CRITIQUE DVD: UN TIGRE PARMI LES SINGES

Titre surprenant qu' »un tigre parmi les singes » pour ce nouveau film de Stefano Incerti! « Gorbaciof », le titre original, est également le surnom du personnage principal en raison de la tâche de vin qui occupe le haut de son visage. Gorbaciof est comptable dans une prison napolitaine. Sa vie est rythmée par ses combines; grand amateur de poker, il vole dans la caisse de la prison pour pouvoir continuer à s’adonner à sa passion. Toujours sur le fil du rasoir, il tombe sous le charme de la fille d’un restaurateur asiatique chez qui il joue. Il décide alors de s’occuper d’elle…

Allons droit au but: « un tigre parmi les singes » n’est pas un grand film. Malgré tout, il comprend quelques bonnes raisons d’y jeter un oeil. Même si le scénario n’est pas d’une très grande originalité avec ce petit truand sans envergure qui va trouver la motivation pour changer de trajectoire, ici en l’occurence l’amour d’une femme, c’est la façon dont le sujet est traîté qui est intéressante. Tout d’abord, le contexte est insolite puisque Gorbaciof puise ses revenus dans la comptabilité même de la prison et ça c’est du jamais vu. D’autre part, le héros, sorte de Vincent Vega (Travolta dans Pulp Fiction) sur le retour avec ses cheveux gominés qui retombent sur la nuque,  est tellement réservé qu’il est plongé dans un quasi-mutisme tout au long du film. Ce qui pourrait n’être qu’un détail nous donne en fait un film parsemé de longs passages complètement muets où la mise en scène devient un élément essentiel et Incerti s’en tire plutôt bien. Pour tenir ce rôle haut en couleurs, il fait appel à l’un des plus grands comédiens transalpins de ces dix dernières années, Toni Servillo que l’on a pu apprécier récemment dans « un balcon sur la mer », « Gomorra » et bien sûr dans « il Divo » où il est phénoménal. Mise à part la ressemblance physique avec Vincent Vega, la fin du film me fait furieusement penser à un passage de « Pulp Fiction » que je ne préciserai pas pour ne pas tout vous dévoiler! En tout cas, un film à voir pour deux raisons: c’est un film italien et l’on n’a pas la chance d’en avoir beaucoup dans nos contrées, mais surtout ce film est à voir pour son acteur principal, génial dans son rôle!

Un DVD de bonne facture technique mais une absence totale de bonus à part une bande-annonce! A noter qu’il n’existe pas de version française du film mais uniquement une VOST, ce qui n’est pas un mal!


Disponible en DVD (19.99 euros) dès le 18 janvier chez France Télévision Distribution

CRITIQUE: UN TIGRE PARMI LES SINGES (2010)

Titre surprenant qu' »un tigre parmi les singes » pour ce nouveau film de Stefano Incerti! « Gorbaciof », le titre original, est également le surnom du personnage principal en raison de la tâche de vin qui occupe le haut de son visage. Gorbaciof est comptable dans une prison napolitaine. Sa vie est rythmée par ses combines; grand amateur de poker, il vole dans la caisse de la prison pour pouvoir continuer à s’adonner à sa passion. Toujours sur le fil du rasoir, il tombe sous le charme de la fille d’un restaurateur asiatique chez qui il joue. Il décide alors de s’occuper d’elle…

Allons droit au but: « un tigre parmi les singes » n’est pas un grand film. Malgré tout, il comprend quelques bonnes raisons d’aller le voir. Même si le scénario n’est pas d’une très grande originalité avec ce petit truand sans envergure qui va trouver la motivation pour changer de trajectoire, ici en l’occurence l’amour d’une femme, c’est la façon dont le sujet est traîté qui est intéressante. Tout d’abord, le contexte est insolite puisque Gorbaciof puise ses revenus dans la comptabilité même de la prison et ça c’est du jamais vu. D’autre part, le héros, sorte de Vincent Vega (Travolta dans Pulp Fiction) sur le retour avec ses cheveux gominés qui retombent sur la nuque,  est tellement réservé qu’il est plongé dans un quasi-mutisme tout au long du film. Ce qui pourrait n’être qu’un détail nous donne en fait un film parsemé de longs passages complètement muets où la mise en scène devient un élément essentiel et Incerti s’en tire plutôt bien. Pour tenir ce rôle haut en couleurs, il fait appel à l’un des plus grands comédiens transalpins de ces dix dernières années, Toni Servillo que l’on a pu apprécier récemment dans « un balcon sur la mer », « Gomorra » et bien sûr dans « il Divo » où il est phénoménal. Mise à part la ressemblance physique avec Vincent Vega, la fin du film me fait furieusement penser à un passage de « Pulp Fiction » que je ne préciserai pas pour ne pas tout vous dévoiler! En tout cas, un film à voir pour deux raisons: c’est un film italien et l’on n’a pas la chance d’en avoir beaucoup sur nos écrans, mais surtout ce film est à voir pour son acteur principal, génial dans son rôle! Sortie le 14 septembre!

Et si vous êtes sage, je vous offrirai vos places pour le découvrir!