Jeu Concours: 3 Dvd Collector de « la Saveur des Ramen » à gagner(jeu terminé)

71r1kYXDOjL._SL1500_.jpg

A l’occasion de la sortie en DVD de « la Saveur des Ramen » , CINEDINGUE et KMBO sont heureux de vous offrir 3 Dvd collector (avec un livret de recettes). Pour gagner, il suffit de répondre correctement aux questions avant le 18 avril; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses.

Si vous êtes passionnés par le Japon, allez sur la page FB d’Hanabi Cinema!

Critique: Senses

5140686.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Titre original ハッピーアワーHappī Awā
Réalisation Ryūsuke Hamaguchi
Scénario Ryūsuke Hamaguchi
Tadashi Nohara
Tomoyuki Takahashi
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre drame
Durée 317 minutes
Sortie Partie 1 et 2: 2 mai 2018

Partie 3 et 4: 9 mai 2018

Partie 5: 16 mai 2018

A Kobe, au Japon, quatre femmes partagent une amitié sans faille. Du moins le croient-elles : quand l’une d’elles disparaît du jour au lendemain, l’équilibre du groupe vacille. Chacune ouvre alors les yeux sur sa propre vie et comprend qu’il est temps d’écouter ses émotions et celles des autres…

Plutôt que de sortir le nouveau film de Hamagushi en une seule fois, le distributeur a choisi de le diviser en trois. Les 5h17 sortent donc en salle de cette façon: les deux parties les plus longues, le 2 mai; les deux suivantes, le 9 mai puis la dernière le 16 mai. L’argument « première série cinéma » est plus publicitaire qu’autre chose. Chaque partie correspond à un sens: « entendre », « sentir », « voir », « toucher » et « goûter ». Ce très long film nous plonge dans l’amitié entre 4 femmes proches de la quarantaine ayant comme point commun une vie sentimentale plutôt compliquée. L’une est divorcée, une seconde cherche à divorcer après avoir trompé son mari, une autre voit sa vie de couple passer après le travail et la dernière, femme au foyer, semble invisible aux yeux de son mari. La disparition subite de l’une d’entre elles va servir de détonateur à une prise de conscience de l’ensemble du groupe. Cette disparition, contrairement à « Shokuzai » auquel le film fait évidemment penser, n’est pas ici prétexte à un quelconque suspense, a uniquement pour but de faire prendre conscience aux jeunes femmes de l’utilité de vivre tout simplement. Faire appel à ses sens, notamment écouter les autres et soi-même. Ces 5 h 17 permettent au cinéaste de prendre son temps, étirant à l’infini ses scènes,  à la manière d’un Kechiche au pays du Soleil Levant ( les 4 actrices sont d’ailleurs des amatrices), sans les éclats de voix! Hamagushi reste dans la retenue la plus totale, comme avec cette lecture d’une auteure sur un ton monocorde qui dure près d’une demi-heure, le genre de scènes qui en découragera plus d’un. Pourtant, si l’on tient le coup, « Senses » est une expérience envoûtante, passionnante, posant de multiples questions sur la vie et le couple et qui réserve même quelques très belles images de Cinéma!

4.5

Critique: Kubo et l’Armure Magique

451334.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Travis Knight (en)
Scénario Marc Haimes
Shannon Tindle
Chris Butler
Acteurs principaux
Sociétés de production Laika
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Sortie 21 septembre 2016

Kubo est un être aussi intelligent que généreux, qui gagne chichement sa vie en sa qualité de conteur, dans un village de bord de mer. Cette petite vie tranquille, ainsi que celle de ses compagnons Hosato, Hashi et Kamekichi va être bouleversée quand par erreur il invoque un démon du passé. Surgissant des nues cet esprit malfaisant va abattre son courroux sur le village afin d’appliquer une vindicte ancestrale.

Dans sa fuite, Kubo fait équipe avec Monkey et Beetle, pour se lancer dans une épopée palpitante afin de sauver sa famille et percer le secret de la chute de son père, le plus grand samouraï que le monde ait jamais connu. À l’aide de son Shamisen– un instrument musical magique-il va affronter toutes sortes de dieux et de monstres, notamment le terrible Moon King assoiffé de vengeance ainsi que les affreuses sœurs jumelles afin de dénouer le mystère de son héritage, réunir sa famille et accomplir sa destinée héroïque.

Si la trame scénaristique de ce film d’animation est somme toute assez classique (la quête initiatique d’un jeune garçon), c’est la forme qui enchante littéralement. Entre animation « à la main » et prouesses numériques, « Kubo » est non seulement palpitant et surprenant mais il réjouit les pupilles! Tout est incroyablement travaillé et pensé dans les moindres détails, des décors aux personnages, et ces derniers sont vraiment attachants, de Kubo, le jeune héros à ses compères, le singe et le samouraï scarabée, en passant par les deux méchantes, totalement flippantes! Encore une vraie réussite à l’actif des studios Laika (Coraline)!

4.5

 

Critique Dvd: Tokyo Fiancee

71ZWj8WtT4L._SL1425_

  • Date de sortie salles :
    04 mars 2015
  • Réalisé par :
    Stefan Liberski
  • Avec :
    Pauline Etienne, Taichi Inoue, Julie LeBreton…
  • Durée :
    1h40min
  • Pays de production :
    Belgique France
  • Année de production :  2014
  • Distributeur :
    Eurozoom

LE FILM:

4

La tête pleine de rêves, Amélie, 20 ans, revient dans le Japon de son enfance. Elle propose des cours particuliers de français et rencontre Rinri, son premier et unique élève, un jeune Japonais qui devient bientôt son amant. A travers les surprises, bonheurs et déboires de ce choc culturel drôle et poétique, nous découvrons une Amélie toute en spontanéité et tendresse, qui allie la grâce d’un ikebana à l’espièglerie d’un personnage de manga.

Très souvent, la déception est présente lorsqu’on voit l’adaptation cinématographique d’un livre qu’on a aimé. En effet, la vision du réalisateur ne correspond pas, en principe, au film que nous nous étions fait dans notre tête et parfois  l’esprit même du livre est perverti par le cinéaste. Grand fan d’Amélie Nothomb et de ce livre (Ni d’Eve ni d’Adam) en particulier, je ne pouvais que craindre de voir ce film. Très vite les craintes se sont dissipées! Stefan Liberski a parfaitement saisi tout ce qui fait le charme du livre de la plus japonaise des auteures belges: légèreté, fantaisie, humour, tout est là! Si le Tokyo Fiancée est assez fidèle au livre, le cinéaste s’est tout de même permis de situer l’action une vingtaine d’années plus tard que le livre pour évoquer le tsunami et la catastrophe de Fukushima, donnant paradoxalement, un sens plus tendre et mélancolique à la fin. Si le film, comédie romantique drôle, charmante et dépaysante, est si réussi c’est grâce à son actrice, Pauline Etienne, Chaplin au féminin, légère et fantasque, et son acolyte, Taichi Inoue, qui forment un couple absolument charmant! Une sucrerie qui fait un bien fou!

TECHNIQUE:

4

Pas de souci pour une édition DVD de qualité!

BONUS:

5

Outre la bande-annonce et une galerie photos, on trouve un face à face entre le réalisateur et l’auteure du livre ainsi qu’un making of de près d’une heure décliné en 41 chapitres instructif et ludique à la fois!

VERDICT:

4

Une friandise exquise dans une édition parfaite!

Disponible en DVD (19.99 euros) chez Eurozoom

JEU CONCOURS: 5 DVD DE « FAR AWAY » A GAGNER (jeu terminé)

SORTIE LE 1er AOUT

A l’occasion de la sortie en DVD et bluray de « Far away, les soldats de l’espoir » le 1er août, CINEDINGUE et WILD SIDE VIDEO sont heureux de vous offrir 5 DVD du film. Pour gagner, il vous suffit de répondre correctement aux questions avant le 3 août; un tirage au sort désignera les gagnants parmi les bonnes réponses. Ceux qui me suivent sur Facebook et/ou Twitter augmentent leurs chances!

LE JEU EST TERMINE, LES GAGNANTS ONT RECU UN MAIL ET AURONT LEUR DVD DANS QUELQUES JOURS!

CRITIQUE BLU-RAY: HARA KIRI

LE FILM:

Au XVIIe siècle, le Japon n’est plus en guerre et le pays est dirigé avec fermeté. Hanshirô Tsugumo, un rônin (samouraï errant) sans travail parmi tant d’autres, décide de frapper à la porte du puissant clan des Ii. Reçu par Kageyu Saitô, l’intendant du clan, il lui demande la permission d’accomplir le suicide par harakiri dans la résidence. Tentant de l’en dissuader, Saitô commence alors à lui raconter l’histoire de Motome Chijiwa, un ancien rônin qui souhaitait accomplir, lui aussi, le même rituel…

Déjà édité par Carlotta en 2006 en DVD, le film de Masaki Kobayashi débarque cette fois en HD! Cinéaste génial bien que peu connu, Kobayashi est tout de même à l’origine de chefs d’oeuvre tels que « Rébellion », « la Condition de l’Homme », « la Rivière Noire » ou encore « Kwaidan ». Avec « Hara Kiri », Kobayashi émet une charge violente, au travers de la féodalité, de la société japonaise et du culte des traditions. Avec une véritable audace formelle, Kobaysahi conte grâce à deux récits parallèles une histoire de vengeance. Ponctué de deux scènes très violentes (une au début et l’autre à la fin du film), le film déroule son récit très lentement nous permettant de mieux cerner le fonctionnement de cette société féodale aux valeurs très loin des notres. L’acteur principal, peut-être le plus grand acteur japonais, Tatsuya Nakadai, nous hypnotise littéralement avec son regard si particulier plein d’une violence prête à exploser.

La photo absolument splendide du film est magnifiquement mise en valeur par la très belle copie HD proposée par ce Blu-ray!

LES BONUS:

Pas de nouveauté par rapport à l’édition DVD de 2006 ! On trouve un court module historique très instructif sur la période dépeinte dans le film et une interview passionnante sur Kobaysahi de Christophe Gans (30 mins), réalisateur et créateur de la collection HK qui compare Kobayashi à Kubrick!

VERDICT:

Un achat indispensable malgré les bonus similaires à l’édition précédente!

Disponible en DVD (14,99 euros) et Bluray (19,99 euros) chez Carlotta Films dès le 9 mai!


CRITIQUE: THE COVE, LA BAIE DE LA HONTE (2009)

EuropaCorp Distribution

Autrefois dresseur des dauphins pour la série « Flipper », Ric O’Barry est aujourd’hui le plus grand défenseur de la cause des cétacés. Son principal cheval de bataille: mettre au grand jour le massacre de milliers de dauphins à Taiji au Japon. Cette baie est gardée comme un coffre-fort par les autorités et les pêcheurs de cette ville ne laissant aucun étranger approcher. Ric O’Barry va donc monter une équipe de spécialistes pour réussir à voler des images de cette catastrophe.

Divisé en trois parties, l’exposé du problème, la préparation de l’intervention et le recrutement de l’équipe et enfin la mission, le film est un vrai coup de poing qui laisse des traces. Il choque le spectateur et le harponne comme un véritable thriller, sans être sensationnaliste pour autant. Il a également le mérite d’aborder un sujet peu connu, qui ne nous effleure même pas l’esprit quand on visite un seaquarium.

Vraiment un documentaire capital couronné de trophées qui j’espère raflera l’oscar lors de la prochaine cérémonie!