Critique: Hors Normes

2633779.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Olivier Nakache
Éric Toledano
Scénario Olivier Nakache
Éric Toledano
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
Quad Productions
Ten Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 114 minutes
Sortie 23 octobre 2019

Bruno et Malik vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés « d’hyper complexes ». Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes. 

Septième film du duo Toledano/Nakache, « Hors Normes » est un peu la synthèse de leur oeuvre. Leur film qui aborde le problème de l’autisme et de sa prise en charge emprunte par exemple à « nos jours heureux » et « le sens de la fête » la notion de groupe, à « Samba » le milieu associatif, à « Intouchables » et « Je préfère qu’on reste amis » le côté buddy movie.

Si l’autisme a souvent été représenté au cinéma (« Rain Man », « Monsieur je sais tout », …), le personnage est toujours un autiste asperger ou autiste de haut niveau, un personnage doté de facultés au-delà de la moyenne dans certains domaines qui attire en général la sympathie. Malheureusement, dans la « vraie vie », ces cas sont une minorité et le film des Toledano/Nakache a la bonne idée de s’intéresser aux autres, les autistes sévères, victimes de troubles du comportement, ceux que la société a du mal à accepter et dont elle ne sait souvent que faire. « Hors normes » s’inspire largement du travail de deux associations parisiennes qui, au-delà de l’intérêt qu’elles représentent pour les jeunes autistes dont elles s’occupent, emploient en plus des jeunes défavorisés pour les encadrer, faisant ainsi d’une pierre deux coups.

Si le film du duo est certainement moins drôle que leurs précédents, il en conserve les mêmes caractéristiques. « Hors Normes » est encore une fois sur la forme un film populaire, bien écrit, rythmé, jamais méchant, extrêmement sincère et toujours cinématographiquement ambitieux. Sur le fond, « Hors normes » ouvre les yeux du public sur une partie de la population (une naissance sur 100!) que les autres ne veulent pas voir mais aussi sur le travail de personnes qui se mettent à leur service au quotidien, sans grande reconnaissance. Extrêmement bien documenté, le film s’intéresse également au problème de la prise en charge des cas complexes que les nombreuses associations tentent de prendre en charge avec des moyens toujours insuffisants.

« Hors Normes » est un film utile porté par un casting en tous points impeccable et notamment le duo Cassel/Kateb absolument parfait!

Courez-y!

4.5

Publicités

Critique: Le Chant du Loup

3892829.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Antonin Baudry
Scénario Antonin Baudry
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Productions du Trésor
Pathé Production
Chi-Fou-Mi Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 115 minutes
Sortie 20 février 2019

Un jeune homme a le don rare de reconnaître chaque son qu’il entend. A bord d’un sous-marin nucléaire français, tout repose sur lui, l’Oreille d’Or.
Réputé infaillible, il commet pourtant une erreur qui met l’équipage en danger de mort. Il veut retrouver la confiance de ses camarades mais sa quête les entraîne dans une situation encore plus dramatique.
Dans le monde de la dissuasion nucléaire et de la désinformation, ils se retrouvent tous pris au piège d’un engrenage incontrôlable.

Premier film d’Antonin Baudry, scénariste de « Quai d’Orsay » et ancien diplomate, « le Chant du Loup » est un projet très ambitieux. Il nous plonge durant deux heures dans l’univers des sous-mariniers, à la découverte de « l’oreille d’or », ce technicien chargé de détecter toutes les menaces extérieures grâce à ses oreilles. Passionnant sur le plan documentaire, le film a bénéficié d’un impressionnant travail de recherches et nous fait découvrir un monde peu connu, son langage et ses procédures. L’aspect dramaturgique fait un peu plus défaut, le film souffrant de quelques baisses de régime et de facilités scénaristiques. Côté interprétation, François Civil, Reda Kateb et mathieu Kassowitz sont convaincants, un peu moins Omar Sy peu crédible dans son rôle de commandant de sous marin. Mais ne faisons pas la fine bouche, un premier film français de surcroît, avec un tel souci de mise en scène et de réalisme, ce n’est pas tous les jours!

3.5

Critique Dvd: Les derniers Parisiens

615RhJ8kAmL._SL1000_.jpg

Réalisation Hamé et Ekoué
Scénario Hamé et Ekoué
Acteurs principaux
Sociétés de production La Rumeur Filme
Canal+
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée h 45
Sortie 22 février 2017

LE FILM:

4

Tout juste sorti de prison, Nas revient dans son quartier, Pigalle, où il retrouve ses amis et son grand frère Arezki, patron du bar Le Prestige. Nas est décidé à se refaire un nom et Le Prestige pourrait bien lui servir de tremplin…

Un film noir, désespéré, sans une seule arme, c’est l’originalité de ce premier long des rappeurs de La Rumeur! On suit Nas, spécialement son retour à la vie réelle après son séjour en prison. Déconnecté de ce monde réel pendant des années, il rêve du monde de la nuit et des boules à facette, sauf que le Pigalle d’aujourd’hui n’est plus le même et que les espoirs de Nas pourraient être déçus. Entre le naturalisme de Kechiche et Cassavetes et la tragédie familiale façon James Gray, « les Derniers Parisiens » fait preuve d’une belle originalité, naviguant toujours loin des clichés et porté par un Reda Kateb toujours aussi brillant! Une belle promesse!

TECHNIQUE:

4

Top pour le support!

BONUS:

4

On trouve ici un court métrage de Hamé, déjà avec le même casting, ainsi qu’une interview des deux réalisateurs.

VERDICT:

4

Un premier film plein de promesses!

Disponible en DVD (16.99 euros) chez BLAQ OUT

Critique Dvd: Qui vive

716M33E7mAL._SL1386_

  • Date de sortie :
    12 novembre 2014
  • Réalisé par :
    Marianne Tardieu
  • Avec :
    Reda KatebAdèle ExarchopoulosMoussa Mansaly
  • Durée :
    1h23min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Rezo Films

LE FILM:

3.5

 

Retourné vivre chez ses parents, Chérif, la trentaine, peine à décrocher le concours d infirmier. En attendant, il travaille comme vigile. Il réussit malgré tout les écrits de son concours et rencontre une fille qui lui plaît, Jenny… Mais au centre commercial où il travaille, il perd pied face à une bande d’adolescents désoeuvrés qui le harcèlent. Pour se débarrasser d’eux, il accepte de rencarder un pote sur les livraisons du magasin. En l’espace d’une nuit, la vie de Chérif bascule…
Premier long métrage de Marianne Tardieu, « Qui vive » navigue entre le drame social et le film noir, à travers le portrait d’un jeune homme qui veut réussir mais se heurte à son environnement. La grande force du film réside dans cette proximité entre ces deux genres mais aussi dans l’acuité du regard de la réalisatrice qui évite caricature et manichéisme. Et puis il y a Reda Kateb qui parvient à donner tant de nuances à ses personnages. Dommage que le personnage incarné par Adèle Exarchopoulos n’apporte pas plus à l’histoire…
TECHNIQUE:
3.5
Rien à dire, c’est propre, y compris dans les scènes sombres.
BONUS:
2
On trouve ici un court-métrage de la réalisatrice et deux courts-métrages d’animation dont l’un apparaît dans le film.
VERDICT:
3.5
Un premier film prometteur!
Disponible en DVD (19.99 euros) chez FranceTV Distribution dès le 18 mars


Critique Bluray: Hippocrate

81+o1mJtJCL._SL1500_

  • Réalisé par :
    Thomas Lilti
  • Avec :
    Vincent LacosteReda KatebJacques Gamblin
  • Durée :
    1h41min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Le Pacte

LE FILM:

4

 

Benjamin va devenir un grand médecin, il en est certain. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. La pratique se révèle plus rude que la théorie. La responsabilité est écrasante, son père est aux abonnés absents et son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites, à ses peurs, celles de ses patients, des familles, des médecins, et du personnel. Son initiation commence.

Parcours atypique que celui de Thomas Lilti, ex-médecin qui préféra se consacrer à sa passion du cinéma à travers des scénarii et la réalisation d’un long métrage en 2007, « les yeux bandés » puis « Hippocrate » en 2014. Dans ce dernier film, il raconte son expérience de jeune interne. S’il y a un point commun avec la célèbre série « Urgences », c’est dans sa manière de conjuguer l’aspect documentaire et le romanesque, mais le spectaculaire en moins. Ce qui intéresse Lilti, c’est l’âme de ces médecins et de ces infirmières mais aussi la situation de notre système hospitalier. Ce dernier amène les médecins à se poser des questions d’ordre économique quand l’humain prendrait volontiers le dessus. Remarquablement écrit, Hippocrate ne serait pas aussi réussi sans ses comédiens, tous parfaits, Reda Kateb (César second rôle) et Vincent Lacoste en tête! Un film qui parvient à lier populaire et excellence!

TECHNIQUE:

4

 

Propre mais sans miracle!

BONUS:

3.5

 

On trouve ici un intéressant making of qui insiste sur le désir de réalisme du réalisateur ainsi que des témoignages de certains acteurs sur des expériences en milieu hospitalier.

VERDICT:

4

 

L’un des très bons films français de 2014!

Disponible en DVD (16.99 euros) et bluray (19.99 euros) chez FranceTV Distribution


CRITIQUE DVD: A Moi Seule

71dHgLc4fpL__AA1500_

LE FILM: 7.5/10

Gaëlle est soudain libérée par Vincent, son ravisseur, après huit d’années d’enferment, où chacun a été « tout » pour l’autre. Cette liberté gagnée jour après jour contre Vincent, Gaëlle doit à nouveau se l’approprier dehors, face à ses parents et au monde qu’elle découvre.

Il y a quelques années, l’histoire de l’Autrichienne Natascha Kampusch faisait le tour du monde! Cette jeune femme retrouva la liberté après avoir été séquestrée pendant 8 ans! On est ici dans le même cas de figure mais Frédéric Videau évite tout sensationnalisme pour opter pour une étude quasi enthomologique des deux personnages, la prisonnière et son geôlier! Construit autour de flash-backs, le film nous montre d’entrée la fuite de Gaëlle, mettant fin à tout suspense et dépeint son héroïne comme un personnage fort jamais montré en position de victime. Ce parti pris, qui pourra déranger certains, est pourtant intéressant, permettant d’éviter tout manichéisme. L’interprétation du couple Agathe Bonitzer/Reda Kateb donne au film sa vraie dimension; une réussite! Seul défaut du film, sa bande originale, un supplice pour les oreilles!

TECHNIQUE: 8/10

Impeccable, même si la musique déplaisante, prend un peu trop de place à certains moments!

BONUS: 7/10

Un doc intéressant sur l’enregistrement de la musique! Dommage de ne rien avoir sur le film lui-même…

VERDICT: 7.5/10

Un film très intéressant bien qu’éprouvant!

Disponible en DVD (19,99 euros) chez Pyramide Video dès le 2 janvier 2013.