Critique: Glass

5059914.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation M. Night Shyamalan
Scénario M. Night Shyamalan
Acteurs principaux
Sociétés de production Buena Vista Pictures
Blinding Edge Pictures
Blumhouse Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller fantastique
Durée 129 minutes
Sortie 16 janvier 2019

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn – l’homme incassable – poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

Il y a deux ans, M. Night Shyamalan nous surprenait à la fin de son « Split » avec l’apparition du personnage principal de son succès « Incassable » incarné par Bruce Willis. On ne comprenait alors pas trop l’intérêt de cette apparition « clin d’oeil », ne sachant pas qu’il avait en tête l’idée d’une trilogie. Avec ce troisième volet intitulé « Glass » comme le surnom du personnage incarné par Samuel L. Jackson dans « Incassable », tout finit par prendre sens. David Dunn (Willis), Elijah Price (Jackson) et Kevin Crumb (McAvoy) se retrouvent tous les trois internés dans un hôpital psychiatrique, suivis par une psychiatre qui travaille sur la mythomanie et principalement sur les patients persuadés d’être des super-héros. Remarquablement mis en scène, « Glass » prend son temps pour offrir une réflexion de prime abord sur le mythe des super-héros et plus profondément sur le monde d’aujourd’hui où le droit à la différence est loin d’être acquis. Si le destin des trois personnages principaux nous fait évidemment penser aux mutants d’X Men, le film de Shyamalan séduit par son refus du spectaculaire et son climat tout hitchcockien. On lui pardonnera quelques facilités scénaristiques tant l’ensemble reste tout de même jubilatoire.

4

Critique Bluray 3D: Tarzan

81ideHs1bpL._SL1500_.jpg

Titre original The Legend of Tarzan
Réalisation David Yates
Scénario Stuart Beattie
Craig Brewer
John Collee
Adam Cozad
Acteurs principaux
Sociétés de production Dark Horse Entertainment
Jerry Weintraub Productions
Riche Productions
Village Roadshow Pictures
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre aventure
Durée 110 minutes
Sortie 6 juillet 2016

LE FILM:

3

Après avoir grandi dans la jungle africaine, Tarzan a renoué avec ses origines aristocratiques, répondant désormais au nom de John Clayton, Lord Greystoke. Il mène une vie paisible auprès de son épouse Jane jusqu’au jour où il est convié au Congo en tant qu’émissaire du Commerce. Mais il est loin de se douter du piège qui l’attend. Car le redoutable belge Leon Rom est bien décidé à l’utiliser pour assouvir sa soif de vengeance et sa cupidité…

Tarzan encore? A la manière des super-héros de tous bords, David Yates s’échappe des Harry Potter pour dépoussiérer le mythe de l’homme-singe. Rien de très nouveau mais ce film d’aventures est plutôt bien ficelé et mené avec une certaine efficacité. Le rôle du méchant est confié à Christoph Waltz qui connaît le métier, Tarzan (Alexander Skarsgard) est beau et musclé, Jane est ravissante (Margot Robbie) et pour les accompagner, Samuel L. Jackson fait le job. Pour enrober tout ce beau monde, les effets numériques sont de qualité et la mise en scène maîtrisée. Le spectacle est au rendez-vous, faut pas chercher plus loin…

TECHNIQUE:

5

Parfait à tous points de vue! Un son explosif et une image à tomber! La 3D, sans dédoublement offre une belle profondeur de champ et quelques effets de jaillissements bien sentis.

BONUS:

3.5

On trouve ici un making of décliné en plusieurs modules succincts et plutôt promo. On trouve aussi un petit spot mené par Tarzan et Jane contre le trafic d’ivoire.

VERDICT:

3.5

Une belle édition pour un film d’aventures efficace et divertissant.

Disponible en DVD (19.99 euros), bluray (24.99 euros) et bluray 3D (29.99 euros) chez Warner Bros