Critique Bluray: Little Big Man

81IyB64yx7L._SL1500_.jpg

Titre original Little Big Man
Réalisation Arthur Penn
Scénario Calder Willingham
Acteurs principaux
Pays d’origine États-Unis
Durée 139 à 149 minutes selon les versions
Sortie 15 juillet 1971

LE FILM:

5

À 121 ans, Jack Crab se souvient de son enfance où des Cheyennes l’ont recueilli après un terrible massacre…

Septième film d’Arthur Penn, « Little Big Man », est un western hors norme. A cheval entre le récit picaresque et le récit d’initiation, le film de Penn est construit comme un immense flash-back à travers lequel Jack Crab, 121 ans, raconte à un journaliste sa vie, entre le mode des Blancs et celui des Indiens. Bourré d’humour, le film démystifie les grandes figures de l’Ouest américain comme le Général Custer, et érige en héros un personnage pleutre et maladroit. Si le film est souvent drôle, il contient malgré tout quelques scènes très noires comme le massacre du village indien par l’armée US, tout ceci somptueusement réalisé par un Arthur Penn des plus inspirés et interprété par un grand Dustin Hoffman. Un très grand film!

TECHNIQUE:

4.5

Somptueuse copie très bien définie et aux couleurs éclatantes!

BONUS:

1

Outre la présentation du film par Philippe Rouyer, aucun bonus à se mettre sous la dent! Ceux qui souhaiteraient en savoir plus peuvent se procurer la très belle édition Ultra Collector avec le joli livre « Penser la spontanéité » richement illustré et enrichi d’une excellente interview d’Arthur Penn!

VERDICT:

5

Un classique forcément indispensable!

Disponible en Bluray (19.99 euros) et édition Ultra Collector (49.99 euros) chez Carlotta Films dès le 19 octobre

 

Publicités

CRITIQUE BLU RAY: PORTRAIT D’UNE ENFANT DECHUE

 

LE FILM:

Ancienne top model, Lou Andreas Sand s’est isolée dans une maison au bord de l’océan où elle tente de vivre autrement, en se consacrant à la poésie et à la sculpture. Abîmée par la dépression et les excès, elle reçoit la visite de son ami photographe Aaron Reinhardt. Il tente avec elle de faire le point sur sa vie afin d’en faire un film.

Comme son titre original l’indique (« Puzzle of a downfall child »), « Portrait d’une enfant déchue » nous conte l’ascension et la chute de Lou mais de façon décousue comme les pièces d’un puzzle que l’on assemblerait au fil de ce premier long métrage épatant. En 1970, Jerry Schatzberg alors photographe de mode, décide de faire de la vie d’une de ses connaissances top model un film. Très empreint d’une sensibilité européenne, le film use d’une narration éclatée et d’une liberté dans la forme assez exceptionnelle. Photos, images tournées en super 8, noir et blanc, superposition des répliques de Lou avec les images d’autres scènes… Le premier film de Schatzberg ne s’encombre d’aucune convention! Faye Dunaway apporte sa beauté glaciale à ce qui est sans conteste l’un de ses plus beaux rôles. Un grand film tout simplement!

Carlotta édite ici le film dans sa version restaurée dévoilée au dernier Festival de Cannes, c’est à dire dans une copie absolument magnifique. Il faut noter l’absence de version française.

LES BONUS:

Outre la bande annonce de la ressortie en salles, on trouve une présentation du film par Pierre Rissisent et un fabuleux entretien de près d’une heure de Jerry Schatzberg par le critique Michel Ciment: passionnant!

VERDICT:

Comme souvent chez Carlotta, une édition indispensable!

Disponible en DVD (14,99 euros) et en Blu-ray (19,99 euros) chez Carlotta Films dès le 22 février.