Critique: Maman a tort

330364.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Marc Fitoussi
Scénario Marc Fitoussi
Acteurs principaux
Sociétés de production Avenue B Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Comédie dramatique
Durée 110 minutes
Sortie 9 novembre 2016

Connaît-on vraiment ses parents? Anouk, 14 ans, découvre brutalement un autre visage de sa mère, à la faveur de l’incontournable stage d’observation de troisième qu’elle effectue dans la compagnie d’assurances où celle-ci travaille. Une semaine d’immersion dans le monde adulte de l’entreprise, avec ses petits arrangements et ses grandes lâchetés, qui bientôt scelle son jeune destin.

A 40 ans, Marc Fitoussi réalise déjà son cinquième long métrage et s’intéresse, comme dans « Copacabana » à une relation mère/fille. Anouk, cette fois-ci, n’a que quatorze ans et, ne trouvant pas de stage d’observation, accepte de passer la dite semaine au travail de sa mère, dans une grande société d’assurances. Cette semaine va faire se confronter deux mondes éloignés: le monde d’Anouk plein d’idéaux et celui des adultes, cynique et pragmatique. Le récit mené sans temps morts est tour à tour drôle et émouvant mais le regard porté par Marc Fitoussi sur le monde du travail est surtout d’une grande justesse. Si le duo Emilie Dequenne/Jeanne Jestin fonctionne parfaitement, on ne peut que se réjouir du sans faute de tous les seconds rôles, notamment Annie Grégorio ou encore Nelly Antignac et Camille Chamoux, insupportables tutrices! Un conte initiatique sur l’enfance  aux accents sociaux, divertissant et suscitant la réflexion, c’est aussi ça le Cinéma Français!

4

 

Critique: La Ritournelle

130107.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Date de sortie :
    11 juin 2014
  • Réalisé par :
    Marc Fitoussi
  • Avec :
    Isabelle Huppert, Jean-Pierre Darroussin, Michael Nyqvist…
  • Durée :
    1h38min
  • Pays de production :
    France
  • Année de production :  2013
  • Distributeur :
    SND

Brigitte et Xavier sont éleveurs bovins en Normandie. Elle est rêveuse, la tête dans les étoiles. Lui, les pieds ancrés dans la terre, vit surtout pour son métier. Avec le départ des enfants, la routine de leur couple pèse de plus en plus à Brigitte. Un jour, sur un coup de folie, elle prend la clef des champs. Destination : Paris. Xavier réalise alors qu’il est peut-être en train de la perdre. Parviendront-ils à se retrouver ? Et comment se réinventer, après toutes ces années ? La reconquête emprunte parfois des chemins de traverse…

Alors que la comédie à la Française, celle qui bat tous les records de fréquentation, stationne juste en dessous de la ceinture, s’obstinant à tenter (en y parvenant apparemment!) de faire rire le spectateur à coup tantôt de quéquettes tantôt de flatulences, de temps en temps, un film que l’on n’attend pas nous réconcilie avec le genre! C’est le cas ici avec cette ritournelle qu’on a bien envie de fredonner un long moment! Cette ritournelle c’est « The Good life », la version de Julie London, qu’on connaît mieux chez nous par Sacha Distel. Quand elle écoute cette chanson, Brigitte rêve de ce que serait sa vie ailleurs que les pieds dans la paille, au derrière des vaches. Alors qu’elle décide de voir qu’est-ce que c’est que cette « good life » à Paris le temps d’un week-end et de prendre conscience de sa personne, son mari réalise qu’il risque de la perdre s’il ne réagit pas. Réflexion sur le couple et la routine inévitable, la Ritournelle est une comédie profonde et légère à la fois porté par un couple de comédiens touchés par la grâce, Isabelle Huppert toujours formidable dans ce registre et Jean-Pierre Darroussin drôle et touchant, comme toujours, notamment dans une magnifique scène au cours de laquelle il assiste aux acrobaties de son fils. Les seconds rôles sont excellents également : Audrey Dana, Pio Marmaï ou encore Marina Foïs tous admirables! Marc Fitoussi nous avait régalé avec Copacabana (déjà avec Isabelle Huppert), il nous enchante avec ce film!

NOTE: 8.5/10