CRITIQUE DVD: Laurence Anyways

laurence_anywaysLE FILM: 3/10

Dans les années 1990, Laurence annonce à Fred, sa petite amie, qu’il veut devenir une femme. Envers et contre tous, ils affrontent les préjugés de leur entourage, et bravent les phobies de la société qu’ils dérangent. Pendant dix ans, ils tentent de survivre à cette transition, et s’embarquent dans une aventure épique dont leur perte semble être la rançon…

Troisième film après un très prometteur « J’ai tué ma mère » et des « Amours Imaginaires » un peu agaçantes, le petit prodige québecois était attendu au tournant! Malheureusement, Dolan laisse ses tics agaçants prendre le dessus sur son indéniable talent. Sur un sujet très fort, le mal-être de ceux que l’on appelle les transgenres, Dolan étire son film sur 2h40 interminables et complètement dénuées d’émotions! En cause, sa facheuse habitude de polluer son propos de figures de styles inutiles lourdement inspirées d’Almodovar ou de Wong Kar Wai, et son goût douteux pour les séquences clipesques ! D’autre part, la bande son s’avère souvent beaucoup trop présente, voire assourdissante!

Aux rayon des satisfactions, l’interprétation de Melvil Poupaud mais surtout de l’excellente Suzanne Clement qu’on a hâte de revoir!

Quand Xavier Dolan se concentrera plus sur l’essentiel et se débarassera de toutes ces coquetteries, il deviendra sûrement un grand cinéaste! On l’espère…

La copie proposée sur ce DVD est éclatante de beauté et de précision; c’est digne de la HD! A noter le format carré choisi par Dolan!

LES BONUS: 0/10

Même pas une bande-annonce! Dommage!

VERDICT: 3/10

A réserver aux fans…

Disponible en DVD (19,99 euros) et blu-ray (24,99 euros) chez TF1 Video dès le 21 novembre