CRITIQUE DVD: THE OUTFIT

Pack 3D dvd The outfitLE FILM: 7.5/10

A sa sortie de prison où il était incarcéré pour vol, Earl Macklin apprend que son frère Ed a été assassiné : la banque qu’ils avaient braquée appartenait à la Mafia, et « l’Organisation » ne laisse pas ce genre d’affront impuni…

Aidé par son ancien complice Cody, Earl décide de venger la mort de son frère, et se livre à une véritable guerre contre « l’Organisation » avec pour dessein de remonter jusqu’aux plus hauts responsables…

0034702.JPG

Sept ans après « Le Point de non retour » de John Boorman, The Outfit est une nouvelle adaptation d’un roman de Richard Stark avec le héros récurrent Parker. Ici Parker s’appelle Macklin et c’est John Flynn, réalisateur à la filmographique peu prolifique. Ses films les plus connus ne sont malheureusement pas les meilleurs: Haute Sécurité avec Stallone ou Justice Sauvage avec Steven Seagal! The Outfit est un polar 70’s qui évoque bien sûr Le Point de Non Retour ou Tuez Charley Varrick de Don Siegel et qui, s’il ne révolutionne pas le genre, est une réussite. Le jeu du chat et de la souris entre Macklin et l’Organisation est très plaisant et le duo Robert Duvall/ Joe Don Baker fonctionne à merveille! Une curiosité qui ravira les amateurs de polar.

TECHNIQUE: 8/10

Une copie correcte malgré un léger grain compréhensible.

BONUS: 8/10

Outre la bande-annonce, on trouve un court entretien avec Walter Hill, ami de John Flynn (13 mins) et bien sûr l’excellent et passionnant livre de Philippe Garnier « Artisan du Crime ».

VERDICT: 8/10

Une édition toujours passionnante pour un polar mineur mais plaisant!

Disponible en DVD+livre (29.99 euros) chez Wild Side Vidéo dès le 30 octobre

CRITIQUE: TUEZ CHARLEY VARRICK

charley_varrick

Charley Varrick cambriole une banque avec sa femme et un acolyte. Mais il comprend vite que la somme énorme qu’il a dérobée appartient à la mafia, qui lance un tueur à ses trousses…

Tourné en 1973, juste après l’Inspecteur Harry, Tuez Charley Varrick ne fait pas partie des films les plus connus de son réalisateur, Don Siegel, mais reste néanmoins l’un des plus réussis. Au premier degré, on assiste à un polar assez surprenant et palpitant d’un bout à l’autre. Dès le début, la surprise est là lorsqu’on voit Walther Matthau avec une postiche et sa jambe dans le plâtre se disputer devant des policiers avec sa jeune femme, nous faisant penser que l’on assiste à une comédie. Puis celui-ci entre dans la banque et un braquage sanglant a alors lieu. Perdant sa femme dans la fusillade, Charley Varrick prend la fuite avec l’un de ses complices et s’aperçoit alors que l’argent volé appartient à la mafia et qu’il était seulement en transit avant d’être blanchi. S’ensuit alors une course poursuite avec Varrick traqué par la police et par un tueur à la solde de la mafia. Lire la suite