Critique: Suspiria

5193736.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Suspiria
Réalisation Luca Guadagnino
Scénario David Kajganich
Acteurs principaux
Sociétés de production Frenesy Film Company
Mythology Entertainment
Amazon Studios
First Sun
MeMo Films
Muskat Filmed Properties
Vega Baby Releasing
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Italie Italie
Genre horreur
Durée 152 minutes
Sortie 14 novembre 2018

Susie Bannion, jeune danseuse américaine, débarque à Berlin dans l’espoir d’intégrer la célèbre compagnie de danse Helena Markos. Madame Blanc, sa chorégraphe, impressionnée par son talent, promeut Susie danseuse étoile.
Tandis que les répétitions du ballet final s’intensifient, les deux femmes deviennent de plus en plus proches. C’est alors que Susie commence à faire de terrifiantes découvertes sur la compagnie et celles qui la dirigent…

Un an après la romance toscane « Call me by your name », quelle surprise de retrouver Luca Guadagnino à la tête d’un remake du « Suspiria » de Dario Argento. Si la base de l’histoire reste la même (une jeune fille débarque dans une école de danse dans laquelle la sorcellerie règne), le film n’essaie pourtant jamais de singer l’original. Guadagnino ne cherche pas non plus à faire peur. Il situe son histoire dans les années 70, en Allemagne, entre guerre froide et terrorisme de la Bande à Baader et prend son temps pour installer une ambiance. Pour ce faire, « Suspiria » bénéficie d’un gros travail sur la photo (magnifique travail du Thailandais Mukdeeprom) et d’une bande originale incroyable du chanteur de Radiohead. Le casting est également une belle réussite avec notamment la fabuleuse Tilda Swinton et un mystérieux Lutz Eberdorf que vous vous amuserez à reconnaître! Loin d’être une pâle copie du Giallo originel, ce « Suspiria » s’impose comme un objet filmique à part entière, quelque part entre Fassbinder et Gaspard Noé, cousin éloigné du « Black Swan » d’Aronofski! Une vraie surprise!

4.5

Critique: Jumanji Bienvenue dans la Jungle

0517792.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original Jumanji: Welcome to the Jungle
Réalisation Jake Kasdan
Scénario Zach Helm
Chris McKenna
Jeff Pinkner
Scott Rosenberg
Erik Sommers
Acteurs principaux
Sociétés de production Matt Tolmach Productions
Radar Pictures
Seven Bucks Productions
Sony Pictures Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre fantastique
Durée 119 minutes
Sortie 20 Décembre 2017

Le destin de quatre lycéens en retenue bascule lorsqu’ils sont aspirés dans le monde de Jumanji. Après avoir découvert une vieille console contenant un jeu vidéo dont ils n’avaient jamais entendu parler, les quatre jeunes se retrouvent mystérieusement propulsés au cœur de la jungle de Jumanji, dans le corps de leurs avatars. Ils vont rapidement découvrir que l’on ne joue pas à Jumanji, c’est le jeu qui joue avec vous… Pour revenir dans le monde réel, il va leur falloir affronter les pires dangers et triompher de l’ultime aventure. Sinon, ils resteront à jamais prisonniers de Jumanji…

Drôle d’idée que de faire un remake d’un film mineur comme Jumanji (1995) si ce n’est de séduire le public de trentenaires qui avait vu le film original, enfant. Cette nouvelle version a la bonne idée de surfer sur les tendances actuelles. Le jeu en bois est devenu un jeu vidéo et les réseaux sociaux sont au coeur de nombreux gags. Le ressort comique du film repose en grande partie sur la transformation des jeunes lycéens en avatars à l’opposé de leur personnalité. Le jeune intello devient un gros baraqué, la bimbo blonde devient un homme grassouillet, le grand sportif devient un petit lent et la fille intello devient une bombasse experte en art martiaux! Si ça ne vole pas bien haut et si cinématographiquement parlant, Jumanji frôle le néant, le produit est parfaitement conçu pour séduire les familles en ces vacances de noël! C’est déjà ça…

2.5

Critique: Star Wars Episode VIII – Les Derniers Jedi

2061488.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original Star Wars: Episode VIII – The Last Jedi
Réalisation Rian Johnson
Scénario Rian Johnson
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Studios Motion Pictures
Lucasfilm
Bad Robot Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 152 minutes
Sortie 13 Décembre 2017

Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé…

Après J.J.Abrams, c’est Rian Johnson, le réal de l’excellent « Looper » qui reprend le flambeau avec un épisode de 2h30, le plus long de la saga. Avis mitigé sur ce nouvel opus tant attendu. Si le film regorge de scènes cinématographiquement excitantes, le film ne parvient jamais à  faire dresser les poils comme l’avait réussi Abrams. Boursouflé et inutilement long, « les Derniers Jedi » donne l’impression de ne pas apporter beaucoup de réponses et de diluer superficiellement une intrigue peu originale. On s’ennuie un peu même si la dernière heure nous réveille et nous donne envie de poursuivre l’aventure !

3

Critique Dvd: L’Homme au complet gris

l-homme-au-complet-gris-dvd

Titre original The Man in the Gray Flannel Suit
Réalisation Nunnally Johnson
Scénario Nunnally Johnson (adaptation)
Sloan Wilson (roman)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 153 min.
Sortie 1956

LE FILM:

3.5

Tom Rath se rend chaque jour à Manhattan pour son travail. Marié, père de trois enfants, il a du mal à joindre les deux bouts. Aussi postule-t-il à un poste plus lucratif, mais à plus hautes responsabilités. Ce nouvel emploi pourrait bien l’éloigner de sa famille et briser son couple, déjà fragilisé. Son propre patron a sacrifié sa vie privée à sa réussite professionnelle. Tom suivra-t-il le même chemin ?

Nunally Johnson est surtout connu pour ses nombreuses nouvelles et ses non moins nombreux scénariis. Il a tout de même réalisé huit films dont « l’Homme au complet gris », tiré d’un roman de Sloan Wilson. A travers l’histoire de Tom Rath (parfait Gregory Peck), père de famille qui occupe un nouvel emploi plus lucratif que le précédent, Johnson dresse un portrait intéressant de l’Amérique de la fin des années 50. De multiples thématiques sont abordées dans ce long film (2h30) comme la place du père, la guerre (quelques flash backs émaillent le film), le monde de l’entreprise… Tom Rath va devoir trouver sa place pour à la fois s’épanouir professionnellement tout en conservant son équilibre familial…

TECHNIQUE:

4

Une copie des plus propres, avec une belle définition et des couleurs éclatantes, très beau scope!

BONUS:

Aucun bonus dans cette collection.

VERDICT:

3.5

Un joli film à (re)découvrir!

Disponible en DVD (12.99 euros) chez ESC dans la collection Hollywood Legends dans les magasins Fnac

 

Critique Bluray 3D: San Andreas

61+DZ48RYUL

Réalisation Brad Peyton
Scénario Allan Loeb
Carlton Cuse
Carey Hayes
Chad Hayes
Jeremy Passmore
Andre Fabrizio
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Village Roadshow Pictures
New Line Cinema
Flynn Picture Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Catastrophe
Durée 114 minutes
Sortie 27 mai 2015

LE FILM:

1.5

Lorsque la tristement célèbre Faille de San Andreas finit par s’ouvrir, et par provoquer un séisme de magnitude 9 en Californie, un pilote d’hélicoptère de secours en montagne et la femme dont il s’est séparé quittent Los Angeles pour San Francisco dans l’espoir de sauver leur fille unique. Alors qu’ils s’engagent dans ce dangereux périple vers le nord de l’État, pensant que le pire est bientôt derrière eux, ils ne tardent pas à comprendre que la réalité est bien plus effroyable encore…

Après « Comme chiens et chats 2 » et « Voyage au centre de la Terre 2 », Brad Peyton s’adonne au film catastrophe, avec le petit fils de « Tremblement de terre »! En guise de Charlton Heston, c’est le poète Dwayne Johnson qui s’y colle et qui compte bien réunir sa famille malgré l’apocalypse. La couardise de l’amant de sa femme, qui abandonne lâchement sa fille pourrait faire ses affaires! Adeptes de dialogues ciselés et d’analyses psychologiques s’abstenir! Pendant deux heures tout, absolument tout pète, faisant de Roland Emmerich l’Ingmar Bergman du film catastrophe et l’on ne peut que s’incliner devant la qualité des effets spéciaux vraiment impressionnants. A côté, il vaut mieux prendre l’affaire au second degré, tant tout ça frôle la débilité avec pour point d’orgue le final aux dialogues élus « dialogues de l’année »: devant un drapeau américain qui se déploie, la femme du héros lui demande « qu’est-ce qu’on va faire maintenant? »; lui, « On va reconstruire… ». Waouh!

TECHNIQUE:

4.5

A classer dans les bluray de démo tant la galette va faire trembler votre installation! Côté 3D, peu de dédoublement mais une belle profondeur de champ sur les plans aériens et quelques jaillissements bien sentis!

BONUS:

2.5

Outre quelques scènes coupées et un bêtisier riquiqui, on trouve également un making of décliné en plusieurs modules, un peu promo!

VERDICT:

1.5

Le divertissement bas du front par excellence, efficace pas plus!

Disponible en DVD (19.99 euros), bluray (24.99 euros) et bluray 3D (29.99 euros) chez Warner Bros

Critique Dvd: Hyena

7105nY1dSOL._SL1500_

  • Date de sortie salles :
    01 avril 2015
  • Réalisé par :
    Gerard Johnson
  • Avec :
    Peter Ferdinand, Stephen Graham, Neil Maskell…
  • Pays de production :
    Grande-Bretagne
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Le Pacte

LE FILM:

3

Michael Logan est un anti-héros de notre temps : un prédateur-né, un mélange complexe d’officier de police corrompu dopé à l’adrénaline, avec toujours un coup d’avance sur ses collègues. Mais les temps changent. L’arrivée massive d’impitoyables gangsters albanais, avides de prendre le pouvoir, est en train de laisser une empreinte sanglante parmi les voyous de Londres…

Ca commence fort avec une descente de flics en discothèque assez euphorisante, ces flics ne font pas dans la dentelle c’est certain! L’histoire se met en place et le scénario tient la route, sans baisse de rythme, ponctué d’accès de violence assez trash. Seul hic, si bien troussée soit-elle, l’intrigue ne réserve pas grande surprise et surtout regorge de clichés: les flics ripoux, les gangsters albanais(balafrés si possible), la pauvre fille de l’est exploitée sexuellement, etc… Malgré tout ça tient la route et l’on ne s’ennuie pas un instant en particulier grâce à un casting de flics assez bien réussi!

Les amateurs de testostérone apprécieront!

TECHNIQUE:

4

Pour le support, c’est tout à fait correct y compris lors des scènes sombres.

BONUS:

2.5

On trouve ici un making of d’une vingtaine de minutes qui donne la parole à l’essentiel de l’équipe.

VERDICT:

Un polar brut de décoffrage avec un Peter Ferdinando phénoménal!

Disponible en DVD (19.99 euros) et bluray (24.99 euros) chez Wild Side Video

Critique Dvd: 50 nuances de Grey

71rp3Z-VFDL._SL1290_

  • Date de sortie salles :
    11 février 2015
  • Réalisé par :
    Sam Taylor-Johnson
  • Avec :
    Jamie Dornan, Dakota Johnson, Jennifer Ehle…
  • Durée :
    2h5min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Fifty Shades of Grey
  • Distributeur :
    Universal Pictures International France

LE FILM:

1

Le phénomène mondial « Cinquante Nuances de Grey » prend vie, avec Dakota Johnson et Jamie Dornan dans les rôles de Anastasia Steele et Christian Grey. Ana est une jeune étudiante naïve et inexpérimentée, chargée d’interviewer l’énigmatique millionnaire Christian Grey. Mais leur relation prend rapidement la voie d’une liaison non conventionnelle. Catapultée dans l’environnement glamour et fascinant de Christian, Ana lui découvre un autre visage plus secret en explorant ses propres désirs inavoués. Cette rencontre va donner lieu à une romance follement intense et dévorante, Christian et Ana vont explorer les limites qu’ils s’autorisent ou non à franchir

L’adaptation du « porno de la ménagère », best seller aux quatre coins de la planète (plus de 500 000 exemplaires vendus en France!), pouvait faire saliver! Ca sentait le stupre à plein nez! Et bien le résultat tient plus du coup marketing réussi que du chef d’oeuvre cinématographique! Durant deux heures, le cinéphile souffrira plus que la pauvre Anastasia devant tant de platitude, d’absence de point de vue comme de mise en scène et surtout devant le jeu des deux comédiens totalement dénués de charisme. Quant aux amateurs de cinéma torride, mieux vaut le téléfilm du dimanche soir sur M6! En plus de ça, c’est long, très long et ça se termine en queue de poisson puisque deux autres « tomes » sont prévus! Allez, je vous laisse, je vais me mater « Emmanuelle »!

TECHNIQUE:

4

Rien à dire de ce côté!

BONUS:

1.5

Aucun bonus à se mettre sous la dent hormis la version inédite du film avec une fin différente!

VERDICT:

1

Les inconditionnels de l’oeuvre littéraire y trouveront peut-être leur compte, les cinéphiles un peu moins!

Disponible en DVD (19.99 euros), bluray (22.99 euros) et combo (29.99 euros) chez Universal Pictures dès le 18 juin