CRITIQUE BLU-RAY: DEEP END

Le 28 Novembre prochain, Carlotta sort un nouveau titre capital en dvd et Blu-ray, « Deep End » de Jerzy Skolimowski.

LE FILM:

Adolescent de 15 ans, Mike se rend à son tout premier jour de travail : il vient d’être embauché dans un établissement de bains publics de l’East End londonien. Sur place, sa collègue Susan est chargée de lui présenter les lieux. Le jeune homme est tout de suite attiré par cette jolie rousse plus âgée que lui. Alors qu’il découvre une atmosphère étrange autour de la piscine, Mike doit faire face aux avances d’une cliente échaudée. Peu à peu, Susan joue avec l’inexpérience du garçon, profitant de son admiration candide pour le faire plonger dans une dangereuse spirale de fantasmes et d’obsession…

Envoûtant dès les premières images qui montrent Mike à vélo sur la musique de Cat Stevens, « Deep End » est littéralement hypnotique du début à la fin. Sur le thème de l’éveil à la sexualité, Skolimowski réalise un bijou de film pop alternant couleurs délavées et rouges flashy. Les deux acteurs, Jane Asher et John Moulder-Brown forment un duo parfait dans les rôles de Susan, jeune fille délurée qui aime jouer avec Mike comme une chat avec une souris et ce dernier, innocent, timide qui va se trouver petit à petit envoûté par sa jeune collègue.

La copie restaurée depuis sa ressortie en salles cet été est de toute beauté, conservant tout de même le grain d’origine et donnant au travail d’orfèvre du peintre Skolimowski un écrin merveilleux.

LES BONUS:

– « Point de départ », un documentaire passionnant (70 mins) qui donne la parole principalement aux 3 acteurs principaux et au réalisateur qui reviennent sur l’expérience Deep End. On y apprend entre autres l’importance de l’improvisation dans le film, ce qui donne cette impression de réalisme.

– « Souvenirs des scènes coupées » où Skolimowski nous parle de 4 scènes coupées (12 mins)

-« Deep end, c’est moi » , hommage au film par Etienne Daho (4 mins)

– uniquement sur le Blu-Ray, « Careless love », un court-métrage avec Jane Asher. Excellent même s’il on se demande ce qu’il vient faire là!

VERDICT:

Tout simplement indispensable tant pour le film lui-même qui reste un authentique chef d’oeuvre que pour les bonus, en particulier « Point de Départ ».

Publicités