Critique Bluray: L’extravagant Voyage du Jeune et Prodigieux T.S. Spivet

spivet

  • Réalisé par :
    Jean-Pierre Jeunet
  • Avec :
    Helena Bonham-Carter, Judy Davis, Kyle Catlett
  • Durée :
    1h45min
  • Pays de production :
    Canada France
  • Année de production : 2012
  • Distributeur :
    Gaumont

LE FILM: 7.5/10

La critique est ici

TECHNIQUE: 9/10

Concernant le buray 2D, c’est la perfection. Pour le bluray 3D, on ne peut regretter que quelques dédoublements sans dommage; tout le reste est admirable! Avec Avatar et Hugo Cabret, c’est clairement ce qui se fait de mieux en matière de 3D: profondeur de champ, jaillissement avec toutes les pensées de TS Spivet apparaissant en surimpression! C’est magique!

BONUS: 10/10

Outre les bandes annonces et quelques scènes coupées (dispo en 3 D), on trouve un fabuleux documentaire de  près d’une heure et demie sur le tournage de A à Z! Dans l’édition collector, on trouve également le storyboard intégral glissé dans le coffret!

VERDICT: 8/10

Splendide édition pour un très beau film! Indispensable!

Disponible en DVD (14.99 euros), édition double dvd + storyboard (19.99 euros), bluray (24.99 euros), édition bluray collector (29.99 euros) chez Gaumont

Publicités

CRITIQUE: L’EXTRAVAGANT VOYAGE DU JEUNE ET PRODIGIEUX T.S. SPIVET

film-l-extravagant-voyage-du-jeune-et-prodigieux-ts-spivet-199842

 

T.S. Spivet, vit dans un ranch isolé du Montana avec ses parents, sa soeur Gracie et son frère Layton. Petit garçon surdoué et passionné de science, il a inventé la machine à mouvement perpétuel, ce qui lui vaut de recevoir le très prestigieux prix Baird du Musée Smithsonian de Washington. Sans rien dire à sa famille, il part, seul, chercher sa récompense et traverse les Etats-Unis sur un train de marchandises. Mais personne là-bas n’imagine que l’heureux lauréat n’a que dix ans et qu’il porte un bien lourd secret…

Quatre ans après un très décevant « Micmacs à tire-larigot », Jean-Pierre Jeunet fait son retour avec un film très orienté vers le jeune public. A travers l’itinéraire d’un jeune surdoué à travers les Etats-Unis, Jeunet nous offre un très joli conte sur la famille, le deuil et le manque de communication. Par souci de lisibilité, Jeunet s’assagit vraiment dans sa mise en scène, le film étant conçu pour la 3D. Il privilégie donc les longs plans et les lents travellings plutôt que ses traditionnels zooms rapides. Et ça fait très plaisir! En effet, le résultat offre une alternative nouvelle, pour le jeune public, aux dessins animés menés à un rythme effréné, avec lesquels on se demande si le but n’est pas de les abrutir complètement. Si l’on peut regretter l’inutilité de certains passages comme la scène avec Dominique Pinon, le film de Jeunet est clairement ce qui s’est fait de plus poétique et intelligent à destination des enfants depuis un long moment!

NOTE: 7.5/10

 

ALIEN L’ANTHOLOGIE

Ca y est! Le Papa Noël est passé et il m’a gâté! Entre autres beaux cadeaux, il m’a apporté le coffret blu ray dont je rêvais: Alien l’anthologie! Une fois visionnée, je m’en vais donc vous donner mon avis sur les 4 films.

UFD

 Le vaisseau commercial Nostromo et son équipage, sept hommes et femmes, rentrent sur Terre avec une importante cargaison de minerai. Mais lors d’un arrêt forcé sur une planète déserte, l’officier Kane se fait agresser par une forme de vie inconnue, une arachnide qui étouffe son visage.
Après que le docteur de bord lui retire le spécimen, l’équipage retrouve le sourire et dîne ensemble. Jusqu’à ce que Kane, pris de convulsions, voit son abdomen perforé par un corps étranger vivant, qui s’échappe dans les couloirs du vaisseau…

En 1979, Ridley Scott réalise ce qui restera comme l’un des plus grands films de science-fiction de l’histoire du Cinéma. C’est un huis-clos étouffant qui distille son suspense intenable à un rythme lent, envoutant. Les personnages, tellement humains, sont très attachants, et ce, grâce à un casting parfait, avec une débutante dans le rôle de Ripley, l’époustouflante Sigourney Weaver. A ses côtés, Tom Skerrit dans le rôle de Dallas, John Hurt, Yaphet Kotto, Ian Holm, Harry Dean Stanton et Veronica Cartwright. En plus d’un film à suspense, Scott réalise un film à charge contre les dérives du capitalisme, incarnées par le seul personnage de Ian Holm dont je ne dévoilerai rien pour ceux qui n’auraient pas vu le film.

Absolument incontournable!

20th Century Fox

Après 57 ans de dérive dans l’espace, Ellen Ripley est secourue par la corporation Weyland-Yutani. Malgré son rapport concernant l’incident survenu sur le Nostromo, elle n’est pas prise au sérieux par les militaires quant à la présence de xénomorphes sur la planète LV-426 où se posa son équipage… planète où plusieurs familles de colons ont été envoyés en mission de « terraformage ». Après la disparition de ces derniers, Ripley décide d’accompagner une escouade de marines dans leur mission de sauvetage… et d’affronter à nouveau la Bête.

Sept ans après le premier volet, la suite voit le jour grâce à James Cameron qui vient tout juste de se faire remarquer avec son « Terminator ». Le style, a l’opposé du huis-clos lent de Ridley Scott, est lui, plus proche du film d’action. Mais sans autant en oublier le suspense. Au niveau de la mise en scène, on ne peut que se rendre à l’évidence que Cameron est un grand! Le film se déroule à un rythme échevelé et ça défourraille à tout va et Cameron n’économise pas les munitions.

Une réplique restera dans les annales à tout jamais, lors de l’affrontement final entre Ripley et l’alien et qu’elle lui balance: « get away from her, you bitch! » Et le personnage du droïde Bishop incarné par Lance Henriksen restera comme l’un des favoris des fans de la saga.

Seule survivante d’un carnage sur une planète lointaine, Ripley s’échoue sur Fiorina 161, planète oubliée de l’univers, balayée par des vents puissants. Une communauté d’une vingtaine d’hommes y vit. Violeurs, assassins, infanticides, ce sont les plus dangereux détenus de droits communs de l’univers. L’arrivée de Ripley va les confronter à un danger qui sera plus fort qu’eux.

En 1992, sort sur les écrans ce 3ème volet qui faillit ne jamais voir le jour, tant le scénario a été modifié et les prétendants à la réalisation se sont succédés. C’est finalement l’inconnu David Fincher qui s’y colle fort d’une expérience dans la réalisation de films publicitaires. Maintenant qu’on connaît mieux le bonhomme, on s’aperçoit que le film porte déjà sa patte, en particulier avec son atmosphère sombre, glauque et poisseuse qu’on retrouve par exemple dans Seven.

Le scénario comporte malheureusement  quelques baisses de régime mais le gros point faible est que l’on ne s’attache que très peu aux personnages. Très nombreux, ils sont en plus tous violeurs ou assassins, ce qui rend difficile le rapprochement avec le spectateur. La bonne idée par contre est de clore la trilogie avec la mort de son personnage principal.

Un peu en dessous des deux volets précedents mais intéressant!

Deux cents ans après la mort de l’officier Ripley, une équipe de généticiens ressuscite la jeune femme en croisant son ADN avec celui d’un Alien. Le cauchemar reprend. A bord de la station Auriga, Ripley donne naissance à un alien qui lui est aussitot enlevé. Prisonnière, elle s’efforce de renouer avec son lointain passé humain. Bientôt un autre vaisseau rejoint l’Auriga. Parmi l’équipage composé de brutes et de mercenaires, Ripley decouvre une belle jeune femme, Call, avec laquelle elle ne tarde pas a se lier d’amitié.

Fort du succès des précédents volets, la Fox décide de lancer un quatrième volet et trouve donc le moyen de ressuciter Ripley. Elle confie le bébé à Jean-Pierre Jeunet, qui sort d’un succès avec « la cité des enfants perdus ». Ce volet est pour moi un vrai ratage! l »humour noir de Jeunet nuit totalement au suspense et à l’esprit de la saga et les personnages secondaires sont pour moi soit mal interprétés soit par des acteurs pas à leur place comme Dominique Pinon, à l’accent anglais catastrophique, ou le simiesque Ron Perlman (une réplique = une vanne!).

On distingue bien le style Jeunet mais pour moi ça ne colle pas: triste fin.

Concernant l’édition blu ray dont je vous parle, elle vaut surtout pour les deux premiers volets, mes préférés, qui bénéficient d’une qualité d’image et de son hallucinantes! Au niveau des bonus, c’est le nirvana! Je n’en ai pas visionné encore 1/10ème tant ils sont nombreux et passionnants: 2 blu-ray entiers! Un beau cadeau!