Critique: The Singing Club

Titre originalMilitary Wives
RéalisationPeter Cattaneo
ScénarioRosanne Flynn
Rachel Tunnard
Pays d’origine Royaume-Uni
Genrecomédie dramatiquemusical
Durée112 minutes
Sortie4 novembre 2020

Yorkshire, 2011. Les soldats de la garnison de Flitcroft sont envoyés en mission à l’étranger. Pour tromper leurs angoisses, leurs compagnes décident de créer une chorale. Elle est dirigée par l’austère mais surprenante Kate Barclay, épouse du colonel. Soudées par une envie commune de faire swinguer leur quotidien, Kate, Laura, Annie et les autres porteront leur  » Singing Club  » jusqu’au Royal Albert Hall pour un concert inoubliable.

Depuis 1997 et le succès phénoménal de The Full Monty, la carrière de Peter Cattaneo s’est poursuivie dans un relatif anonymat. Elle pourrait retrouver le chemin de la gloire avec un film à la trame fort ressemblante. Dans The Full Monty, Cattaneo retraçait le succès d’une bande de chômeurs qui avait décidé malgré des physiques pour le moins inégaux de se lancer dans le strip-tease! Avec « The Singing Club », il s’inspire d’une histoire vraie, celle d’un groupe de femmes de militaires qui, pour tuer le temps en l’absence de leurs maris partis à la guerre, décident de monter une chorale malgré des qualités vocales pour des plus disparates. Feel good movie par excellence, « The Singing Club » n’a pas pour qualité première son originalité, reprenant absolument tous les ingrédients de ce type de projet. Et pourtant, ça fonctionne! Pourquoi? Tout d’abord, le casting est une réussite avec une Kristin Scott Thomas parfaite en femme de colonel un peu pédante et un groupe de femmes ultra attachant. Niveau écriture, le scénario réserve de nombreux moments très drôles mais aussi quelques beaux moments d’émotion. Enfin comment ne pas être touché par ces portraits de femmes obligées de maintenir le bateau familial à flots et de rester fortes lorsqu’elles ne savent pas si leur mari rentrera en vie… Une vraie réussite!

Critique: Les Invisibles

3233262.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Réalisation Louis-Julien Petit
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 102 minutes
Sortie 9 janvier 2019

Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s’occupent : falsifications, pistons, mensonges… Désormais, tout est permis !

Quatre ans après « Discount« , Louis Julien Petit continue dans la même veine des comédies à forte teneur sociale. Après les abus des grandes surfaces, il s’intéresse à un sujet peu traité mais ô combien fort, les femmes SDF. En adaptant un ouvrage documentaire de Claire Lajeunie, il donne la parole à ces femmes invisibles, en allant jusqu’à confier leurs rôles à d’authentiques femmes SDF, ce qui est la très bonne idée du film. Pour les encadrer, il confie les rôles des travailleuses sociales à des actrices professionnelles (Audrey Lamy, Noémie Lvovsky, Corine Masiero ou encore Deborah Lukumuena). Celles-ci sont à la hauteur de la mission mais force est de constater que le réalisme apporté par les actrices amatrices a du mal à coexister avec la présence des  « stars » auxquelles on ne croit jamais. Par ailleurs, on sent la volonté du réalisateur de traiter d’un sujet aussi important mais son envie à tout prix d’en faire un « feel good movie » parasite et anesthésie le propos avec un ton toujours léger et en évitant toujours d’être frontal. Quant à la conclusion, au premier degré plutôt désespérée, elle passe ici pour un happy end. Voilà un film que l’on ne peut détester mais qu’on aurait tout de même voulu aimer…

2.5