Critique: Julie (en 12 chapitres)

Titre originalVerdens verste menneske
RéalisationJoachim Trier
ScénarioJoachim Trier
Eskil Vogt
MusiqueOla Fløttum
Acteurs principauxRenate Reinsve
Anders Danielsen Lie
Herbert Nordrum (no)
Pays d’origine Norvège
 Danemark
 France
 Suède
GenreDrame
Sortie13 octobre 2021

Julie, bientôt 30 ans, n’arrive pas à se fixer dans la vie. Alors qu’elle pense avoir trouvé une certaine stabilité auprès d’Aksel, 45 ans, auteur à succès, elle rencontre le jeune et séduisant Eivind.

Cinquième film du Norvégien Joachim Trier, « Julie (en 12 chapitres) » évoque à travers un prologue, 12 chapitres et un épilogue la vie sentimentale et professionnelle de Julie, jeune trentenaire bien dans son époque. Julie ne parvient pas à se fixer aussi bien dans son job, passant d’études de médecine, à la psycho puis à la photo, que dans sa vie sentimentale. Alors qu’elle est depuis quelques mois avec un auteur de BD plus âgé qu’elle, elle tombe sous le charme d’un autre homme dans une soirée. Dans un style très Nouvelle Vague, avec son chapitrage et sa voix off, le film de Trier offre un récit à la fois léger et profond, très enthousiasmant notamment de par sa forme avec quelques scènes de cinéma pur. On n’oubliera pas une scène de trip ni la scène où l’héroïne voit toute la vie s’arrêter autour d’elle alors qu’elle se questionne sur son avenir amoureux. Mais si la réussite est totale c’est grâce à l’interprétation incroyable de Renate Reinsve, récompensée à Cannes, alors qu’elle envisageait de mettre sa carrière d’actrice entre parenthèses! L’une des très belles surprises de l’année!

CRITIQUE DVD: FRANCES HA

91jBa189IBL__SL1500_LE FILM: 8.5/10

Frances, jeune New-yorkaise de 27 ans, vit avec sa meilleure amie Sophie, en rêvant sa carrière de danseuse. Mais Sophie déménage, et Frances se retrouve subitement seule, obligée de trouver sa place dans ce monde.

Si Frances Ha fait beaucoup penser à Woody Allen de par son sujet, l’utilisation du noir et blanc ou par son décor (aussi bien New-York que le microcosme intellectuel et artistique) ou à la Nouvelle Vague de par les multiples clins d’œil adressés au spectateur, Frances Ha s’extrait tout de même du simple hommage. Le film de Noah Baumbach (Greenberg) trouve un ton bien à lui et traîte d’un sujet d’actualité, cette difficulté de plus en plus évidente des jeunes à franchir cette frontière qui les sépare de l’âge adulte, notamment pour des raisons économiques. Si le film est si emballant, il le doit bien sûr à son  personnage principal qui offre à l’actrice/scénariste Greta Gerwig l’un des plus beaux rôles de femme de ces dernières années! Un pur régal!

TECHNIQUE: 9/10

Une copie parfaite, les seuls défauts étant volontaires!

BONUS: 7/10

Outre une revue de presse et la bande-annonce, on trouve un excellent entretien du réalisateur et de son actrice (20 mins).

VERDICT: 8.5/10

L’une des très belles surprises de l’année!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Memento Films dès le 5 novembre