Critique: Thor Ragnarok

098917.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisation Taika Waititi
Scénario Christopher Yost (en)
Craig Kyle (en)
Stephany Folsom
Acteurs principaux
Sociétés de production Marvel Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre super-héros
Durée 130 minutes
Sortie 25 Octobre 2017

Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk…

Très bonne presse pour ce nouveau Marvel, troisième volet des aventures de Thor et son marteau! On peut légitimement se demander si cette presse a vu le même film que moi! Amateurs de vrai cinéma s’abstenir tant ce que l’on voit sur l’écran est indigent. Si le désir d’adopter un second degré salvateur,  tant les films de super-héros se prennent la plupart du temps au sérieux,  est plus que louable, on se pince devant un tel néant! L’esthétique tout d’abord, façon space opéra kitchouille à souhait, à base de tout numérique, fait mal aux yeux, d’autant que la photo du film est sans doute ce qu’il y a de plus laid depuis bien longtemps; par-dessus, rajoutez une bande originale électronique qui donne l’impression d’être devant un jeu vidéo des années 80 et le bonheur est total!  L’histoire, quant à elle, tient sur un mouchoir de poche avec une méchante incarnée par la pauvre Cate Blanchett réduite à faire du karaté et prononcer deux ou trois répliques. Quant à l’humour mis en avant par la presse, je n’ai pas autant ri depuis la maternelle! La palme est attribuée à cette espèce de trou noir intergalactique dénommé par Thor et son copain Hulk, « l’anus »!!!  Ou la la! Va falloir qu’on rentre dans l’anus, ah ah ah!

Il y a peu Winding Refn disait « le cinéma est mort »! S’il a vu « Thor Ragnarok », on peut facilement lui donner raison!

0.5

Publicités

Critique Bluray 3D: Au coeur de l’Océan

61EQmTWD2bL._SL1000_.jpg

Titre original In the Heart of the Sea
Réalisation Ron Howard
Scénario Rick Jaffa
Charles Leavitt
Peter Morgan
Amanda Silver
Acteurs principaux
Sociétés de production Imagine Entertainment
Warner Bros.
Village Roadshow Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 121 minutes
Sortie 9 décembre 2015

LE FILM:

3

Hiver 1820. Le baleinier Essex quitte la Nouvelle-Angleterre et met le cap sur le Pacifique. Il est alors attaqué par une baleine gigantesque qui provoque le naufrage de l?embarcation. À bord, le capitaine George Pollard, inexpérimenté, et son second plus aguerri, Owen Chase, tentent de maîtriser la situation. Mais face aux éléments déchaînés et à la faim, les hommes se laissent gagner par la panique et le désespoir…

Pour « Au coeur de l’océan », Ron Howard ne s’inspire pas du roman « Moby Dick » mais de l’histoire vraie qui inspira Herman Melville pour son roman. Construit sous la forme de flash-backs, le film est un survival en même temps qu’un film d’aventures plutôt bien troussé. Sous ses allures de film classique, « Au coeur de l’Océan » offre une réflexion sur la toute puissance de la nature face à l’Homme qui voudrait la braver et permet à Ron  Howard de prouver ses qualités d’habile faiseur. Les morceaux de bravoure se succèdent et le spectacle est total!

TECHNIQUE:

4.5

Le top! La vision en 3D  offre une magnifique profondeur de champ et une vraie immersion, renforcées par de nombreux gros plans et tout ceci sans effet  de dédoublement!

BONUS:

4.5

Magnifique interactivité avec un making of décliné en plusieurs modules dont un dans lequel Ron Howard revient sur son journal publié sur Twitter. On trouve également un documentaire d’une trentaine de minutes sur la véritable histoire! Excellent!

VERDICT:

3.5

Un bon film d’aventures dans une édition remarquable!

Disponible en DVD, bluray et bluray 3D (19.99 euros) chez Warner Bros dès le 20 avril

Critique bluray: Hacker

71CZUFfbhWL._SL1290_

  • Date de sortie :
    18 mars 2015
  • Réalisé par :
    Michael Mann
  • Avec :
    Chris Hemsworth, Tang Wei, Viola Davis…
  • Durée :
    2h13min
  • Pays de production :
    Etats-Unis
  • Année de production :  2014
  • Titre original : Blackhat
  • Distributeur :
    Universal Pictures International France

LE FILM:

4

 

 

À Hong Kong, la centrale nucléaire de Chai Wan a été hackée. Un logiciel malveillant, sous la forme d’un outil d’administration à distance ou RAT (Remote Access Tool), a ouvert la porte à un autre malware plus puissant qui a détruit le système de refroidissement de la centrale, provoquant la fissure d’un caisson de confinement et la fusion de son coeur. Aucune tentative d’extorsion de fonds ou de revendication politique n’a été faite. Ce qui a motivé cet acte criminel reste un mystère. Un groupe de hauts gradés de l’APL (Armée populaire de libération chinoise) charge le capitaine Dawai Chen, spécialiste de la défense contre les cyberattaques, de retrouver et de neutraliser l’auteur de ce crime. À Chicago, le Mercantile Trade Exchange (CME) est hacké, provoquant l’inflation soudaine des prix du soja. Carol Barrett, une agente chevronnée du FBI, encourage ses supérieurs à associer leurs efforts à ceux de la Chine. Mais le capitaine Chen est loin de l’idée qu’elle s’en était faite. Formé au MIT, avec une parfaite maîtrise de l’anglais, l’officier chinois insiste pour que ses homologues américains libèrent sur le champ un célèbre hacker détenu en prison : Nicholas Hathaway. Pour Hathaway, rompu à la dureté de la vie carcérale et farouchement insubordonné, c’est peut-être la dernière chance de retrouver une vie normale. Pour ce, il va devoir démasquer l’auteur du logiciel malveillant, le localiser et l’appréhender.

Six ans après « Public Ennemies », le grand Michael Mann revient avec un film dans l’air du temps, sur les pirates informatiques. Mais a-t-il retrouvé de sa superbe? Plutôt oui! Si « Hacker » n’égale pas des oeuvres comme « le Solitaire » ou « Heat », il constitue un polar plutôt au-dessus de la moyenne. La description d’un milieu méconnu est très documentée et surtout l’action rondement menée avec en bonus une scène de fusillade qui rappelle de bons souvenirs. Cerise sur le gâteau, la mise en images du cinéaste réserve quelques beaux moments de cinéma!

TECHNIQUE:

5

 

Du travail de pro!

BONUS:

4

 

Un making of décliné en trois modules dont un qui donne la parole à de vrais hackers!

VERDICT:

4

 

 

Une réussite!

Disponible en bluray (19.99 euros) chez Universal Pictures dès le 28 juillet

CRITIQUE BLU-RAY: RUSH

71J19E07w6L._SL1331_

LE FILM: 7/10

Situé durant l’âge d’or de la Formule 1, Rush retrace le passionnant et haletant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire du sport ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari. Issu de la classe des privilégiés, charismatique et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. Rush suit la vie instable de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace leur rivalité depuis leurs débuts…

Fort d’une carrière solide mais sans coup d’éclat, l’ex-Richie Cunningham Ron Howard s’attaque, deux ans après un « Dilemme », sorti dans l’anonymat, à une histoire vraie, celle de Niki Lauda. Plutôt qu’un biopic traditionnel, Howard nous conte les quelques années durant lesquelles Niki Lauda se tira la bourre avec un Anglais nommé James Hunt, compétition qui mena l’Autrichien à effleurer la mort lors d’un terrible accident.

Si mon intérêt pour l’automobile et la formule 1 frôlent le niveau zéro, la réussite du film tient au fait que Ron Howard est dans le même cas que moi! De ce fait, il s’est plus concentré sur ses deux personnages que sur leurs exploits mécaniques. Comme souvent chez Howard, le produit est parfaitement ficelé et mené avec une réelle efficacité à défaut d’apporter une vision un peu personnelle et de sortir du film de sport classique: deux héros que tout oppose, qui se détestent  et que la passion commune va rapprocher petit à petit, etc, etc…

La valeur ajoutée tient à la très belle interprétation de Daniel Brühl et au surprenant Chris Hemsworth qu’on croyait condamné à Thor (ou à raison!).

TECHNIQUE: 10/10

Un must absolu, un bluray de démo! Contraste, définition, couleurs, piqué, quel son, quelles basses! Un résultat impressionnant!

BONUS: 8/10

Un making of assez complet, des scènes coupées et un sujet sur Niki Lauda (un peu trop bourré d’extraits du film!) constituent les bonus de ce bluray.

VERDICT: 7.5/10

Un film sans grande surprise mais dans un bluray en pole position!

Disponible en DVD (14.99 euros) et bluray (14.99 euros) chez Pathé