’est ainsi que naît l’idée de ce film, Alceste à bicyclette.

Le réalisateur retrouve donc son acteur fétiche pour la quatrième fois et lui adjoint les services de Lambert Wilson dans le rôle d’une star de la série TV! Philippe le Guay confirme avec son nouveau film qu’il est possible de faire des films qui plaisent au plus grand nombre tout en se pliant à une certaine exigence. Même s’il on peut reprocher au scénario de tâtonner un  peu parfois et de se perdre de temps en temps en circonvolutions inutiles notamment dans la dernière demi-heure, l’ensemble tient tout à fait la route et propose un divertissement de grande qualité. Le duo Wilson/Luchini s’en donne à coeur joie, en particulier lors de scènes de répétition où l’improvisation était de mise et l’idée du parallèle entre la pièce et la relation entre les deux amis est purement géniale!

Un excellent moment avec un duo d’acteurs exceptionnel!

NOTE: 8/10