Critique Bluray: Valmont

91FXpawOnTL._SL1500_.jpg

Réalisation Miloš Forman
Scénario Miloš Forman
Jean-Claude Carrière
d’après Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos
Acteurs principaux
Sociétés de production Timothy Burrill Productions Limited
Renn Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Genre Drame, historique et romancé
Durée 137 min
Sortie 6 décembre 1989

LE FILM:

4

Rien ne résiste aux entreprises de séduction de la Marquise de Merteuil et du Vicomte de Valmont. Unis par leurs complots et leurs secrets, ils règnent sur les salons et les boudoirs de cette aristocratie qui ignore que sa fin approche. Mais ces virtuoses de l’intrigue amoureuse finiront par s’affronter…

Dans la série des grands duels cinématographiques, « Valmont » est ressorti perdant sur tous les tableaux, critique et public, face aux Liaisons Dangereuses de Stephen Frears. Si l’on peut reprocher au film de Forman d’avoir perdu un peu de la cruauté des jeux de l’Amour que l’on trouve dans l’oeuvre de De Laclos ou dans l’adaptation de Frears, Forman excelle dans sa description de l’époque; on retrouve la patte du père d’Amadeus. La mise en scène classieuse et l’interprétation parfaite font l’intérêt de ce Valmont. Le jeune Colin Firth est exquis et Annette Benning apporte toute sa beauté à Madame de Merteuil.

TECHNIQUE:

4.5

Une copie éblouissante de définition et de couleurs!

BONUS:

3.5

Seul bonus, une longue interview du scénariste Jean-Claude Carrière!

VERDICT:

4

Une adaptation sage mais élégante des Liaisons Dangereuses!

Disponible en combo Bluray/Dvd (19.99 euros) chez PATHE dès le 29 mars

Publicités

CRITIQUE: LES BIEN-AIMES (2011)

1963, à Paris, Madeleine se prostitue pour améliorer son quotidien de vendeuse de chaussures. Elle tombe sous le charme d’un de ses clients, Jaromil, un étudiant en médecine tchèque. Quelques temps plus tard, elle le suit à Prague où ils ont une petite fille Vera. Poussée par l’invasion russe et les infidélités de Jaromil, Madeleine rentre en France avec sa fille et va tenter de refaire sa vie. Arrivée à l’âge adulte, Vera subit les mêmes tourments amoureux que sa mère alors qu’elle tombe sous le charme d’un musicien gay…

Travaillant au rythme d’un film par an, Christophe Honoré revient au film musical quatre ans après « les chansons d’amour ». Après une première partie dans les années 60, fortement inspirée de « l’homme qui aimait les femmes » de Truffaut et des films de Jacques Demy, Honoré revient à une époque plus récente et se rapproche du style des « chansons d’amour ». L’alchimie parfaite entre les images d’Honoré et la musique d’Alex Beaupain se reproduit donnant un mélange assez magique, pour ceux qui ne sont pas bien sûr réfractaires à la comédie musicale.

 D’autre part, s’entourant à nouveau d’acteurs qu’il connaît bien comme Louis Garrel, Ludivine Sagnier ou Chiara Mastroianni, il y ajoute Catherine Deneuve, Milos Forman ou encore Michel Delpech qui, ironie du sort, est le seul acteur qui ne chante jamais dans le film. Et ce casting a tout du casting parfait tant il fonctionne à merveille avec en point d’orgue le duo mère fille à l’écran comme à la ville Deneuve/Mastroianni. Cette dernière trouve d’ailleurs certainement son meilleur rôle avec cette Vera qui court desespérément après l’amour de son musicien qui aime les hommes. Honoré franchit ici un cap par rapport aux « chansons d’amour » pour nous offrir une grande fresque sur l’Amour et la transmission parents/enfants. Vraiment un des grands films de l’année!