Critique Bluray: Tokyo Sonata

71I7Kq6m70L._SL1491_.jpg

Titre original Tôkyô sonata
Réalisation Kiyoshi Kurosawa
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Genre Film dramatique
Durée 119 minutes
Sortie 25 mars 2009

LE FILM:

4

Tokyo Sonata dresse le portrait d’une famille japonaise ordinaire. Le père, licencié sans préavis, le cache à sa famille. Le fils ainé est de plus en plus absent. Le plus jeune prend des leçons de piano en secret. Et la mère, impuissante, ne peut que constater qu’une faille invisible est en train de détruire sa famille.

Réalisé quatre ans avant « Shokuzai » par Kiyoshi Kurosawa, « Tokyo Sonata » dresse le portrait d’une famille en cours d’implosion. Alors que le mari perd son travail et continue à faire semblant, le fils aîné s’engage dans l’armée américaine (!) et le plus jeune vole l’argent de la cantine pour prendre des cours de piano. Le quotidien tragi-comique de la famille décrit en  première partie est des plus réussis avec une vision d’un Japon qui n’échappe pas à la crise. Le côté fantasque du cinéaste apparaît dans une seconde partie un peu moins pertinente avec des événements pour le moins incongrus. Le final, émouvant, réhausse l’ensemble.

TECHNIQUE:

3.5

Une copie correcte dans l’ensemble même si parfois la définition n’est pas parfaite.

BONUS:

4

Excellent making of de près d’une heure!

VERDICT:

4

Le quotidien tragi-comiqued’une famille sur fond de crise économique!

Disponible en combo bluray/dvd (19.99 euros) chez ARP SELECTION

 

Jeu Concours: 1 coffret « Vivre » à gagner (jeu terminé)

image003.jpg

image004

A l’occasion de la sortie en coffret Bluray/Dvd/Livre de « Vivre » et « Vivre dans la peur » le 27 avril, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 1 coffret « Vivre ». Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 10 mai; un tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses.

 

VIVRE :

Kanji Watanabe (Takashi Shimura) est employé de bureau depuis trente ans. Un jour, on lui découvre un cancer incurable, ne lui laissant que quelques mois à vivre. Ce même jour, il découvre le peu d’affection que lui porte son fils. Il décide de mettre à profit le temps qu’il lui reste pour enfin donner un sens à sa vie.

Vivre dans la peur :

 

Tokyo, 1955. Kiichi Nakajima, riche industriel convaincu de l’imminence d’une nouvelle guerre atomique, se résout à liquider tous ses biens et envisage d’émigrer au Brésil avec ses proches. Mais ceux-ci, incapables de lui faire entendre raison et désespérés à l’idée que ses lubies finissent de dilapider la fortune familiale, prennent la décision radicale de le placer sous tutelle…

Jeu Concours: 1 coffret « L’ange ivre » et 1 coffret « Chien Enragé » à gagner (jeu terminé)

61ikYC0cvzL._SL1000_.jpg

71qBtpx17vL._SL1500_.jpg

A l’occasion de la sortie en coffret Bluray/DVD de « l’Ange Ivre » et « Chien Enragé » d’Akira Kurosawa, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 1 exemplaire de chaque. Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 17 mars; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Akira Kurosawa – Les années Toho

– Une collection de 17 films du maître, pour la 1ère fois en France en versions HD et restaurées –

 

Une collection entièrement dédiée

aux réalisations de KUROSAWA pour le studio TOHO

Naruse, Honda, Kurosawa…

Fin des années 40. Comme en écho à l’émergence du blockbuster hollywoodien, l’Empire du Soleil voit naître un cinéma moderne, audacieux et avant-gardiste.

Faisant la part belle aux femmes et aux héros atypiques, il offre une vision humaniste, réaliste et non pas moins poétique de la société japonaise.

Figure emblématique de cette nouvelle ère, Akira Kurosawa va permettre au public occidental de découvrir les merveilles proposées par le cinéma nippon…

 

  • L’Ange Ivre :

Dans les bas-fonds d’un Tokyo meurtri par les ravages de la guerre, Sanada – vieux médecin débonnaire et porté sur la bouteille – reçoit la visite d’un jeune yakuza blessé par balle chez lequel il décèle la tuberculose. Mais ce dernier, en plein déni vis-à-vis du mal qui le ronge, refuse obstinément de se faire soigner, craignant que ses pairs y voient un signe de faiblesse. Débute alors une étrange amitié entre deux hommes, qu’en apparence tout oppose, et qui se retrouveront confrontés à la violence de la maladie ainsi qu’à celle de la ville.

  • Chien enragé :
    1. Dans un Tokyo écrasé par une importante vague de chaleur, Murakami, jeune inspecteur de police, se fait subtiliser son arme de service. Désespéré à l’idée que le voleur puisse en faire usage, il envisage d’abord de démissionner. Mais chargé par sa hiérarchie de mener l’enquête avec son supérieur, le commissaire Sato, il découvre rapidement que l’arme en question est impliquée dans un vol. Les deux hommes entament alors une traque qui les entraîne dans les quartiers moites et miséreux d’une ville encore marquée par les stigmates de la défaite.

Critique Bluray: un Merveilleux Dimanche + le Plus Dignement

image002

LES FILMS:

4.5

Un merveilleux dimanche :
Un jeune couple désargenté erre dans le Tokyo en ruines de l’après-guerre, avec l’espoir de vivre ses rêves…
– Le plus dignement :
Le quotidien de jeunes ouvrières dans une usine fabriquant des lentilles de précision pour les viseurs de canons…

Belle initiative de Wild Side Video de sortir les premiers films de Kurosawa dans des copies restaurées. « Un merveilleux dimanche » nous montre un jeune couple qui tente de tuer le temps sans un sou en poche dans un Tokyo en ruines. Dans un style précurseur de la Nouvelle Vague, le film, esthétiquement magnifique, propose de beaux moments empreints d’émotion, comme cette scène où, ne pouvant se payer des places de concert, le jeune homme mime le chef d’orchestre dirigeant Schubert.

Le second film, lui, tient plus du film de propagande, nous plongeant dans le quotidien de femmes travaillant dans une usine d’armement. Sont mis en valeur le courage et la volonté du peuple japonais, notamment à travers le personnage d’une ouvrière qui, après s’être rendu compte d’une erreur, passe la nuit à travailler pour livrer une lentille de qualité. Passionnant!

TECHNIQUE:

4

 

 

Pour l’époque, la restauration est magnifique, les quelques défauts ne nuisant pas à la projection.

BONUS:

1

 

Seuls bonus, deux modules sur la restauration des films. L’essentiel tient au joli livret informatif et illustré fourni dans le coffret.

VERDICT:

4.5

 

 

Forcément indispensable!

Disponible en coffret DVD/BLURAY+LIVRE (29.99 euros) chez Wild Side Video

 

Critique Dvd: les Sept Samouraïs

71yiKh8EohL._SL1280_

  • Film d’aventures
  • Date de sortie :
    30 novembre 1955
  • Réalisé par :
    Akira Kurosawa
  • Avec :
    Toshiro MifuneTakashi ShimuraYoshio INABA
  • Durée :
    3h30min
  • Pays de production :
    Japon
  • Année de production :  1954
  • Titre original : Chichinin

LE FILM:

5

Japon. XVIe siècle. Un village de paysans. Désespérés des attaques répétées de bandits qui les conduisent à la ruine et à la famine, ils font appel à 7 guerriers afin de les protéger et des les aider à se défendre… Une magnifique leçon de courage et d’humanité.

Des Sept mercenaires (remake officiel) à Expendables, des centaines de films s’inspirent directement ou non des Sept Samouraïs de Kurosawa. En effet, qui n’a pas en mémoire au moins un film dans lequel une équipe de guerriers très variés va être constituée pour lutter contre un quelconque péril. Et la grande force de ce film, c’est cet aspect intemporel, indémodable, marque des plus grands films. S’il s’agit ici de samouraïs, Kurosawa nous offre ici un film plus proche du grand western fordien que du chambara. Avec un sens du rythme absolument parfait (3h15 qui passent en un éclair), Kurosawa parvient à un savant mélange entre humour, aventure et politique ( la lutte des classes entre les samouraïs et les paysans symbolisée par le personnage de Toshiro Mifune, paysan qui se fait passer pour un samouraï) pour mettre en scène l’une des oeuvres majeures du cinéma mondial!

TECHNIQUE:

4.5

Pour le support, c’est une vraie merveille! Qu’est-ce que ça doit être en bluray!

BONUS:

4.5

Outre la bande annonce et un court makin of promo, on trouve un fabuleux documentaire dans lequel d’illustres réalisateurs tels que Scorsese ou Eastwood parlent de Kurosawa et enfin un doc dans lequel les membres de l’équipe reviennent sur le film.

VERDICT:

5

Forcément indispensable!

Disponible en double DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez la Rabbia/Wild Side Vidéo dès le 3 décembre

LES SEPT MERCENAIRES (1960)

Carlotta Films

Un village mexicain est pillé et racketté par un gang de bandits menés par le terrible Calvera. Lassés de cette situation, les habitants décident de faire appel à un mercenaire très efficace, Chris Adams. Une fois la mission acceptée, il compose alors son équipe et s’adjoint l’aide de 6 autres gros bras adeptes de la bagarre…

Remake américain du classique japonais de Kurosawa, « les sept samouraïs », c’est John Sturges, à qui l’on doit déjà « règlement de comptes à OK Corral » , qui le réalise en 1960. Il se dote d’un casting d’anthologie: Yul Brynner, Steve MacQueen, Robert Vaughn, Charles Bronson, Horst Bucholz, James Coburn et Brad Dexter dans le rôle des 7 mercenaires et Eli Wallach dans celui du truand Calvera. Classique du western, le film est clairement découpé en trois parties: le recrutement de l’équipe, la préparation de l’affrontement et enfin ce dernier. Là-dessus, Elmer Bernstein, y greffa sa bande originale, l’une des plus célèbres du genre après celles de Morricone. Le film n’a pas pris une ride et trouve même une seconde jeunesse grâce à l’édition Bluray qui vient de paraître chez Fox: une merveille de son et d’image à couper le souffle!

A revoir de toute urgence!!!